Lootmygame.com - Faites vous plaisir pour seulement 0.50€, La box gaming gagnante à tous les coups ! Lootmygame.com - Faites vous plaisir pour seulement 0.50€, La box gaming gagnante à tous les coups !
Ludovic Deisz, secrétaire FFJV et CEO de Zone of Gaming

Derrière l’écran – Ludovic Deisz, secrétaire FFJV et CEO de Zone of Gaming : “J’ai vraiment envie que tous les acteurs Esport s’assoient autour d’une table pour parler des problèmes urgents”

Partagez sur

Ludovic Deisz, secrétaire de la FFJV et CEO de Zone of Gaming, a accepté de répondre à nos questions pour découvrir les différentes casquettes qu’il porte dans le monde du jeu vidéo.

 

Peux-tu te présenter ainsi que ton parcours ?

Pour me présenter, je suis Ludovic Deisz alias Psycove, j’ai 30 ans, passionné de jeux vidéo depuis très jeune avec la Sega Mega Drive et l’Amiga (je viens de m’autoinfliger un coup de vieux). Passionné d’Esport depuis presque 10 ans, j’ai commencé par intégrer une association de cœur qui était la Hayagamers et là, c’était une révélation, j’ai réalisé à quel point l’Esport prenait de l’ampleur. J’étais un peu le couteau suisse dans l’association, de nature très curieux, je voulais tout savoir. Donc j’ai appris des bases de graphismes, monteur vidéo, manager une équipe, bref la liste est longue.

Mon parcours côté pro n’a rien à voir avec l’informatique ou autre, j’étais Chaudronnier / Métallier / Soudeur avec pas mal de beau chantier à mon actif du genre le LIDO à Paris, j’étais même enseignant dans un lycée pro. Mais la vie fait que je dois me reconvertir professionnellement suite à plusieurs blessures et accidents de travail. Donc heureusement qu’en parallèle j’avais une autre activité pour acquérir d’autres compétences pour ne pas me retrouver sans rien.

 

Peux-tu présenter rapidement la FFJV pour ceux qui ne connaîtraient pas et en quoi consiste le poste de secrétaire en son sein ?

Alors, pour répondre il faut que je contextualise mon arrivée à la FFJV.

Un peu de contexte

Suite à mon expérience à la Hayagamers, on avait un méga problème, trouver des joueurs et du staff était compliqué, donc sur un coup de tête j’ai créé la plateforme “Esport Recrutement” que j’ai géré pendant plus de 3 ans bénévolement. Je me suis vite rendu compte que la problématique du recrutement dans le secteur Esport amateur était très, très, très compliquée, entre les “Yo tu recrutes ?” et “Tu payes combien pour que je rentre dans l’association ?”. Les associations quant à elles, qui ont très peu de moyens, souhaitent une candidature comme dans le secteur pro, il y a deux galaxies qui séparent les associations des bénévoles. Tous les présidents d’associations témoigneront de ce décalage. J’ai voulu faire quelque chose qui permettait “d’éduquer” (plus ou moins) les bénévoles et les associations en organisant des meets-up du genre inclusion des femmes dans l’Esport, gestion d’association, comment bien postuler dans une association, etc… J’organisais également des Jobs-dating… aussi drôle que cela puisse paraître pour un chaudronnier.

Avec l’expérience d’Esport Recrutement, j’ai vu une centaine d’associations fermer boutique parce qu’ils ne savaient pas comment gérer une association, comment la financer, comment aller de l’avant, géraient l’association comme si c’était une entreprise, n’arrivaient pas à garder les bénévoles, avaient une trentaine de partenariats en tout genre… Et surtout ne comprenaient pas les valeurs d’une association et du travail qu’il faut accomplir pour la faire vivre.

Rejoindre la FFJV était donc une suite logique pour moi et de me donner la mission d’aider le plus possible les associations et la communauté.

La FFJV

Et pour répondre enfin à la question. La Fédération Française de Jeu Vidéo mène des actions pour casser les plus gros clichés du joueur de jeux vidéo, permet d’aider les associations sous plusieurs angles que ce soit pour l’organisation d’événements, leur donner du contenu dans la sensibilisation et la prévention, par exemple les PEGIs, ou une formation contre la radicalisation.

L’année dernière ou il y a deux ans nous avons mis en place une subvention avec des critères très spécifiques (inclusion, activités au sein de la FFJV, nombre de membres, etc.).

Nous avons rejoint l’IESF (International Esports Federation) cette année qui regroupe plus d’une centaine de pays pour une compétition internationale, donc nous avons l’immense plaisir de représenter la France pour cet événement. Malheureusement nous n’avons pas pu y assister, l’événement se déroulant à Eilat (NDLR: en Israël). Suite à un délai extrêmement court, les joueurs n’ont pas pu faire à temps leurs passeports pour la finale. Et sans trop spoiler, nous croisons les doigts pour 2024, je n’en dirais pas plus à vous de patienter.

Nous prévoyons également de mettre en place pour début 2022 des formations et Meets-up pour les associations dans la gestion, le management, les ressources humaines ; avec l’aide de l’association DIT (NDLR: Do It Together).

Nous organisons de plus en plus de salons et nous sommes de plus en plus présents sur les événements, faisons appel à nos associations adhérentes pour qu’elles puissent participer à l’organisation ou à l’événement (ateliers, conférences, stand, …). Enfin, nous avons des groupes de travail pour ceux qui souhaitent s’investir.

En bref, la FFJV vit grâce aux adhérents, ce sont les adhérents qui donnent les idées, ce sont eux qui s’investissent et donnent notre feuille de route. Nous donnons la parole à tous même si vous êtes un particulier passionné (comme moi par exemple). Et c’est pour cela que nous préférons mille fois avoir une dizaine d’associations adhérentes qui s’investissent à fond que d’avoir une centaine d’associations adhérentes qui ne proposent rien, ne participent à rien, qui ne donnent aucune idée ou qui ne partagent rien et par la même occasion ne font rien avancer ou pire qui te demandent d’entrée de jeu “si on adhère, on a quoi en échange ?”

Mon poste de secrétaire général de la FFJV est pour le moment écrit uniquement sur papier, c’est-à-dire que nous sommes en sous-effectif donc nous sommes tous des couteaux suisses dans la Fédération et surtout des bénévoles. On espère que ça va changer d’ici peu, que l’on puisse déléguer et avoir des postes bien définis et des objectifs bien précis pour chaque personne.

 

Qu’est-ce qui t’a donné envie de t’investir au sein de la FFJV ?

J’ai déjà un peu répondu ci-dessus, j’appuie sur le fait que tout le monde a le droit à la parole, nous avons énormément de débats sur notre Discord, que nous prenons en compte. Si une personne veut vraiment s’investir avec des idées elle sera forcément écoutée. Je suis arrivé en tant que simple sympathisant pour devenir référent régional et ensuite secrétaire général. Malgré les casseroles que la FFJV a pu avoir par le passé, elle aujourd’hui un nouveau visage, de nouveaux objectifs et nous essayons au maximum de rectifier la mauvaise image qu’elle a pu donner. Je crois en cette fédération, elle en a le potentiel.

J’ai envie que les associations puissent compter sur la FFJV pour avoir ne serait-ce qu’un soutien moral. Il est vrai que nous voyons des fédérations se créer de tous les côtés, mais il va falloir un jour ou l’autre se mettre autour d’une table pour discuter de l’avenir pour le bien de tous et créer quelque chose ensemble et surtout écrire l’histoire de l’Esport amateur en France.

La mentalité dans l’esport amateur d’aujourd’hui est à changer, c’est pour cela que nous mettons en place des formations ne serait-ce que pour apprendre les valeurs de base de l’association qui se perdent d’année en année. Beaucoup prennent exemple sur des équipes comme Vitality ou des joueurs comme Gotaga, mais étant amateur, l’esprit n’est pas le bon d’où l’immense décalage du côté pro et amateur. En fait, il serait vraiment temps que des joueurs professionnels influenceurs ou des équipes professionnelles se penchent sur cette problématique de mentalité. Eux-mêmes sont les premiers à être victimes des mentalités néfastes du joueur “diva” qui se permet tout et n’importe quoi, et ça évitera que des joueurs qui ont fait top 1 sur Fortnite viennent dans une association en disant “j’ai fait top 1, je veux être payé”. Je caricature un peu, mais le problème est bien là.

J’ai vraiment envie qu’un jour, tous les acteurs Esport (équipes pro, fédérations, France Esports, éditeurs) s’assoient autour d’une table pour parler des problèmes urgents pour trouver une vraie solution. Je suis un peu utopiste, mais c’est ce pour quoi je me bats tous les jours dans la fédération…

 

Tu as plusieurs casquettes, tu es aussi CEO de Zone of Gaming, peux-tu nous expliquer ce que c’est ?

Alors oui, un nouveau projet, je suis incubé dans l’association Catapulte dans le Cantal, un incubateur créé par Sébastien Pissavy (fondateur de Jeuxvideo.com).

Mon projet est une version finale de ce que l’on a pu connaître avec Esport Recrutement mais à quelques détails près. Zone Of Gaming va être une plateforme de recrutement dans le secteur du jeu vidéo et de l’Esport, elle rassemblera également des prestataires ainsi qu’un agenda événementiel et un blog.

L’objectif est d’avoir le même esprit qu’Esport Recrutement, l’entraide, la bienveillance et la recommandation. Dans la partie recrutement, vous pourrez donc trouver un poste de bénévole comme un emploi, stage, apprentissage. Les parties bénévoles et professionnelles seront deux parties bien distinctes l’une de l’autre. La partie blog/actu a pour but de faire une veille technologique, article juridique surtout pour l’Esport, conseils, mettre en avant des projets, etc.

Il n’y aura pas d’actualité sur le JV, je pense qu’il y a d’autres sites internet comme le vôtre qui s’en sortent très bien. Je ne peux vous en dire plus, j’en suis encore à l’étude de marché, j’ai contacté pas mal de professionnels pour me conseiller, que je remercie par la même occasion d’avoir répondu à mes questions. J’ai énormément d’idées pour cette plateforme, il faut que je trie ce qui est possible ou non. Vous pouvez suivre l’avancement du projet sur Twitter et Facebook voire Discord.

Logo provisoire

Logo provisoire

 

Peux-tu nous dire quels sont tes trois jeux vidéo préférés ? Et pourquoi ?

Question difficile, je dirais plutôt les licences que j’aime bien, à savoir Age of Empires, Halo et Battlefield.

Age of Empires a bercé ma jeunesse, surtout AOE2. Avec mon frère, on se chamaillait pour avoir la place sur le PC situé dans le salon mais je la perdais toujours parce que le jeu appartenait à mon frère du coup il cachait le CD dans sa chambre, pas facile la vie de petit frère. C’est un RTS que j’adore, puis la sortie de AOE4 m’a mis une claque sur le contenu de la campagne et je le conseille vraiment.

Pour la licence de Halo, John 117 (le soldat “cheaté”) et l’IA Cortana sont pour moi les meilleurs personnages du jeu vidéo, le lore du jeu est incroyable, le multijoueur est juste épique. Je n’ai rien d’autre à ajouter, j’adore !

Pour Battlefield, il faut savoir que j’étais un joueur Call of jusqu’à ce que je découvre Battlefield 3 et je n’ai plus jamais joué à un seul Call of de toute ma vie. D’ailleurs c’est avec cette licence que j’ai rejoint la Hayagamers, petite dédicace à Bouns qui fait partie de DiceFriend et admin de la page bf_commu sur Twitter, tu ne peux pas faire plus passionné que lui. Avec la Hayagamers nous avons pu rassembler une quarantaine de membres de l’association venus de toute la France, même de Belgique pour certains, à la PGW en 2016 et on a privatisé un peu de force le stand de BF 1, c’était énorme.

PGW 2016 et l'association n'existe plus.

L’association Hayagamers, à la PGW 2016. Elle n’existe plus aujourd’hui.

 

À quels jeux joues-tu en ce moment ?

Avec la vie de famille, la FFJV et mon projet, je joue de moins en moins. Mais sinon je dirai la campagne d’AOE4 et j’aimerais essayer BF 2042 et Halo Infinite. De temps à autre j’essaie des jeux indépendants, on y découvre des petites pépites et il faut surtout les soutenir.

 

Quelle est la suite pour toi ?

Tout d’abord, finir ce qu’il y a de plus embêtant à faire dans un projet, à savoir le business model, business plan et tout le reste… Il faut passer par-là. J’aimerais aussi trouver un ou plusieurs associés et j’espère sortir une première version pour février.

Côté FFJV, je souhaite continuer dans notre lancée, nous avons un très bon rythme, nous avons fait énormément de choses depuis le changement de direction et nous préparons davantage pour l’année prochaine.

 

Un petit mot pour la fin ?

“Il est entre vos mains de créer un monde meilleur pour tous ceux qui y vivent” – Nelson Mandela

Alors commençons par la lutte contre la triche qui bousille chaque jour nos parties de jeu. Rushdown a sorti un documentaire visible sur Youtube “La Traque” qui parle de cette problématique. Il faut leur donner de la voix et de la visibilité.Vous pourrez voir également leur documentaire sur la cyber-violence qui est très pertinent.

Merci à Ludovic pour cette interview ! Nous lui souhaitons bon courage pour la suite !

Tags

Partagez sur

Shaelle

Gameuse, auteure, lectrice et sérievore, mes journées ne sont pas assez longues pour satisfaire toutes mes passions surtout qu’il faut aussi y caler mon temps de travail. Je joue essentiellement sur PS4 et Switch. Je suis une grande fan de The witcher, Zelda et Horizon, car j’aime être transportée dans l’histoire et époustouflée par l’univers. Je râle beaucoup en jouant mais ça fait partie du jeu, non ?

Vous aimerez sûrement ces articles...

Réactions sur l\'article “Derrière l’écran – Ludovic Deisz, secrétaire FFJV et CEO de Zone of Gaming : “J’ai vraiment envie que tous les acteurs Esport s’assoient autour d’une table pour parler des problèmes urgents””

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *