Lootmygame.com - Faites vous plaisir pour seulement 0.50€, La box gaming gagnante à tous les coups ! Lootmygame.com - Faites vous plaisir pour seulement 0.50€, La box gaming gagnante à tous les coups !
Savior of Sapphire Wings et Stranger of Sword City - alaune

Savior of Sapphire Wings et Stranger of Sword city Revisited – Donjons, dragons et titres à rallonge

Un jeu c’est bien, deux jeux c’est mieux ! Savior of Sapphire Wings et Stranger of Sword City est une compilation de dungeon crawler développée par Experience inc qui a de l’expérience en la matière. Savior of Sapphire Wings est d’abord sorti en 2016 sur la maintenant sinistrée PSvita. Le deuxième jeu, Stranger of Sword City n’avait encore jamais quitté le territoire nippon, il s’agit d’une version “revisitée” si l’on en croit le titre et donc possède du contenu en plus. Je vous propose un test en deux parties pour traiter de cette collection sur Switch.

 

Savior of Sapphire Wings

Un scénario labyrinthique !

Qu’est-ce qui fait un bon dungeon crawler ? Des donjons labyrinthiques, des personnages personnalisables et surtout un scénario exceptionnel !

Le scénario part sur une base extrêmement simple. Le combat éternel entre la lumière et les ténèbres fait rage. L’héroïne et ses fidèles combattants contre l’Overlord of Darkness, (c’est le méchant, au cas où), malheureusement les sauveurs du monde se font battre. Ainsi, le monde plonge dans le chaos…

EyYDX5fUcAMpYVv

Une lueur d’espoir apparaît lorsque, 100 ans plus tard, un curieux héros fait son apparition, la réincarnation de l’héroïne. Sans souvenir de cette terrible bataille, il part avec ses compagnons prendre sa revanche sur le Seigneur du mal. Évidemment, les RPG dungeon crawler reposent énormément sur leur histoire. Pour que vous puissiez profiter entièrement du scénario, j’éviterais de le développer dans ce test.

Un gameplay plutôt classique…

Savior of Sapphire Wings et Stranger of Sword City - ExplorationPour ce qui est du gameplay on est dans un bon dungeon crawler à l’ancienne. Commençons par les donjons, leur structure est assez basique et compte quelques passages secrets, pièges et autres murs illusoires. Ils sont assez simples et le déplacement en au sein est facilité par une fonction d’autopilotage. Vous n’avez qu’à placer un point sur la carte pour que votre troupe s’y rende. Il faut néanmoins être attentif afin de trouver les trésors et autres loots ultimes qui facilitent grandement certains combats.

Le genre du dungeon crawler est de niche et peut paraître un peu vieillot si vous n’en avez jamais fait. Mon conseil est de vous accrocher, il faut parfois lire des tutoriels pour comprendre les mécaniques. Allier lecture et jeu vidéo ce n’est pas le rêve de tous·tes ?

Pour ce qui est des combats, on est sur du classique de chez classique. Des attaques physiques, élémentaires, du soin, des buffs et autres debuffs. Le tout saupoudré par un système de résistance et de faiblesse et le tour est joué. Bien que les combats contre les ennemis rencontrés ne soient pas passionnants, certains boss demandent vraiment de la concentration et de la stratégie. Les combats présentent peu d’animations puisque vos personnages sont simplement représentés par leur portrait. Plusieurs fonctionnalités permettent d’accélérer le combat, de bloquer vos personnages sur des actions précises… À  vous d’optimiser tout ça !

… mais personnalisable

Les personnages font tout le sel de l’aventure et du gameplay. À vous de choisir, leur genre (seulement au nombre de deux), leur classe (guerriers, mages…) et les caractéristiques du personnage principal. Très rapidement vous tomberez sur une quantité de compagnons qui rejoindront vos rangs. Tous ces personnages sont également personnalisables à souhait. Vous pouvez changer leur style de combat, leur classe… Bref, vous êtes omnipotent·es. Ces possibilités autorisent une certaine improvisation et c’est une bonne chose. Cependant, essayer d’équilibrer vos équipes au maximum. Savior of Sapphire Wings n’est pas clément avec les équipes un peu trop déséquilibrées en terme de statistiques.

Savior of Sapphire Wings et Stranger of Sword City - Combat 2La progression de la troupe se fait en combattant et en amassant de l’expérience mais pas seulement. Comme dans tout bon RPG qui se respecte, le dialogue est central dans l’aventure, les relations entre les protagonistes aussi. De nouvelles aptitudes sont déverrouillées une fois que leur jauge de confiance est remplie au maximum, cette jauge monte au fur et à mesure des dialogues et des choix de vos réponses lors des discussions avec les membres de votre équipe. Ainsi, vous pourrez les faire évoluer à un niveau de puissance encore plus élevé. Encore une fois, vos affinités décideront de la composition de votre équipe. On a la sensation d’avoir sa dream team pour bouter les ténèbres hors du territoire.

Savior of Sapphire Wings et Stranger of Sword City - Combat

 

Stranger of Sword City

Plus mature dans son traitement

Il y a beaucoup de similitudes entre les deux titres. Pourtant quelques différences justifient de traiter les deux dungeon crawler séparément.

Tout d’abord le scénario ! Ici, on est sur une toute autre quête. Un avion se crashe dans une dimension parallèle, aucun·e passager·ère n’y a survécu, sauf un·e. Évidemment, vous êtes l’élu·e… Vous êtes également très loin de chez vous (Mr Fraudon). La rencontre avec Riu, un personnage dans la même galère, va donner naissance à une formidable alliance dont la mission est simple : rentrer à la maison. Savior of Sapphire Wings et Stranger of Sword City - Elder

Je dois avouer que le scénario de Stranger of Sword City m’a plus parlé, moins manichéen et recélant également de petits twists et développements au fur et à mesure de l’aventure. Ne vous y trompez pas, on reste tout même sur du grand classique. Les personnages rencontrés sont toujours aussi nombreux, les dialogues aussi abondants.

Le dungeon crawler à la dur

À la différence de Savior of Sapphire Wings, le deuxième jeu de la compilation est encore plus long et surtout plus dur. La personnalisation est poussée plus loin : cette fois vous pouvez donner l’âge que vous voulez à vos avatars. Selon l’âge vous aurez des points de statistiques bonus qui s’avèreront parfois déterminants dans l’aventure. Un.e jeune aura plus de chances de progresser, donc d’augmenter ses points et une personne âgée aura tout de suite un gros bonus mais qui n’évoluera pas de l’aventure.

Savior of Sapphire Wings et Stranger of Sword City - feuille de personnage

 

Savior of Sapphire Wings et Stranger of Sword City - GuildeCe périple est difficile, très difficile même. J’ai joué au jeu en mode normal et il est arrivé plusieurs fois que je tombe sur plus fort que moi. Les monstres ont des niveaux élevés, chaque erreur est sévèrement punie et, si vous êtes néophytes dans le genre, croyez-moi vous en ferez.

La mort des personnages est également extrêmement punitive. S’il vous reste quelques life point, vous pourrez le ressusciter instantanément ou bien le faire gratuitement dans les hôpitaux disséminés dans le jeu. C’est souvent vers les hôpitaux que vous vous dirigerez car les prix pour faire revivre son personnage tout de suite sont exorbitants. Il faut donc faire très attention à ses personnages et faire des rotations très régulièrement pour ne pas risquer de perdre un membre de l’équipe que l’on a durement entrainé. Mieux, sauvegarder souvent, malheureusement, impossible de sauvegarder pendant les donjons, il faut être en ville pour cela.

 

Un artwork vaut mieux que mille animations

Stranger of Sword City est, pour moi, supérieur à Savior of Sapphire, notamment dans le visuel. La patte artistique est bien présente et est l’un des moteurs qui m’ont permis de continuer le jeu longtemps. Les sprite sont nombreux et très soignés. Puisqu’on ne voit pas les personnages, ce sont les paysages et le bestiaire que notre équipe affronte qui vole la vedette. Concernant les labyrinthes, ils ne vous couperont pas le souffle.

Globalement, l’esthétique et l’agencement du système de combat m’ont plus séduit. Le character design (personnalisable encore une fois) a l’apparence moins kawai que Savior of Sapphire fonctionne mieux sur moi.

Bref, j’aimerais beaucoup dénicher un petit artbook de ce jeu, ce n’est pas gagné !

Savior of Sapphire Wings et Stranger of Sword City - Wyvern

 

Savior of Sapphire Wings et Stranger of Sword City, une compilation chronophage idéale pour les néophytes

Les fans de dungeon crawler/J-RPG seront comblés par cette compilation. Il faut cocher certaines cases afin de pouvoir profiter pleinement des deux jeux. Il n’y a pas de VF et il est donc obligatoire de maitriser la langue de Shakespeare et de Cory Barlog pour pouvoir profiter pleinement des deux aventures. Ensuite, il vaut mieux être patient et déterminé car difficile de finir ces deux aventures sans passer par quelques petites colères.

Très classiques, ils vous occuperont pendant de bonnes dizaines d’heures chacun, néanmoins préférez Stranger of Sword City, plus abouti selon moi.

Retrouvez ce jeu au meilleur prix chez notre partenaire, GoCleCD.fr

Tags

Partagez sur

JeanThib

Après une Playstation 2 gagnée sur une obscure machine chez Leclerc à l'âge de 6 ans (quel background !) je n'ai plus vraiment lâché la manette... Élevé dans une famille très joueuse : jeux d'action, de stratégie, d'énigmes ou autres party game, tout y est passé ! Je suis également très féru de lecture et de tout ce qui touche à l'audiovisuel. Mes activités vaquent entre tenter de speedrunner du Céleste et finir les oeuvres de Maupassant. Joueur console mais Master Race d'ici peu, j'ai hâte de partager ma plume et mon engouement pour le jeu vidéo dans de futurs articles !

Vous aimerez sûrement ces articles...

Réactions sur l\'article “Savior of Sapphire Wings et Stranger of Sword city Revisited - Donjons, dragons et titres à rallonge”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *