Lootmygame.com - Faites vous plaisir pour seulement 0.50€, La box gaming gagnante à tous les coups ! Lootmygame.com - Faites vous plaisir pour seulement 0.50€, La box gaming gagnante à tous les coups !
Essays on Empathy Title

Essays on Empathy – La compilation de Deconstructeam

Le studio espagnol Deconstructeam derrière Gods Will Be Watching et The Red Strings Club a sorti en mai dernier Essays on Empathy. Une compilation de leurs meilleurs jeux de Game jam.

 

Cinq ans de jeux en un seul

The Red Strings Club avait rencontré un succès d’estime et permis au studio de sortir la tête de l’eau financièrement. Essays on Empathy propose aux néophytes de découvrir ce qu’il y a eu avant. Deconstructeam profite de cette compilation pour revisiter son propre univers et en illustrer les évolutions.

Afin d’étayer cette introspection, chaque jeu est accompagné d’une petite fiche accessible dans le menu principal. On y trouve un petit résumé contextuel, un accès à la galerie des artworks mais également une vidéo de plusieurs minutes. Ces petites capsules sont des interviews de l’équipe et sont pensées comme un documentaire à consulter en complément des jeux.

 

Le meilleur des Game jam

Jordi de Paco, Marina González et Paula Ruiz y expliquent leurs intentions créatives et le rôle de chaque jeu dans la création de l’univers de Deconstructeam. Ainsi, l’accent est souvent mis sur ce que The Red Strings Club ou Gods Will Be Watching ont emprunté à ces projets plus modestes. Pour une grande partie, issus des game jam Ludum Dare. Des concours où les développeurs doivent faire preuve d’ingéniosité et de créativité pour sortir des jeux en 48 ou 72 heures. À cela s’ajoute une contrainte thématique : « Technologie ancienne », « voyage dans le temps »… Un exercice auquel l’équipe de Deconstructeam s’est rodé au fil du temps. Vous tenez le résultat sous vos yeux : les rendus issus de ces Game jam.

À noter que si la majorité de ces jeux sont disponibles gratuitement sur la page Itch.io du studio, la compilation a le mérite de tous les regrouper au même endroit. De Tres al Cuatro faisant figure d’exception.

On voit un homme avec des lunettes assis sur un fauteuil de bureau, on voit une vile futuriste dans le fond et un ciel nocturne.

Image de Superconitent Ltd, un des jeux issus d’une Ludum Dare ayant pour thème “Technologie ancienne”.

 

Au programme de Essays on Empathy

Le format des Ludume Dare a permis au studio d’explorer plusieurs directions différentes. Comme l’illustre le premier jeu, Underground Hangovers, un platformer orienté Metroidvania axé sur des mécaniques de gameplay précises et une certaine exigence dans l’exécution. Une exception de l’avis même de l’équipe qui préfèrera partir sur des jeux plus orientés sur la narration.

La suite est avant tout constituée de point’n’click avec quelques mini-jeux. Un support beaucoup plus approprié pour faire passer les différents messages portés par l’équipe espagnole. Ainsi le jeu s’adresse à un public averti puisque les thèmes abordés suggèrent une certaine maturité pour être appréhendés pleinement. On y parle du rôle des femmes, de sexualité, de drogues, de dépression… Ainsi se succèdent :

  • Zen and the Art of Transhumanism : vous êtes un être artificiel dont la fonction est de façonner des poteries aux propriétés multiples. Force physique, sex-appeal, intelligence ou encore succès sur les réseaux sociaux. Sorti en 2016.
  • Supercontinent Ltd : vous incarnez un agent secret envoyé par la société PROXYMA pour enquêter sur une autre entreprise : Supercontinent Ltd. Votre seule arme ? Un téléphone fixe et un modificateur de voix. À vous de remonter l’organigramme en vous faisant passer pour des membres de la hiérarchie pour en savoir plus sur cette organisation. Sorti en 2016.
  • Engolasters, January 2021 : vous incarnez une chercheuse qui consacre sa vie à découvrir les traces d’existence d’une vie extraterrestre. Alors que vous vous trouvez au bord d’un lac en Andorre, vous faites la tant attendue rencontre du troisième type. Problème : ils n’ont pas l’air de venir en paix.
  • behind-every-great-oneBehind Every Great One : le jeu vous retranscrit l’expérience de la charge mentale à travers le personnage d’une femme au foyer. Sorti en 2018. Nous en avions consacré tout un article l’année dernière que nous vous invitons à aller lire.
  • 11:45 a Vivid Life : vous êtes une jeune fille qui s’est rendu compte de quelque chose de peu commun : votre squelette n’est pas le vôtre. Votre première réaction : vous enfuir à bord de votre voiture équipée d’une machine à rayons X pour repérer les éléments parasites et découvrir la vérité. Sorti en 2018.
  • Eternal Home Floristry : vous êtes Gordon, un tueur à gages. Blessé au bras lors de votre dernière tâche, vous êtes venus vous reposer chez Sebastian, un ami de votre famille criminelle. L’homme est aujourd’hui âgé et tient un magasin de fleurs. Pour passer le temps et le remercier pour son aide, vous l’aidez à composer des bouquets. Vous apprenez alors les significations des plantes. Vous comprendrez vite que ces compositions sont bien plus que de simples fleurs. Sorti en 2018.
  • Dear Substance of Kin : dans la peau d’une espèce d’entité lugubre, vous évoluez dans un village médiéval aux portes closes et aux maisons délabrées. Votre tâche : offrir votre aide aux pauvres âmes qui la réclament. Mais à quel prix ? Forcez-les à avouer leurs désirs profonds et demandez les viscères de leurs proches pour réaliser vos rituels de sang. Sorti en 2019.
  • The Bookshelf Limbo : vous cherchez à offrir un cadeau à votre père pour son anniversaire. Votre dévolu se porte sur une bande dessinée. Vous voilà donc à la recherche du précieux sésame, écumant les rayons d’une librairie des plus fournies. Un véritable simulateur d’achat puisque vous pouvez accéder à la quatrième de couverture mais également consulter les avis en lignes sur les différents ouvrages. À vous de faire votre choix en prenant compte des pensées de votre personnage sur les ouvrages. Sorti en 2020.
  • De Tres al Cuarto : l’opus exclusif à Essays on Empathy. Vous incarnez l’un des deux membres d’un duo de comiques amateurs. Vous vous représentez sur une scène en bord de mer où les spectateurs viennent passer un bon moment à vous écouter en profitant de la plage. Entre deux scènes, vous vous rendez dans différents lieux de l’île, au bar, dans votre chambre, sur la plage. Une plongée dans la vie d’artiste avec ses moments de gloire, d’échecs, de créativité et de doute. En parallèle de votre relation avec votre duo.
Un schéma de potterie qui confère une reconnaissance sociale accrue.

Zen and the Art of Transhumanism

 

Une compilation idéale pour la détente

En définitive, Essays on Empathy est un bel équivalent vidéoludique d’une autobiographie. Une façon originale de retracer l’histoire d’un studio indépendant à travers ses réussites, ses doutes et ses échecs. Un bémol néanmoins sur la maniabilité. Si vous utilisez un clavier Azerty, passez le en Qwerty car les jeux ne possèdent pas de paramètres et le support manette est très inégal. Des points d’ombres qui s’expliquent par la nature rudimentaire du développement en peu de temps.

Ainsi la compilation possède deux arguments principaux pour justifier son prix : regrouper les jeux marquant du studio en un même support, mais aussi une exclusivité du studio : De Tres al Cuatro. Pas le seul moyen de s’initier à Deconstructeam mais une bonne entrée en matière.

Retrouvez ce jeu au meilleur prix chez notre partenaire, GoCleCD.fr

Tags

Partagez sur

Laquenouilh

Diplômé d’école de journalisme de 22 ans avec une nette orientation PC malgré des débuts sur consoles Nintendo. Grand amateur de lore divers et variés et rôliste à mes heures perdues, je ne me suis toujours pas remis de The Witcher ou de la trilogie Mass Effect. Niveau MMO, inconditionnel de Guild Wars 2 où je fais des passages réguliers (chassez le naturel, il revient au galop). J’ai parcouru sommairement Azeroth et Tamriel mais ce sont deux univers qui ne sauraient être appréhendés en une seule vie à mon sens. Une attirance pour les récits fournis qui ne m’empêche pas d’écumer les matchmakings des quatre coins du monde avec un niveau approximatif que ce soit sur League of Legends, Wild Rift, Overwatch, Valorant ou d’autres. Pour conclure, j’ai une légère préférence pour les productions occidentales par rapport au Japon même si je sais me le laisser surprendre par des licences nippones.

Vous aimerez sûrement ces articles...

Réactions sur l\'article “Essays on Empathy - La compilation de Deconstructeam”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *