Lootmygame.com - Faites vous plaisir pour seulement 0.50€, La box gaming gagnante à tous les coups ! Lootmygame.com - Faites vous plaisir pour seulement 0.50€, La box gaming gagnante à tous les coups !
this means warp logo

This Means Warp – Une odyssée spatiale à haut potentiel

Partagé entre le Canada et l’Irlande, le studio Outlier s’est fait du jeu coopératif un mantra pour les développements à venir. Paul Froggatt et Matt Rathbun affectionnent particulièrement ce domaine, même si dans leurs histoires personnelles et leurs cœurs penchent pour des roguelites éminemment solitaires (Faster Than Light, Binding of Isaac, Slay the Spire). C’est donc tout naturellement que leur première collaboration, This Means Warp, s’est tournée vers la combinaison de ces deux dimensions vidéoludiques. Débuté en alpha en septembre 2020, il a rapidement grossi les rangs de sa communauté en juillet 2021 pour une version bêta. C’est le 17 mars dernier que la première création d’Outlier est proposée finalement à un plus large public en accès anticipé, révélant un jeu d’aventure spatiale en même temps qu’une gestion minutieuse en temps réel à bord du vaisseau.

Les Norg attaquent une planète dans This means warp

 

Le roguelite qui prend d’assaut la coopération

Un rythme en dents de scie

Le genre du Roguelite prend ici un format très emprunté, prouvant encore une fois qu’il est un genre protéiforme et aux contours interchangeables. Cela n’aura peut-être pas manqué à la plupart d’entre vous : This Means Warp se nourrit de nombreuses cultures vidéoludiques, se plaçant à la lisière des champs coopératifs et solos à la fois. On nous offre ainsi la possibilité de mener une aventure spatiale à quatre joueurs, en ligne ou en local, à bord d’un vaisseau offert par Globocorp. À peine enjambé la passerelle que Richard, l’IA du vaisseau, nous propulse vers l’autre bout de la galaxie, nous mettant aux commandes sans autre forme de procès. En effet, l’équilibre galactique semble ébranlé, suite à l’extermination totale d’une planète par les Norg et nous voilà alors en chemin pour anéantir leur arme suprême.

C’est un récit on ne peut plus commun qui bénéficie néanmoins de bases infaillibles pour doter l’expérience de mouvances épiques. À ce sujet, This Means Warp construit un rythme à la fois captivant et éreintant, jonglant entre des moments de bataille et des temps plus calmes, où il s’agit de se reconstruire, réaliser un mini-jeu avec une intéressante récompense ou tout simplement faire des achats. Les phases de repos ont cependant un objectif évident : préparer le vaisseau aux prochains combats.

C’est un élément à ne pas ignorer, puisque la défaite signifie par conséquence l’arrêt total de l’aventure. On aura donc beau parfaire autant que possible notre technique, il s’agira surtout d’obtenir des armes, boucliers ou autres instruments afin d’être toujours victorieux.

Le marché dans This means Warp

Un lieu disponible pour améliorer son équipement est le marché spatial

 

This means all

À la manière d’un Lovers in a Dangerous Spacetime, chaque membre d’équipage se saisit d’un poste et peut assurer son fonctionnement. La stabilité du vaisseau repose ainsi sur une coopération aiguë pour sa défense ou sa force de riposte, mais aussi dans la réparation des modules ou de la coque, ou bien pour alimenter en munitions les engins de guerre. La comparaison avec l’œuvre d’Asteroid Base s’arrête toutefois à ces quelques éléments, car du point de vue de la navigation et du déroulement de l’action, This Means Warp choisit clairement d’emprunter la recette à Faster than light. Toutes les phases d’actions se présentent dans un format statique, présentant les vaisseaux belligérants ou l’événement (champs d’astéroïdes, récolte de débris, etc.) de chaque côté de l’écran, comme deux forts se faisant face.

Aux premiers abords difficiles, on se rend finalement compte au fur et à mesure que les défis ne sont pas insurmontables à la condition qu’une bonne organisation s’opère dans la structure de l’équipage. C’est peut-être le plus grand intérêt de This Means Warp : bâtir un équipage efficace, aux rôles appropriés. Cela est renforcé par la possibilité de développer certaines compétences (vitesse de marche, vitesse de réparation, puissance aux armes, etc.). Ignorer cette importance de l’organisation, c’est se diriger alors vers un carnaval de persécutions malheureuses qui ne manquera pas de provoquer quelques fous rires. La similarité avec Overcooked, de ce point de vue, est indéniable et constitue la dernière source d’influence majeure pour le studio Outlier.

Terminons par dire que la navigation galactique, entre chaque phase, laisse un certain choix pour la prochaine étape. Le studio Outlier a ainsi pour vocation d’apporter une certaine réinvention à chaque partie, ce qui est largement confirmé par la façon procédurale dont sont générés les vaisseaux ou événements.

Un affrontement intense dans this means warp

 

Un party game qui n’a plus qu’à s’étoffer

Ne pas se reposer sur ses acquis

Sur quatre tableaux galactiques, notre vaisseau progresse ainsi vers un affrontement final. Chaque tableau se conclut d’ailleurs lui-même par une bataille plus intense, relevant toujours le niveau de difficulté d’un degré supplémentaire. Roguelite s’il faut le rappeler, This Means Warp prend son sens dans la répétition et engage alors quiconque à l’acharnement. Cet élément rencontre cependant quelques limites assez rapidement, la faute à un manque de contenus permettant de renouveler l’expérience. Même si les quelques armes et instruments qui nous sont disposés suffisent à installer un bon moment entre amis, on se retrouve vite en lassitude face à la résurgence de certains ennemis ou événements.

L’acharnement qu’on s’était d’abord infligé peut laisser place, au bout d’une cinquième partie, à une impression de vaisseau qui roule tout seul, qui n’a presque plus aucun frein dans sa progression. Autrement dit, il est essentiel d’apporter des paramètres nouveaux, de nouvelles rencontres avec l’ennemi ou des schémas de batailles différents, afin de surprendre encore le joueur dans sa tranquillité. Bien heureusement, Paul Froggatt confirme la nécessite de cet apport et rassure dans les intentions du studio à ce sujet :

Aujourd’hui on peut jouer du début à la fin, mais on veut rendre chaque partie unique. Si vous relancez le jeu, on veut que vous ayez des types de missions différents, que vous puissiez appliquer différentes stratégies. Pour que le défi du jeu s’adapte à ce que vous rencontrez sur une partie bien précise.

Un aperçu de la navigation sur carte dans this means warp

 

Un solitaire un peu tout seul

En l’état actuel, This Means Warp donne à voir un concept efficace, qui réalise une belle association des jeux sus-cités, le qualifiant aisément de party game. Il n’en est malheureusement pas de même si l’on s’intéresse à la variante solitaire du jeu, qui avoue un certain relâchement dans le dynamisme qu’on peut expérimenter à plusieurs. Pour vous aider, à vos côtés est disposé un équipage géré par l’IA. Il est possible de laisser entièrement confiance à celle-ci dans la gestion des tâches, ou bien il est possible de la guider et lui ordonner de centrer son attention sur certaines machines ou actions.

Étant donné le statut d’accès anticipé de This Means Warp, l’IA n’a pas encore toutes les qualités pour mener à bien son rôle d’acolyte lors d’une aventure solitaire. Force est de constater que celle-ci avoue une certaine lenteur, que ce soit dans son temps de réaction ou ses actions. Elle étonne parfois même pour sa prise de décision totalement contraire aux priorités ou même pour les embouteillages qu’elle peut engendrer lorsque deux personnages se marchent dessus. On s’interroge également sur l’impossibilité du développement des compétences pour cet équipage artificiel, octroyant alors une expérience très déséquilibrée et favorisant, de facto, le mode coopératif.

Pour autant, le studio Outlier confesse qu’il s’agit d’un mode bienvenu par les joueurs, et que cela demeure un élément important du jeu :

Le mode solo était un élément important de This Means Warp dès le départ. Nous voulions concevoir un jeu auquel vous pourriez jouer avec vos amis, mais qui n’exigeait pas que d’autres personnes soient présentes. […] Durant la phase Beta, nous avons d’ailleurs été très surpris d’apprendre que le mode solo était le plus joué dans le jeu ! Il y a certainement moins de cris qu’avec un équipage entièrement composé d’amis, mais si vos amis ne sont pas dans le coin ou si vous souhaitez affronter l’aventure seul, l’option existe !

On suppose ainsi qu’il s’agit encore d’une préoccupation majeure dans le développement du jeu. This Means Warp doit s’enrichir de contenus et de nouvelles matières ou il sera amené à demeurer une petite friandise qui perd vite de sa saveur. Notons que la prochaine mise à jour est prévue le 2 mai et qu’à coup sûr elle sera suivie d’agréments plus importants encore.

Plan d'évolution du développement de This means warp

This Means Warp dispose des graines de sa propre réussite

S’inscrivant dans un genre qu’on dit difficile d’accès (roguelite), This Means Warp parvient à donner une proposition intuitive, qui ne demande pas plus de quelques minutes dans sa prise en main. Il rend honneur au genre, en même temps qu’il le nourrit de différentes matières homogènes. Il compose ainsi une élégante réalisation entre Overcooked, Lovers in a Dangerous Spacetime et Faster than light, faisant de ce mélange un subtil mashup de ce que qui fonctionne le mieux dans les party games.

Son statut d’accès anticipé ne permet pas d’être plus expansif sur sa critique, mais il faut noter néanmoins quelques lacunes du point de vue de la créativité. Il s’abreuve tant et si bien de ses pairs qu’il oublie parfois de se faire confiance, pour bâtir une véritable expérience singulière et inédite. Le studio Outlier témoigne malgré tout d’une grande honnêteté, puisqu’il attache une importance notable à la communauté de son jeu, le gratifiant de mises à jour régulières.

Il n’est alors pas présomptueux d’espérer de This Means Warp qu’il s’enrichisse davantage. En l’état actuel, il demeure une chouette aventure entre amis, en même temps qu’un investissement certain au vu de son potentiel.

Le vaisseau prend feu

Retrouvez ce jeu au meilleur prix chez notre partenaire, GoCleCD.fr

Tags

Partagez sur

Phebus

J'aime me plonger jusqu'à l'os dans des choses que je ne connais absolument pas, pour rester curieux de tout, toujours le poing levé comme disait une chanteuse de mes folles années de jeunesse. Sinon je fais partie de cette secte, toujours plus réduite, qui croit en la sortie d'un Half-life 3 depuis vingt ans. J'ai cependant d'autres religions comme Dear Esther, Denis Villeneuve, Alien, les chats, le Japon ou la cuisine. Touche-à-tout en jeux vidéo, j'ai tout de même mes limites quand il s'agit de taper dans le ballon rond ou m'infliger du golf ô combien dynamique. Entre toutes ces choses, j'aime malgré tout un peu d'instinct primaire, en me défoulant sur un FPS en ligne, ça finit toujours une journée en beauté. J'aime à penser que j'aurai pu faire une carrière inimaginable dans l'Esport et devenir celui qui connaît le jeu vidéo mieux que tout le monde (pathétique fierté humaine).

Vous aimerez sûrement ces articles...

Réactions sur l\'article “This Means Warp - Une odyssée spatiale à haut potentiel”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *