Lootmygame.com - Faites vous plaisir pour seulement 0.50€, La box gaming gagnante à tous les coups ! Lootmygame.com - Faites vous plaisir pour seulement 0.50€, La box gaming gagnante à tous les coups !
Shantae-and-the-Seven-Sirens-Key-Art_900

Shantae and the Seven Sirens – La magie du demi-génie opère-t-elle toujours ?

Après une sortie partielle sur Apple Arcade en novembre, la version complète de Shantae and the Seven Sirens est désormais disponible sur tous les supports. Dix huit ans après son premier opus sur Game Boy Color, la magie du demi-génie de Sequin Land opère-t-elle toujours ?

 

Cap sur Paradise Island

En 2016, la saga Shantae vivait une petite révolution. Pour la première fois, le studio Wayforward délaissait le pixel art au profit d’une direction artistique plus moderne et proche de l’animation. Un lifting soigné et réussi qui avait été plutôt bien accueilli par les joueurs. Je me souviens de mes réticences personnelles devant l’abandon de mes gros pixels chéris, et de ma surprise devant la finesse et la beauté des décors et des animations de Shantae: Half-Genie Hero. Cette refonte graphique s’était malheureusement faite au détriment du level design du jeu, moins axé sur l’exploration et plus tourné vers la plateforme pure.

Shantae and Seven Sirens est à la fois une rupture avec la saga et un retour aux sources. Contrairement aux épisodes précédents, vous ne démarrez pas votre aventure à Scuttle Town. Suite aux événements de Half Genie Hero, Shantae et ses amis décident de prendre des vacances bien méritées. Pour cela, le petit groupe choisit de se rendre à Paradise Island, une nouvelle station balnéaire qui abrite le premier festival des demi-génies. Une aubaine pour Shantae qui souhaite en apprendre davantage sur ses origines. Malheureusement, toutes les demi-génies sont kidnappées et Shantae doit tout faire pour les retrouver.

 

C’est le temps des grandes métamorphoses

Notre danseuse du ventre à la redoutable chevelure va donc arpenter tous les recoins de Paradise Island pour dénouer le mystère qui plane sur cette île. L’intégralité du jeu prend donc place dans cet endroit à travers différentes zones habilement connectées entre elles, dans la pure tradition des Metroidvania. L’île est un véritable dédale et l’exploration est bel et bien de retour. C’est un vrai plaisir de révéler petit à petit de nouveaux endroits de votre carte. Sans parler de la satisfaction de découvrir comment toute les zones sont reliées entre elles. La cité engloutie de Paradise Island dévoile ses secrets au fur à mesure de nos incontournables transformations.

Shantae and the seven sirens - triton

Transformatioooon….super triton!

Ces métamorphoses n’ont jamais été aussi fluides et aisées à utiliser. D’une simple pression sur une gâchette, Shantae se mue en triton pour s’accrocher aux murs ou détruire des parois avec sa carapace de tortue. On passe donc rapidement d’un animal à l’autre et le jeu gagne ainsi en nervosité, en modernité. Les transformations sont moins nombreuses que dans Half-Genie Hero mais elle sont, à mon sens, mieux mises en valeur dans le jeu.

 

Danse et transcendance

Que les habitués se rassurent, les danses du ventre sont toujours de la partie. Elles permettent désormais d’invoquer le pouvoir d’autres demi-génies. Ces capacités agissent sur tous les ennemis et éléments de décors qui apparaissent à l’écran, un peu comme dans certains jeux rétro comme La Légende de Thor ou encore Alundra 2. Par exemple, votre première invocation révèle les plateformes et des trésors cachés autour de vous. Plus tard dans le jeu, d’autres pouvoirs produisent des effets spécifiques ou infligent beaucoup de dégâts à vos adversaires. Cette nouveauté ajoute quelques éléments tactiques dans votre façon de vous battre ou de réfléchir à votre progression. Plusieurs puzzles nécessitent l’utilisation de ces danses. Une nouveauté bienvenue même si j’aurais aimé qu’il y en ait davantage.

Le reste de la panoplie de mouvements est plus classique. Shantae peut toujours sauter, donner des coups avec ses cheveux et lancer des sorts. Parmi les nouveaux sorts proposés, j’ai particulièrement apprécié la balle rebondissante qui finit toujours par toucher une cible ou encore le missile à tête chercheuse.

 

Attrapez les tous!

En tuant vos ennemis, vous récupérez désormais des cartes de monstre à leur effigie. Ces cartes, une fois équipées, permettent d’activer des capacités spéciales. Shantae peut alors nager plus vite, attirer les objets vers elle ou infliger davantage de dégâts. Pour activer certaines capacités, il faudra récupérer plusieurs exemplaires d’une même carte. D’autres cartes, plus rares, s’obtiendront par le biais d’échanges auprès de PNJs. Le choix de cartes permet donc de personnaliser votre manière de jouer et plaira aussi aux fans de collectibles en tout genre. Le concept est donc excellent mais pas assez poussé. Malgré une sélection de cartes assez large, j’ai finalement assez peu modifié mon deck (3 cartes) durant le jeu. Certaines cartes sont peu utiles ou apparaissent bien trop tard dans la partie pour représenter un réel intérêt.

MonsterCard

Les collection cartes de monstres constituent à la fois une aide intéressante et une quête secondaire à part entière.

 

Une opposition sans génie

Plus de pouvoirs, plus de magie, plus de capacités… mais moins de challenge. Les épisodes passent et Shantae devient une franchise de plus en plus facile. Le jeu reste très agréable à parcourir mais ce manque de difficulté relègue au placard des éléments de gameplay. Il est possible de finir le jeu facilement sans utiliser les cartes ou la magie. Les ennemis, plutôt nombreux mais faibles, laissent sans cesse des objets de soin derrière eux. Quant aux boss, si leur design est très soigné et spectaculaire, ils ne sont pas vraiment dangereux et se transforment peu à peu en “Sacs à PV”. Wayforward a fait le choix d’une expérience de jeu fluide et à la carte, difficile de l’en blâmer mais j’ai trouvé que ce parti pris nuisait un peu à l’équilibre global du game design.

Shantae and the seven sirens - Boss

La plupart des boss doivent être affaiblis avant de pouvoir subir les assauts de votre chevelure. Celui-ci n’apprécie guère la lumière en pleine face

 

L’effet Shantae

Heureusement Shantae and the Seven Sirens possède toujours le charme et l’humour qui font aussi l’attrait de la licence. Les personnages sont haut en couleurs, toujours prompt à raconter de nouvelles bêtises. Les nouvelles têtes sont attachantes et les anciens amis et adversaires restent drôles sans tomber dans le fanservice. Les décors crayonnés chatoient et en mettent plein la vue et même si l’aspect “confiné” du jeu réduit un peu la variété des environnements, le soin accordé à chaque zone est remarquable. Avant chaque boss ou événement, des séquences animées font désormais leur apparition. Réalisées par le studio d’animation Trigger, ces scènes rajoutent une vraie pêche à l’aventure et alimentent l’univers de la saga. L’effet Shantae est toujours la : un jeu incroyablement feel good, facile à prendre main et difficile à lâcher. À noter également : une localisation bien meilleure que dans l’épisode précédent.

Shantae and the seven sirens - Risky Boots

Risky Boots de retour pour nous jouer un mauvais tour!

 

Shantae and the Seven Sirens : un charme familier et envoûtant

Après la refonte visuelle de Shantae: Half-Genie Hero, on aurait pu craindre que la saga se repose sur ses lauriers. Que nenni ! Shantae and the Seven Sirens est finalement un épisode assez différent des ces prédécesseurs. Nouvelle destination, nouvelle utilisation des pouvoirs, personnalisation plus poussée, le jeu prend des risques tout en revenant aux sources du Metroidvania. Certes, la formule n’est pas bouleversée et n’atteint pas le niveau de références du genre comme The Messenger ou Ori and The Will of Wisps mais cela laisse augurer une belle évolution pour la saga. Si l’ensemble manque un peu de challenge, on aurait tort de bouder cette nouvelle aventure toujours aussi drôle, insolite et riche en bonne humeur.

Retrouvez ce jeu au meilleur prix chez notre partenaire, GoCleCD.fr

Tags

Partagez sur

Sgtkabukimen

Prêtre gamer du Soleil Levant depuis deux décennies, j’aime manier la gunblade, le megabuster, et le fouet pour faire des passes d’armes avec des Cyborg Ninja Vampire dans les ruines de Neo Tokyo. Je délaisse de temps en temps mon cher Japon pour me livrer aux joies du jeu indépendant et exterminer des hordes d’aliens avec l’unité XCOM.

Vous aimerez sûrement ces articles...

Réactions sur l\'article “Shantae and the Seven Sirens - La magie du demi-génie opère-t-elle toujours ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *