Games in Reims Interview SEDO - une

Derrière l’écran – Moktar Benzaidi, fondateur de l’association retrogaming SEDO

Partagez sur

À l’occasion de notre couverture de l’événement Game’in Reims, nous avons eu la possibilité de rencontrer Moktar Benzaidi, fondateur de l’association SEDO dont le but principal est de faire découvrir le Retro-Gaming aux jeunes de quartiers défavorisés. Nous avons découvert grâce à cette discussion que les activités de l’association SEDO ne s’arrêtaient pas là.

Games in Reims Interview SEDO - présentation

Bonjour, pouvez-vous vous présenter ainsi que votre association ?

Je suis Moktar Benzaidi, président de l’association SEDO (acronyme entre Sega et Nintendo) représentant des passionnés de retrogaming car nous sommes des nostalgiques de la période des salles d’arcade et voulons transmettre cette passion aux plus jeunes. Par des expositions et autres activités, nous essayons de faire passer notre amour du retrogaming à travers les âges et les époques. Nous travaillons principalement avec des associations dans les quartiers prioritaires de la ville (NDLR: de Reims) mais également avec des communautés de communes ou des entreprises. Aujourd’hui, nous proposons une animation retrogaming à la Games in Reims afin de permettre au public de tester nos consoles et bornes.

En plus de vos déplacements, avez-vous des locaux ?

Nous avons effectivement un local à Reims où nous accueillons du public dans le cadre de différents ateliers. Nous trouvons important de partager notre savoir-faire autour d’ateliers de création de jeux vidéo et de bandes dessinées/mangas. Ces ateliers sont ouverts et gratuits pour tous les jeunes, nous en avons de très bons retours.

Comment se déroulent concrètement ces ateliers de création de jeux ?

Nous proposons trois niveaux d’atelier en utilisant différents logiciels. Pour le premier niveau, nous utilisons Scratch (NDLR: un logiciel de programmation gratuit pour enfants) qui est également vu à l’école, nous permettant de créer un lien entre nos ateliers et l’école. Le niveau intermédiaire apprendra le codage pur grâce à Python via la bibliothèque Pygame. Pour le dernier niveau, nous proposons de s’attaquer à l’Unreal Engine. Nous avons  d’ailleurs créé un jeu vidéo en 3D complet pour une maison de quartier grâce à ce dernier.

Les connaissances que vous partagez viennent-elles de votre formation ?

J’ai une formation de développeur web/applications mobiles et me suis donc très vite fortement intéressé à la programmation, mais j’exerce aussi le métier d’animateur socio-culturel. Je travaille dans les maisons de quartier proches de Reims et ai ainsi parfaitement lié mes différentes activités via l’association SEDO. J’ai donc la chance d’allier le côté relationnel avec également le gaming et donc le partage de mes connaissances sur le sujet.

Que ce soit par votre association ou durant ce genre d’événement, comment ressentez-vous l’accueil du retrogaming par les nouvelles générations ?

Au départ, certains disent que cela fait « vieillot », voire « préhistorique », car ils ne connaissent pas ou que très peu les jeux. Malgré tout, on remarque que le retrogaming prend de plus en plus de place dans le jeu vidéo, notamment avec la réédition de certains jeux sur les consoles actuelles, une certaine hype a été créée. Quoi qu’il arrive, nous avons remarqué que passé le premier regard, dès que le joueur a la manette en main, la magie opère, comme à l’époque de notre enfance. Notre stand ne désemplit pas et toutes les générations s’y croisent, c’est très satisfaisant pour nous. Le gameplay prime toujours.

Games in Reims Interview SEDO - stand

Le stand de SEDO à la Game in Reims

Vous nous avez également parlé d’ateliers BD/mangas. Comment se déroulent-ils ?

C’est un intervenant professionnel qui vient proposer ces ateliers BD/mangas. Grâce à ces derniers, les adhérents apprennent à dessiner grâce à des techniques d’illustrations simples. De plus, l’intervenant les accompagne autour de la création d’une bande dessinée de 3, 4 pages en expliquant le système de planches et tout ce qui tourne autour du sujet. Ces ateliers sont également ouverts et gratuits pour tous. Nous préparons enfin la création d’ateliers robotique afin d’intéresser encore de nouveaux jeunes.

Comment puis-je m’inscrire à l’un de vos ateliers ?

Il suffit de nous rejoindre sur notre page Facebook ou de venir directement dans nos locaux pour trouver tous les renseignements et s’inscrire. Rien de plus simple !

Dès que le joueur a la manette en main, la magie opère

Games in Reims Interview SEDO - logoAvez-vous de plus une chaîne sur laquelle vous diffusez du contenu autour de ces sujets ?

Nous avons créé une chaîne Youtube afin d’aider des jeunes. Certains adhérents avaient été frustrés de ne pas aller au bout de leur projet via leur atelier, ainsi, nous leur avons proposé de finir leur « formation » via des vidéos tuto sur notre chaîne. Nous avons ainsi créé une série de plusieurs vidéos tutoriels, malheureusement, manquant de temps, nous n’avons pas pu continuer l’activité. La communication n’est de manière générale pas notre métier, ainsi afin de créer une page Youtube digne de ce nom, nous manquons de temps et de moyens. Nous avons créé ces différents réseaux pour être joignable facilement, notre but n’est pas de percer sur ce terrain.

Games in Reims Interview SEDO - borne

Quels sont vos grands projets en cours ?

Nous sommes en train de rénover nos locaux, donc nos activités sont en ce moment quelque peu réduites (même si nous continuons de nous déplacer dans les maisons de quartier, principalement), mais nous sommes fiers de travailler sur la rénovation de bornes d’arcade : Operation ThunderWolf et Samurai Showdown sur Neogeo de 1990. Ces bornes sont totalement d’époque, donc nous avons un gros travail de rénovation, notamment pour actualiser la machine à sous (les Francs sont difficiles à trouver de nos jours !), mais également autour des tubes cathodiques, les bornes d’époque perdant quelque peu leurs couleurs d’origine. Nous avons dans notre équipe un électrotechnicien et un menuisier, bénévoles et fans de Retro-Gaming qui nous aident sur ces travaux de rénovation. Un illustrateur nous aide également afin de redonner vie aux bornes. Ainsi, grâce à son aide, nous avons par exemple pu recréer une superbe borne d’Alex Kid (voir photo ci-contre). Toutes ces personnes totalement bénévoles nous permettent de faire vivre l’association.

 

Toutes vos activités au sein de l’association sont donc bénévoles ?

Exactement. Je travaille en tant qu’animateur dans les quartiers difficiles rémois. Par ailleurs, nous avons deux salariés dans l’association qui nous aident dans l’animation dans les centres périscolaires ou les événements comme celui d’aujourd’hui. Notre idée était également tournée vers nos adhérents : permettre de faire travailler certains adhérents au sein de l’association et ainsi leur offrir la possibilité de gagner leur vie grâce à leur passion.

Il est toujours agréable de rencontrer des personnes s’investissant bénévolement dans le monde du jeu vidéo, a fortiori dans ce genre d’association prônant l’ouverture et l’entraide. Nous remercions une nouvelle fois Moktar Bensaidi pour sa gentillesse, sa disponibilité et tout son travail autour de l’association SEDO.

Tags

Partagez sur

Matthes

je suis Matthes, rédacteur sur le site et fan de Nintendo de la première heure ou presque. Ayant principalement fait mes armes de gamer sur les différentes versions de Mario Kart et Smash Bros, mes occupations vidéoludiques sont aujourd'hui plus variées. Si elles tournent toujours principalement autour de l'univers de notre plombier préféré, de nombreux jeux indépendants tels que The Binding of Isaac, FTL : Faster Than Light ou encore Rimworld font dorénavant partie intégrante de mon quotidien de joueur.

Vous aimerez sûrement ces articles...

Réactions sur l\'article “Derrière l’écran – Moktar Benzaidi, fondateur de l’association retrogaming SEDO”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *