Lootmygame.com - Faites vous plaisir pour seulement 0.50€, La box gaming gagnante à tous les coups ! Lootmygame.com - Faites vous plaisir pour seulement 0.50€, La box gaming gagnante à tous les coups !

Thief – Test et avis par allkeygames

Partagez sur

Thief est un jeu sorti en Février 2014, édité par Square Enix et développé par Eidos Montréal. Ce jeu fait suite à de nombreux autres issus de la même licence, le premier étant sorti en 1998 avec Thief : The Dark Project.

La licence est clairement orientée infiltration logée à la même enseigne que Splinter Cell , Metal Gear Solid ou encore Hitman

Seulement ici, pas question d’attraper une mitraillette et de descendre tout le monde quand la progression tourne mal.

Dans Thief, tout se fait en finesse et dans la discrétion absolue. Vous incarnez l’ombre, un souffle sur le pavé. Votre nom dans ce nouvel épisode de Thief est Garrett (nous éviterons les mauvais jeux de mots au cours de ce test, enfin, on va essayer…).

Introduction

Garrett se retrouve directement plongé dans un monde extrêmement sombre en compagnie d’Erin, une autre voleuse qui ne fait que se la péter avec son beau crochet lui permettant de surmonter les endroits difficiles. On vous explique alors que vous allez devoir voler des objets à un autre personnage qui s’appelle “le Baron”. A partir de là, vous ne saurez rien de plus car votre mission, je vous le rappelle, c’est voler et non de poser des questions.

Si Garrett avait été un assassin…

Ce qu’on peut dire de Thief, c’est que limmersion est très réussie. La ville est parfaitement modélisée et on se prend très rapidement au jeu des ombres et de la discrétion. La bande son donne ce petit coté angoissant qui fait frissonner ce qui est essentiel à la réussite d’un jeu comme Thief. Voilà, ce sera tout pour les compliments. Passons maintenant à tout ce qui fâche dans cet opus.

On nous a clairement prévenu dès le départ, vous êtes un voleur, pas un assassin ! Faites vous repérez, restez immobile et en deux ou trois coups d’épées, vous mangerez les pissenlits par la racine. Au cours d’un bref tutoriel, on vous annonce que les oiseaux peuvent vous faire repérer par leur sifflement si vous faites trop de bruit. On regrettera dès le départ que le jeu soit sponsorisé par la SPA puisqu’il n’est pas possible de les faire taire par *remplacez par le moyen que vous trouveriez adéquat*. Heureusement (ou malheureusement), l’intelligence artificielle de ce jeu (si on peut encore qualifier ça d’intelligence…) et plus que limitée. Il est très facile de vous poster juste derrière un garde et d’éteindre tout ce qui apporte de la lumière sans que celui ci bouge d’un poil. Il pourra alors lancer avec un aplomb incroyable “ça ne doit être que le vent”.

…il aurait pu se hisser vers les hauteurs

Si leurrer les gardes est très facile, il est parfois très difficile de ne pas passer devant eux en filant à travers les ruelles. Etant un grand fan d’Assassin’s Creed (oubliez, impossible de comparer les deux licences), mon premier réflexe a été de penser bêtement : “Bah, je vais passer par les toits. Les voleurs font ça aussi non ?”. Et effectivement, j’avais raison ! Il est possible de passer par les hauteurs. Seulement, pas n’importe lesquels, uniquement celles balisées pour les voleurs limités comme notre héros Garrett. Oubliez les séquences de course libre des jeux du moment. Ici, vous devez vous hissez sur ce toit LA, à l’aide de cette corde ou cette caisse LA précisément ! Sinon impossible pour vous d’avancer dans de bonnes conditions. Ce système balisé est bien sur incroyablement regrettable.Faites tout de même attention à ne pas glisser d’une caisse car notre héros n’est pas vraiment à l’aise avec la hauteur. Une chute de 2 mètres de haut mène immédiatement à la mort. Ajoutons à tout ceci le fait qu’il n’est pas possible de visiter toutes les maisons de la ville, mais seulement quelques unes présentant un point d’intérêt, et vous avez un jeu bien linéaire (qui a dit chiant ?) qui ne vous propose que d’avancer dans le scénario. 25 quêtes annexes (Waaahouuuu !) viennent adoucir ce constat. Seulement, et encore une fois, il est question de voler des objets ce qui se fait vraiment très rapidement (15 minutes pour les 5 premières quêtes annexes pour ma part).

Ne poser aucune question, c’est la règle

Au niveau scénario, on vous propulse dans un monde où votre seule but est de voler. Vous êtes aux commandes d’un voleur (jusque là tout va bien) et dès l’introduction, on assiste à un rituel ,sans doute maléfique, qui nous amène à aller voler un objet chez un autre personnage qui se nomme “Le Baron”. Commence alors nos déambulations dans la ville pour finalement atterrir chez plusieurs personnages qui payent grassement pour réaliser leur sale besogne. A aucun moment on ne voit le lien avec le baron, et encore moins lors des séquences mystico-surnaturelles réalisées sous LSD sans cohérence apparente avec la trame principale. Pour couronner le tout, lors des séquences cinématiques, des bugs sonores sont omniprésents, c’est à dire que vous allez entendre parfaitement le dialogue et pour on ne sait quelle raison, la voix d’un personnage va baisser de 10 décibels alors que la caméra n’a pas bougée d’un pouce (ce qui n’aide pas à comprendre mieux le scénario s’il y en a un…).

Pourquoi vous êtes vous engager ?! Pour voler ! Trop facile !

Garrett est un maître voleur. Ce n’est pas pour ça qu’il doit avoir le charisme d’une pantoufle ! On aurait aimé en savoir un peu plus sur le héros dès le début du jeu. On joue un personnage qu’on ne voit finalement quasiment jamais (heureusement me direz vous…) et dont on ne sait rien (c’est les autres PNJ qui doivent ne rien savoir, nous, on veut des détails !). Voler, ça il sait faire, même parfois trop bien puisque le jeu nous propose un arbre permettant de débloquer des compétences supplémentaires que j’ai trouvé complètement inutiles :

Thief améliorations de concentration

Le crochetage de serrure est très facile et ne prend généralement que quelques secondes. Un petit tour de souris, la petite lumière s’illumine à l’écran, clic, et voilà la porte ou le coffre ouvert. Les compétences d’améliorations de finesse ou vitesse de crochetage passent déjà à la trappe. Trouver les objets à voler est également très facile pour deux raisons. La première, ils brillent ! Et ceci même dans le noir ! Impossible de les manquer ! Et si vous avez encore un doute, Garrett possède une vision spéciale voleur qui lui permet d’afficher les points d’intérêt en bleu pétant. Impossible donc de manquer ce que vous devez faire :

Thief surlignage bleu

Cette vision spéciale consomme petit à petit une barre qu’on pourrait assimiler à de la mana. L’ironie, c’est qu’une fois votre vision activée, puis désactivée, les points d’intérêts restent illuminés en bleu quelques secondes. Cette barre est donc, elle aussi, totalement inutile puisqu’une rapide activation / désactivation de la compétence fait apparaître tous les points d’intérêt pendant quelques secondes sans n’avoir rien consommé. Le jeu devient alors extrêmement facile puisque vous êtes totalement guidé. Une fois les objets volés, il faut les revendre, sauf que ceci se fait automatiquement dès que vous ramassez un objet. Pas de système de troc avec une évolution au niveau des marchands, c’est dommage.

Facile…c’est vite dit pour quelqu’un qui n’utilise pas ses poings

Vous l’aurez deviné, la confrontation n’est pas la tasse de thè de Garrett. Il est cependant possible d’assommer un garde par derrière et de le traîner vers un endroit discret pour que personne ne tombe sur son cadavre. Il est regrettable de ne pas pouvoir cacher ce corps à la vue de tous, surtout que des placards sont disponibles pour que Garrett puisse s’y cacher. Les coffres ouverts auraient très bien pu servir à cela également. Si le garde vous repère, impossible de brandir ses poings pour tenter de lui coller une raclée ou bien de sortir un couteau de sa poche pour parer ses coups. Vous ne possédez qu’une chose : un arc. Vous avez plutôt intérêt à savoir bien vous en servir car celui ci sert absolument à tout : tuer les gardes, déployer une corde sur une poutre (seulement celles définies par les grands concepteurs, faut pas déconner non plus), allumer un feu, faire tomber des échelles de secours, éteindre à l’aide de flèches d’eau les sources lumineuses qui vous gênent dans vos déplacements (enfin, certaines, car il n’est pas possible de toutes les éteindre et encore moins de les détruire…) :

Thief barre d'action

Les flèches sont relativement chères (1h de vol pour faire le plein, c’est de l’exploitation !) et on préfère généralement éviter de se servir de son arc afin de garder un maximum d’argent durement volé.

Non, je n’ai pas acheté mes diplômes

L’argent sert surtout à améliorer ses compétences et à obtenir des objets indispensables pour une bonne progression :

Thief argent contre points de compétence

 

Thief outils et améliorations

Je pense notamment à la clef Anglaise qui permet de dévisser des grilles afin de passer dans les conduits d’égouts ou à la pince coupante pour désamorcer les pièges. Il est également possible de se procurer des objets spéciaux qui vous octroient des bonus mais contrairement aux outils, ces objets spéciaux ne sont vraiment pas indispensable :

Thief objets spéciaux

Conclusion

Comptez une bonne dizaine d’heures pour terminer le jeu si vous jouez le jeu du voleur des ombres et un peu moins si vous foncez comme une flèche. Ce Thief est finalement très décevant sur de nombreux points. Autant l’ambiance reflète parfaitement une ville de misère où le vol semble inévitable, autant le gameplay n’est absolument pas à la hauteur de ce qu’on pourrait attendre d’un jeu d’infiltration en 2014. La liberté d’action est simplement proche de zéro, le jeu ne présente qu’une difficulté si on s’attarde à passer les zones en mode totalement furtif pour trouver LA bonne corniche pour passer au dessus des gardes (car des corniches, il y en a plein partout, mais une seule est balisée…). Voler ne sert finalement pas à grand chose. On aurait pu s’attendre à un système de troc plus complexe avec des améliorations significatives du personnage. Au lieu de tout cela, on se retrouve avec Garrett, un personnage sans aucune âme emporté dans une histoire incompréhensible. On ne saurait que vous conseiller de ne pas vous attarder sur ce jeu pour son gameplay, mais bien pour son ambiance, une belle ballade à travers une ville ravagée avec, cependant, un arrière gout d’hypocrisie.

Le conseil d’Allkeygames : si vous recherchez un jeu d’infiltration avec de bonnes mécaniques, tournez vous plutôt vers les précédents opus de la licence Thief ou encore vers la licence Hitman. Si votre but est de vous fondre dans l’ambiance, testez par vous même ce Thief 2014, il pourrait bien vous surprendre !

Tags

Partagez sur

Grimtag

Passionné de jeu vidéo, High Tech, papa geek ! Je suis spécialisé dans les jeux dématérialisés et l'univers des clés cd. Mon profile est atypique, je suis un passionné de tout qui aime toucher a tout.

Vous aimerez sûrement ces articles...

Réactions sur l\'article “Thief – Test et avis par allkeygames”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *