Lootmygame.com - Faites vous plaisir pour seulement 0.50€, La box gaming gagnante à tous les coups ! Lootmygame.com - Faites vous plaisir pour seulement 0.50€, La box gaming gagnante à tous les coups !
Oddity VR - alaune

Oddity VR – Un outil de réalité virtuelle pour accompagner les recrutements

Et si, lors de votre prochain entretien d’embauche pour le job de vos rêves, on vous proposait une petite session de jeu en réalité virtuelle pour comprendre et décrypter votre personnalité ? C’est le projet que nourrit Oddity VR, une solution développée par le cabinet de recrutement Walter et le studio Human Games. Casque vissé sur la tête et manettes en mains, nous avons eu la chance de tester ce dispositif d’un genre nouveau.

 

Quand la VR rencontre les RH

Depuis quelques années, la réalité virtuelle trouve des applications qui dépassent le cadre vidéoludique classique. Cette technologie s’utilise notamment pour réaliser des visites immersives de monuments historiques comme le château de Versailles ou à former des professionnels de santé comme dans le projet Health VR que nous avions présenté à l’occasion de l’Africa Corner de la Paris Games Week en 2019. La réalité virtuelle permet une immersion qui offre de nombreuses perspectives. Le secteur des ressources humaines s’est donc naturellement intéressé à ce biais pour développer des méthodes alternatives de recrutement.

Oddity VR est né de cette volonté et de la coopération de studio de développement Human Games, du cabinet de recrutement Walter et Pascal Neveu, psychanalyste, psychothérapeute et directeur de l’Institut Français de Psychanalyse active. Oddity VR est une application qui combine des tests d’aptitude, d’intelligence, de personnalité et de mise en situation afin de désinhiber totalement la personnalité de l’utilisateur. L’objectif est d’évaluer le candidat potentiel sur ses soft skills, ces compétences relationnelles difficiles à déceler lors d’un entretien d’embauche traditionnel. Cette application a donc été développée et pensée pour les entreprises pour leur fournir de nouvelles options en matière de recrutement.

 

Douze modules de jeu pour tester ses soft skills

Dans l’enceinte du pavillon Antilogy à Paris, j’ai pu m’essayer à quelques-uns des 12 modules de jeu différents conçus pour évaluer mes soft skills. Pour m’échauffer, j’ai démarré avec “Droit au but” dans lequel je me retrouve sur une phase arrêtée d’une partie de handball. Le ballon est entre mes mains, je dois frapper au but mais un mur de joueurs de l’équipe adverse me fait face. Plusieurs solutions s’offrent à moi. Est-ce que je dois tenter une approche en force ? Tenter de contourner le mur ou faire appel à un éventuel coéquipier ?

Il n’y a pas vraiment de mauvaises réponses et j’ai réussi à marquer en utilisant différentes méthodes. L’important ici est d’observer et d’apprécier la situation, les forces en présence et les moyens d’arriver à atteindre mon objectif. Graphiquement, l’expérience est honnête sans être bluffante mais l’immersion est réelle. Je peux utiliser mes mains pour “saisir” des objets et mes déplacements sont facilités par une fonctionnalité de téléportation.

image Vr Oddity Vr.jpg

 

Des aventures plus ou moins ancrées dans le réel

Je suis lancé et je m’attaque au module “Le prix à payer” dans lequel je dois convaincre mes collaborateurs de me suivre dans une aventure pour le moins périlleuse. Là encore, plusieurs options s’offrent à moi pour tenter de forcer leur décision. Certaines sont évidentes et d’autres plus étonnantes. Je me prends au jeu et arrive à remporter leur adhésion.

Enthousiaste, je lance un autre module appelé “L’horrible Mystère de la chambre bleue”. Transporté dans une sorte de taverne médiévale, une étrange pièce attire mon attention. Je n’aurais pas d’autre explication face à un game design a priori volontairement cryptique, si j’en crois les dires du psychanalyste Pascal Neveu, qui semble s’amuser de ma frustration, l’outil n’a pas vocation à évaluer ma réussite mais mon expérience de joueur me rattrape. Si je voulais dissimuler ma condition de geek notoire à un éventuel recruteur, c’est râpé.

J’essaie rapidement d’autres modules comme “Le magicien du livre” (amusant), “Impossible mission” (oh non même en VR, je me retrouve dans le train de la mine) avant de terminer sur “L’irrésistible ascension”.

Selon le scénario, on sent parfois la volonté de proposer directement un test de personnalité et d’autres fois une approche plutôt basée sur l’imagination. Dans de bonnes conditions, cette expérience peut surement se révéler assez libératrice pour un candidat. À noter que, dans le cadre d’un recrutement, le sujet a d’abord l’occasion de se familiariser avec l’outil pendant une trentaine de minutes lors d’un test blanc pour prendre ses marques.

 

Des parties soumises à analyse

À l’issue de la session, des balises et algorithmes calculent et mesurent les comportements des joueurs en fonction de plusieurs critères. Au total, les modules vont mesurer quinze soft skills tels que la curiosité, l’esprit d’équipe, le leadership, la résistance au stress ou encore l’empathie.

Le résultat prend la forme d’une sorte de diagramme ou apparaît l’intensité de chaque soft skill révélé durant l’exercice chez le joueur. Je n’ai pas eu accès à mon analyse personnalisée mais le principe ainsi que les exemples que l’on me présente sont plutôt clairs. Avec quelques minutes de tests, on peut donc disposer d’une carte individuelle des soft skills d’un joueur.

 

Oddity VR : une expérience immersive aux données complexes

Mon expérience de recrutement en réalité virtuelle s’achève ici. Je suis intrigué et me demande comment j’aurais réagi si j’avais réellement été dans ce cadre. Les situations présentées dans les modules sont amusantes mais il est assez aisé de comprendre ce que le jeu cherche à évaluer chez le joueur.

Pourtant, cette sensation s’estompe peu à peu au fur et à mesure des modules. L’immersion de la réalité virtuelle permet d’oublier peu à peu le cadre et encourage un lâcher prise souvent absent d’un entretien classique. Avec un tel outil, il est certain que les recruteurs pourront déceler des traits de caractères impossible à percevoir avec un CV et une batterie de questions vues et revues amenant des réponses toutes faites.

En complément d’un entretien, Oddity VR est donc un puissant levier pour libérer le candidat et renseigner le recruteur. Reste à mesurer la pertinence de l’analyse faite par le logiciel en fonction de vos réactions. Si le but n’est pas de tester le niveau du candidat mais de voir et de comprendre ses réactions, cet outil d’analyse me paraît un peu déplacé et il me semble délicat pour une personne en charge du recrutement d’interpréter les résultats récoltés pour se faire un avis sur un candidat.

Les soft skills sont, par définition, difficilement quantifiables et la pertinence de ces mesures reste donc à démontrer. Dans le cadre d’une utilisation bienveillante, Oddity VR constitue une solution technologiquement intéressante, divertissante et porteuse de riches perspectives pour les ressources humaines comme pour la réalité virtuelle.

Tags

Partagez sur

Sgtkabukimen

Prêtre gamer du Soleil Levant depuis deux décennies, j’aime manier la gunblade, le megabuster, et le fouet pour faire des passes d’armes avec des Cyborg Ninja Vampire dans les ruines de Neo Tokyo. Je délaisse de temps en temps mon cher Japon pour me livrer aux joies du jeu indépendant et exterminer des hordes d’aliens avec l’unité XCOM.

Vous aimerez sûrement ces articles...

Réactions sur l\'article “Oddity VR - Un outil de réalité virtuelle pour accompagner les recrutements”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *