Lootmygame.com - Faites vous plaisir pour seulement 0.50€, La box gaming gagnante à tous les coups ! Lootmygame.com - Faites vous plaisir pour seulement 0.50€, La box gaming gagnante à tous les coups !
Logo

Krab an lò-la – Le premier jeu en langue créole

Krab an lò-la RPG

Partagez sur

Développé à Saint Martin, sous les doigts de Samy D’Alexis, Krab an lò-la est le 1er jeu guadeloupéen. Le jeu RPG explore les traditions de l’île et revisite plusieurs contes créoles, chose rare dans l’industrie, pour ne pas dire totalement inédite.

 

La quête du crabe d’or

Krab an lò-la met en scène Manno et Chawlo, en pleine époque de Pâques, une époque qui réunit des traditions guadeloupéennes festives. L’île est en pleine effervescence et il est raconté qu’un certain crabe d’or apparaît chaque année à l’occasion. Manno et Chawlo s’aventurent ainsi dans une quête du crabe mythique. Leur histoire les amènera alors à la rencontre de figures très emblématiques de la culture créole. Compère lapin, les zombies haïtiens, les diables, le sorcier soukougnian ou les lutins ti sapoti seront autant de créatures à découvrir, petits habitants des contes antillais.

Cependant, le jeu ne se veut pas forcément facile, Manno et Chawlo rencontreront plusieurs péripéties avant d’obtenir le crabe d’or, des défis à la hauteur d’une grande aventure. Car si le jeu est gratuit, sur Google Play et Chrome, c’est tout de même une douzaine d’heures de jeu que nous propose Samy D’Alexis.

L’expérience est habitée par les sons de l’île, capturés ici et là par Samy d’Alexis pour plus d’authenticité, comme un chant d’oiseau, le va-et-vient de la mer ou le clapotis des marais. La musique antillaise est aussi au rendez-vous, avec de petites mélodies soufflées à la flûte des mornes. Le gwoka, genre musical guadeloupéen emblématique, est aussi omniprésent dans Krob an lò-la et c’est d’ailleurs lui que l’on entend dans le trailer du jeu.

Dialogue dans Krab an Lò-La

 

L’effigie d’une culture antillaise

Il s’agit de la toute première création de Samy D’Alexis, développée sur RPG Maker MV. Profitant du confinement de mars 2020, Samy s’est lancé dans cette aventure sans rien connaître du développement de jeu vidéo. Il a cependant toujours eu à cœur de défendre et promouvoir le patrimoine antillais, par la langue, l’art ou l’associatif. Il faut noter que Samy D’Alexis est artiste contemporain, musicien, conteur et professeur de langue créole. Avec toutes ces casquettes, le jeu vidéo est un outil efficace pour ce militant du patrimoine, et une pratique ludique qui permet de jouer avec l’imaginaire antillais. Pour lui, le jeu vidéo est un vecteur très intéressant quand il s’agit de découvrir un autre monde culturel. En interview auprès de Johana Riquier, il précise :

Moi j’aime le caractère culturel des jeux vidéo, c’est-à-dire que découvrir des jeux vidéo venant de pays d’Afrique ou d’Asie nous permet de découvrir leur culture à travers eux. Et c’est exactement ma démarche lorsque j’offre la possibilité de jouer du tambour, de partir à la recherche de boîtes à crabes, de découvrir les différents plats, d’aller cueillir des fruits dans mon jeu vidéo.

À ce sujet, Krab an lò-La est une immersion culturelle de l’époque de Pâques, fête très différente de version métropolitaine. Le crabe se déguste à foison à cette période, essentiellement dans le Matoutou, un plat à base de riz et de fricassé de crabe. Un concours est d’ailleurs organisé chaque année depuis plusieurs décennies, le crabe d’or, qui récompense le meilleur Matoutou. Cette importance du crabe pendant Pâques remonterait à l’époque de l’esclavage, où, pendant la Carême, l’Église imposait un régime alimentaire sans viande. Le crabe étant un mets facile à trouver, et peu cher à l’époque, il a été choisi pour être servi à chaque Carême aux esclaves.

 

Krab an lò-la au service de la créolité

Aujourd’hui, le jeu n’est disponible que dans sa langue d’origine : le créole guadeloupéen. Samy d’Alexis met ainsi en avant une langue souvent oubliée, très variée selon les îles. Le jeu se destine cependant à l’anglais et au français dans l’avenir proche, mais en prenant le créole comme langue d’origine, Samy d’Alexis s’évite ainsi les mauvaises interprétations, des affaiblissements de concepts ou des écorchements dans le processus de traduction.

Grâce à son association montée en 2020, nommée Manny Manyòk, Samy d’Alexis a pu proposer Krab an lò-la aux structures scolaires de l’île dans le cadre de l’apprentissage du créole. Cela a permis d’obtenir des subventions qui ont grandement aidé au financement du projet. Ça a été une réussite et le jeu est proposé aujourd’hui comme outil pédagogique par le rectorat de Guadeloupe qui permet aux étudiants de tester leurs connaissances en langue créole.

 

Un avenir en or ?

Toutefois, Samy d’Alexis n’est pas en reste, il souhaite s’aventurer davantage dans la culture créole et antillaise avec le jeu vidéo. Pour cela, il espère récolter suffisamment de fonds pour bâtir un studio de développement en Guadeloupe, avec tout le matériel nécessaire. Sur leetchi, une cagnotte a été lancé pour cette occasion, qui ne demande qu’à décoller. Les fonds permettront également de rémunérer les artistes, faire progresser la traduction du jeu, et communiquer activement autour de lui à l’international.

Pour une première création, Samy d’Alexis a souhaité englober un héritage culturel important, qui demeure très peu connu dans le monde ou en France métropolitaine. La dernière tentative similaire remonte aux années 1980 avec Méwilo qui explorait un autre conte lié au précieux métal : la légende des jarres d’or. Développé par la pionnière martiniquaise Muriel Tramis, il s’agissait du premier partage culturel créole, avec une recette du calalou (une soupe de crabe ou de viande avec des herbages) et une cassette du groupe antillais Malavoi joints au jeu. Samy d’Alexis nous régale de la même générosité et on espère le retrouver dans de prochains projets qui sentent bon les Caraïbes.

Extrait de Méwilo

Méwilo, l’héritage martiniquais de Muriel Tramis

Tags

Partagez sur

Phebus

J'aime me plonger jusqu'à l'os dans des choses que je ne connais absolument pas, pour rester curieux de tout, toujours le poing levé comme disait une chanteuse de mes folles années de jeunesse. Sinon je fais partie de cette secte, toujours plus réduite, qui croit en la sortie d'un Half-life 3 depuis vingt ans. J'ai cependant d'autres religions comme Dear Esther, Denis Villeneuve, Alien, les chats, le Japon ou la cuisine. Touche-à-tout en jeux vidéo, j'ai tout de même mes limites quand il s'agit de taper dans le ballon rond ou m'infliger du golf ô combien dynamique. Entre toutes ces choses, j'aime malgré tout un peu d'instinct primaire, en me défoulant sur un FPS en ligne, ça finit toujours une journée en beauté. J'aime à penser que j'aurai pu faire une carrière inimaginable dans l'Esport et devenir celui qui connaît le jeu vidéo mieux que tout le monde (pathétique fierté humaine).

Vous aimerez sûrement ces articles...

Réactions sur l\'article “Krab an lò-la - Le premier jeu en langue créole”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *