Lootmygame.com - Faites vous plaisir pour seulement 0.50€, La box gaming gagnante à tous les coups ! Lootmygame.com - Faites vous plaisir pour seulement 0.50€, La box gaming gagnante à tous les coups !
Killer Queen Black

Killer Queen Black – Les reines tueuses de l’arcade attaquent votre salon

Né en 2013 dans les salles d’arcade américaines, Killer Queen débarque désormais sur PC et consoles de salon sous le nom de Killer Queen Black. Reste à savoir si cette adaptation arrive à retranscrire tout le fun et l’efficacité de sa version d’origine.

 

Le “Killer Hit” de l’arcade

Alors que le jeu ne tourne aujourd’hui que sur une vingtaine de machines disséminées à travers les salles d’arcade des Etats-Unis, Killer Queen bénéficie d’une aura spéciale outre-atlantique. Sorti en 2013 mais avec un look pixel art résolument années 90, le jeu avait notamment surpris les joueurs en proposant des bornes imposantes optimisées pour dix joueurs dans des matches à cinq contre cinq. Après de nombreux tournois et une réputation de jeu à l’équilibre quasi parfait acquise au fil des années, Killer Queen quitte donc son cabinet d’arcade pour envahir Steam et la Nintendo Switch et devenir Killer Queen Black.

 

Passes d’armes et courses d’escargots

Le principe reste le même: sur une carte même carte, deux ruches s’affrontent. Dans chaque camp, des ouvriers et une reine. Pour remporter une manche, vous devez soit :

  • Remplir votre ruche en premier en collectant un maximum de baies avec vos ouvriers
  • Tuer trois fois la reine adverse
  • chevaucher un escargot situé au milieu de la carte et l’amener jusqu’à votre drapeau

Trois types de victoires pour un jeu qui demande stratégie et coordination. Contrairement à sa version arcade, Killer Queen Black propose seulement des matches à 4 contre 4. Trois joueurs incarnent donc des ouvriers et le dernier joue la reine.

En tant qu’ouvrier vous disposez de plusieurs prérogatives. Vous pouvez collecter des baies, monter sur l’escargot mais aussi vous transformer en soldat. Sur la carte plusieurs transformateurs permettent cette évolution. Une fois capturés par la reine, il suffit qu’un ouvrier y pénètre avec une baie à la main pour devenir un soldat armé d’une épée, d’une masse d’arme ou d’un pistolet laser. Il peut aussi choisir de développer un boost de vitesse pour permettre à son escargot d’atteindre plus facilement son objectif.

La reine de son coté, possède une gameplay plus nerveux avec deux coups (une charge et une attaque en piqué), une puissante lame et la possibilité de voler. Le rôle de la reine est avant tout de rester en vie en essayant de tuer la reine adverse mais aussi les cavaliers à dos d’escargot. La première équipe qui gagne trois manches remporte la rencontre. Une formule originale qui demande réactivité, stratégie et coordination.

KQP PATH

 

Esprit de Ruche

Manettes en main, l’ensemble est très accessible et deux boutons suffisent à réaliser l’ensemble des actions proposées. En ouvrier le jeu est simple car votre mort ne vous condamne pas (vous revenez à la vie dans votre ruche automatiquement). En revanche manier la reine demandera un peu plus de temps. Ce rôle de tueur demande une exécution précise des actions car chaque attaque vous laisse vulnérable en cas d’échec. La force de Killer Queen Black est de pouvoir allier toutes ces spécificités de gameplay avec une excellente lisibilité de l’action.

Sur la carte, en un coup d’œil, vous pouvez repérer votre personnage, votre reine, la reine adverse, leurs nombres de vies restantes, la situation de l’escargot et le nombre de baies présentes dans les deux ruches. Le challenge réside dans votre capacité à rester attentif à ces différents éléments tout en continuant votre mission. Vous êtes votre ruche même si vous n’en êtes qu’un élément. Dans Killer Queen Black, la pression est omniprésente et une manche peut très vite se terminer si vous n’y prenez pas garde. Après une ou deux parties pour vous familiariser avec le concept, vous devriez vite prendre goût à la compétition. Rien n’est plus savoureux que de voir deux reines s’entretuer, tenter d’échapper aux soldats adverses, pendant que vous terminez tranquillement votre course à dos d’escargot, provoquant une rage incontrôlable chez vos ennemis.

Malgré son feeling très arcade, “KQB” peut s’avérer plus fin qu’il n’y parait avec des équipiers bien rodés. Un subtilité qui n’est pas étrangère à la réussite du jeu d’origine sur la scène e-sport américaine.

kqb image 1

Toute l’action peut être lue sur l’écran. En haut les deux ruches, en bas la course de l’escargot et au centre le combat entre les deux reines.

 

Plus qu’un portage, une adaptation

Adapter ce titre sans en trahir l’esprit du jeu original n’a pas été une mince affaire. Le développeur Liquid Bit, en charge du projet, ne s’est pas contenté d’un simple portage. Pour extraire le jeu de l’immense écran d’arcade vers celui bien plus réduit de la Nintendo Switch, il a subi une refonte visuelle, avec des sprites de personnages plus grands et des environnements plus petits mais plus détaillés.  Un rétrécissement qui a donc contraint les développeurs à limiter le nombre de joueurs à huit pour des raisons de lisibilité.

“Quand nous avons commencé à travailler sur le jeu, nous avons spécifiquement décidé de ne pas entrer en compétition avec Killer Queen Arcade. C’était un choix délibéré de faire un nouveau jeu qui ne prenait pas le risque de détruire l’incroyable culture arcade que Killer Queen a aidé à construire”

Matt Tesch, CEO de Liquid Bit, dans une interview de Gamesbeat.

Une initiative louable pour un résultat qui tient toutes ses promesses sur le plan graphique comme au niveau de la jouabilité. Enfin sachez que cette version possède de nouvelles cartes qui permettent de varier les environnements même si elles ne proposent pas de challenge supplémentaire.

 

De l’arcade au online

La nouveauté majeure de cette adaptation est l’introduction du mode en ligne. En quickmatch ou en affrontement classé, vous devez simplement préciser le rôle que vous souhaitez endosser (reine, ouvrier ou les deux) et le matchmaking vous fera rejoindre une partie. Le processus est rapide est clair et les combats s’enchaînent sans problème. A ce titre, le jeu est jouable en crossplay PC et Nintendo Switch, et accueillera prochainement les joueurs Xbox One.

Le titre implémente également un système de voice-chat interne plutôt fonctionnel. Pas besoin d’avoir des amis sous la main, vous pourrez affronter d’autres joueurs humains quand vous le voulez. Vous pouvez également jouer avec des amis en local contre des adversaires en ligne. Enfin le mode Custom Match vous permet de créer votre partie personnalisée en invitant les joueurs de votre choix et en assignant des bots pour les autres rôles si vous le désirez.

Si vous voulez découvrir le joyeux bordel de Killer Queen Arcade, le meilleur choix reste le mode Local Wireless. A quatre dans votre canapé ou même à huit si vous possédez deux Nintendo Switch (ou qu’un ami ramène la sienne, avec le jeu installé dessus), le jeu devient une véritable foire d’empoigne et promet des soirées endiablées.

kqb eco

Médusés, les soldats bleus regardent l’équipe jaune remplir le dernier slot de sa ruche et remporter la victoire.

 

Une interface austère

Petit ajout bienvenu, celui d’un tutoriel qui permet de bien comprendre les différents types de victoires ainsi que tout ce qui se passe à l’écran. En revanche, celui ci, comme toute le reste du jeu, est entièrement et uniquement en anglais, ce qui est un peu dommage pour un jeu dont l’intérêt repose sur la convivialité. l’ajout d’un nouveau joueur est également parfois un peu brouillon et les sous menus ne bénéficient pas d’une ergonomie idéale. Globalement, l’interface du jeu est austère avec des menus un peu grossiers et aucun effort n’a non plus été fait sur la musique et le son en général, ce qui est vraiment dommage car l’ambiance graphique est très réussie et aurait mérité une partition digne de ce nom. Rien qui vienne gâcher le plaisir des parties mais ce sont des petits détails importants dans ce genre de party game. Killer Queen Black peut paraître un peu intimidant dans son principe les premières minutes et une présentation plus soignée n’aurait pas été de trop pour compenser cela.

 

Une adaptation réussie

Malgré le passage de l’arcade au domestique, Killer Queen Black reste un excellent titre multijoueur, accessible et doté d’une réelle dose de stratégie. Son concept unique séduit toujours autant et son style pixel art revisité fait mouche, aussi bien en nomade que sur un téléviseur. Avec cette adaptation, le titre s’ouvre aux parties en ligne et vous permet de jouer contre des adversaires humains quand vous le voulez. Le jeu prend toutefois toute son ampleur en local avec trois amis (ou même 7) sur votre canapé. Il vous faudra donc investir dans des manettes ou des amis déjà équipés. Pour le reste, le jeu déçoit tout de même par son interface peu engageante, ses menus uniquement en anglais et son ambiance sonore un peu vide. Malgré ces quelques défauts, il reste une valeur sure du genre et devrait satisfaire les esprit compétitifs et animer les soirées entre amis. Cette adaptation est aussi l’occasion pour les joueurs du monde entier de découvrir un jeu culte cantonné jusqu’ici quasi exclusivement aux salles d’arcade américaines.

Tags

Partagez sur

Vous aimerez sûrement ces articles...

Réactions sur l\'article “Killer Queen Black - Les reines tueuses de l’arcade attaquent votre salon”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *