Lootmygame.com - Faites vous plaisir pour seulement 0.50€, La box gaming gagnante à tous les coups ! Lootmygame.com - Faites vous plaisir pour seulement 0.50€, La box gaming gagnante à tous les coups !
The Binding of Isaac a 10 ans - Une

The Binding of Isaac: Repentance – Dix ans de larmes et de rages

Près de 10 ans après sa première sortie en version Flash, The Binding of Isaac s’est fait un nom dans le jeu vidéo. Devenu pour beaucoup la référence du rogue-lite (genre que le jeu a fortement popularisé), le jeu au départ créé par Edmund McMillen et Florian Himsl a une histoire de développement particulière.

 

« Isaac and his mother lived alone in a small house on a hill »

Bien avant l’excellence que nous vous présentions dans le test de la dernière version du jeu Repentance sortie en mars dernier, The Binding of Isaac était en premier lieu un jeu Flash. Alors qu’Edmund McMillen s’était fait un nom dans le monde vidéoludique grâce à Super Meat Boy sorti en 2010, le développeur californien prend tout le monde à revers (ce sera son habitude, vous le comprendrez) en créant The Binding of Isaac. Développé en moins de 3 mois car n’ayant, d’après son auteur, aucune chance de trouver un public, le jeu permet à McMillen de créer un univers très personnel.

The Binding of Isaac a 10 ans - Flash

 

Dans ce jeu caricaturant les donjons des Zelda 2D, le joueur prend le contrôle d’Isaac, jeune enfant vivant seul avec sa mère. Cette dernière, relativement dérangée, écoute régulièrement des émissions catholiques extrémistes. Un soir, elle est persuadée d’entendre Dieu lui-même lui demander de sacrifier son fils pour ses péchés…

C’est ainsi, dans cette ambiance anxiogène, que le jeune garçon enfermé dans sa chambre s’enfuira par la cave de la maison afin d’échapper à son sombre destin. De ce scénario simple découlera un jeu à la profondeur de gameplay déjà impressionnante en 2011.

The Binding of Isaac; Repentance - test - début

Ambiance très anxiogène dans la famille d’Isaac

 

The Binding of Isaac est un rogue-lite, c’est-à-dire que chaque partie reprend à zéro ou presque. Lors de chaque descente en enfer, vous débloquez des objets et des ennemis que vous trouverez, ou affronterez, aléatoirement dans les parties suivantes. Mieux encore, avec ses nombreux personnages et ses nombreuses synergies entre objets, The Binding of Isaac premier du nom se trouve un public et sera vendu à près d’un demi-million d’exemplaires en 2011.

 

Une légende créée pour les joueurs, mise en valeur par les joueurs

Devant le succès de son « petit jeu », Edmund McMillen prendra rapidement la décision de s’associer au studio de développement Nicalis afin d’embellir son bébé. Si McMillen reste le décisionnaire, il a désormais toute une équipe à ses côtés afin d’offrir une nouvelle vie à Isaac.

Lorsqu’en novembre 2014, sort Rebirth, le premier DLC du jeu, c’est déjà une révolution. Fini le moteur Flash, le jeu bénéficie désormais de graphismes 16 bits, d’un système de sauvegarde, d’une multitude de nouveaux objets et d’un mode Hard. Les fans sont ravis, mais cela ne suffit pas pour McMillen.

The Binding of Isaac; Repentance - test - build

La claque est énorme à la sortie de Rebirth

 

Quelque temps avant sa sortie, il annonce que le jeu comportera un personnage caché particulièrement compliqué à débloquer : The Lost. En effet, pour débloquer ce dernier, les conditions étaient nombreuses (nous n’entrerons pas dans le détail ici, mais, il fallait mourir dans des conditions spécifiques avec différents personnages dans un ordre précis). Malheureusement, certains joueurs entrent dans le code du jeu et débloquent The Lost seulement 109 heures après sa sortie (retenez ce nombre). La surprise de McMillen est gâchée ? C’est bien le sous-estimer !

 

Une vengeance sous la forme d’un ARG

Pour le développeur californien, le travail de ces dataminers équivaut à « avaler un bifteck de cent dollars en une bouchée ». Il se « vengera » quelques années plus tard. En octobre 2015 sort Afterbirth, nouvelle version du jeu proposant des nouveaux objets, fins et boss. De plus, Edmund tease un nouveau perso « difficile à débloquer ». Commence alors l’une des plus grandes chasse au trésor du monde vidéoludique.

Lorsque les joueurs lancent la dernière version de The Binding of Isaac, de nombreuses machines à sous sont bloquées à 109 pièces. Si les développeurs s’excusent de ce bug qui devrait être rapidement corrigés, l’interrogation gagne les joueurs lorsque certains d’entre eux débloquent un achievement étonnant indiquant une localisation géographique. Une personne s’y rendra pour trouver une affiche particulièrement mystérieuse.

Suivant le tout via Twitter, Edmund, très heureux de sa surprise, lance des indices au compte goutte. De cette affiche découleront plusieurs énigmes autour de localisations, numéros de téléphones et messageries automatiques. Pendant plusieurs semaines, la communauté est en émoi et le développeur s’en amuse sur les réseaux sociaux. Après plusieurs semaines de recherche, un joueur détermine une nouvelle localisation pour laquelle le développeur précise : « ramenez une pelle ». Le joueur déterrera alors une poupée représentant Isaac et comprenant les accès vers un compte Twitter. Lorsque le joueur se connecte sur ce compte Twitter, il est félicité par McMillen lui-même et débloque alors The Keeper, dernier personnage du jeu, pour tous les joueurs du monde. La légende de The Binding of Isaac se sera développé bien au-delà du jeu.

 

Précurseur sur tant de points

Si les choix artistiques sanglants utilisées dans le jeu ont permis de faire parler de lui (Nintendo refusant au départ de proposer le jeu sur ses machines car disposant de trop de références à la mort et la religion) et que sa légende s’est construite autour de ses histoires originales, The Binding of Isaac est un précurseur dans le monde du jeu vidéo et ce sur de nombreux points.

On date le début du genre rogue avec le jeu Rogue datant de 1980. Ce genre original, appelé Rogue-like (et non lite) propose, parmi de nombreux critères, de parcourir un jeu généré aléatoirement, dont toute mort est permanente et une partie ne débloque rien pour les suivantes. C’est, généralement, sur ce dernier point que l’on fait la différence avec les rogue-lites dont The Binding of Isaac est devenu la figure de proue. Vous avez passé de nombreuses heures sur le génial Dead Cells ou le superbe Hades ? Vous pouvez remercier McMillen d’avoir mis en lumière ce genre qui n’était pas aussi connu avant.

The Binding of Isaac a 10 ans - Rogues

Ces chefs-d’œuvre n’auraient certainement jamais vu le jour sans Isaac !

 

Le genre est désormais popularisé au point que certains AAA s’y essaient. Si vous suivez l’actualité jeu vidéo, vous avez dû entendre parler de Returnal et le débat que le jeu relancé sur la difficulté. Non, messieurs-dames, Returnal n’est pas un jeu particulièrement difficile, il est simplement un rogue-lite !

 

Idéal pour le streaming

Une grande partie du succès du jeu dans nos contrées a également été faite grâce au streaming. Chaque partie de The Binding of Isaac étant différente, chaque décision de prendre un objet ou non peut avoir beaucoup d’importance et de répercussions sur sa partie. Le fait que le jeu est idéal pour le streaming est alors rapidement apparu comme une évidence.

De Mistermv à Shisheyu_Mayamoto, certains des streamers français les plus populaires ont fait de The Binding of Isaac un de leurs jeux de prédilection. Si on prend en compte le succès des différents tournois organisés sur le jeu et l’excitation des chats devant chaque run du jeu, il est indéniable de dire que The Binding of Isaac a également créé sa légende sur Twitch (il est aujourd’hui très rare de voir Twitch proposer moins de 1000 spectateurs sur Isaac à un instant T).

 

Influent jusqu’aux produits dérivés

Si le nombre de joueurs ayant terminé The Binding of Isaac à 100% ne doit pas être énorme (après 900 heures, il me reste 100 succès…), tellement atteindre la quinzaine de fins différentes avec les 34 différents personnages relève de l’exploit, l’univers d’Isaac va désormais bien au-delà du jeu vidéo. En plus des centaines de produits dérivés qui rempliraient ma chambre si j’étais millionnaire, Isaac est désormais également disponible en jeu de plateau. The Binding of Isaac : Four Souls Requiem, dont le dernier Kickstarter a battu des records de participations, augmente encore la légende autour du jeune pleureur.

The Binding of Isaac a 10 ans - Jeu de plateau

 

Merci Isaac pour ces dix années de larmes

Passant, en dix ans et avec de nombreuses mises à jour, d’un jeu rapidement développé sous Flash à la référence et même le précurseur d’un genre de jeu, The Binding of Isaac est, pour moi, l’un des jeux les plus importants de ces dix dernières années. Aujourd’hui véritable institution, dérivé dans toutes les formes ou presque, ayant permis à une communauté de vivre des anecdotes uniques, proposant encore aujourd’hui de nombreuses heures de visionnage sur Twitch et de rages pour les joueurs, The Binding of Isaac est un des jeux qui a marqué et qui marquera à jamais l’histoire du jeu vidéo. Isaac est le roi, longue vie à Isaac !

The Binding of Isaac; Repentance - test - cinématique

Retrouvez ce jeu au meilleur prix chez notre partenaire, GoCleCD.fr

Tags

Partagez sur

Matthes

je suis Matthes, rédacteur sur le site et fan de Nintendo de la première heure ou presque. Ayant principalement fait mes armes de gamer sur les différentes versions de Mario Kart et Smash Bros, mes occupations vidéoludiques sont aujourd'hui plus variées. Si elles tournent toujours principalement autour de l'univers de notre plombier préféré, de nombreux jeux indépendants tels que The Binding of Isaac, FTL : Faster Than Light ou encore Rimworld font dorénavant partie intégrante de mon quotidien de joueur.

Vous aimerez sûrement ces articles...

Réactions sur l\'article “The Binding of Isaac: Repentance - Dix ans de larmes et de rages”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *