Michaël Burow

Derrière l’écran – Michaël Burow, expert gamification : “Nous avons pour objectif de démocratiser la gamification”

Partagez sur

Pour cette nouvelle édition de derrière l’écran, la série d’interview présentant les acteurs du secteur vidéoludique, nous avons proposé à Michaël Burow, expert gamification de nous parler de son métier.

Peux-tu te présenter ainsi que ton parcours ?

Je m’appelle Michaël Burow. J’ai 33 ans, un parcours de gestion de projet dans l’industrie aéronautique. J’ai une formation initiale d’ingénieur, une solide passion pour le jeu, et depuis 2 ans, je suis indépendant sur des sujets autour du jeu, de la gamification et de la facilitation.

Depuis début 2021, je travaille avec Alexandre Duarte sous une marque qui s’appelle Fidbak et qui à pour objectif de démocratiser la gamification.

 

En quoi consiste le métier d’expert gamification ?

J’accompagne des structures à concevoir leur stratégie pour engager et motiver leurs publics, avec une méthode : la gamification, qui s’inspire de ce qui motive les joueurs dans les jeux et vient l’appliquer sur des produits, process ou services.

Souvent, on va intervenir sur des sujets de passage à l’action ou de conduite du changement.

Les 9 leviers de l'engagements

Les 9 leviers de l’engagement

Comment est né ce métier ?

La gamification, c’est un sujet qui existe depuis les années 2010. C’est également un métier qui se structure et s’inspire d’autres domaines comme le game design, le marketing, les approches centrées utilisateurs et les neurosciences.

 

Quelle est la partie la plus importante de ton travail ?

Pour nous, le plus important, c’est d’être méthodique. De prendre le temps de bien définir les objectifs qu’on cherche à atteindre, les contraintes, de faire un vrai travail d’enquête sur les utilisateurs. Cela n’est pas toujours facile quand en face, le client veut une solution rapidement, et avec un effet waouh, ou beaucoup de ludique. Mais pour nous ce qui est important c’est de trouver la bonne solution, bien adaptée, et pour y arriver, cela passe aussi par un bon travail préparatoire.

 

Comment travailles-tu ? Équipement, en individuel ou en groupe, …

Avec Fidbak, on travaille en équipe avec Alexandre Duarte, mon associé.

Nous travaillons également avec Nilo Macena, sur les sujets de design et de graphisme, il nous aide à concevoir les ateliers et outils.

Les ateliers collaboratifs avec nos partenaires et clients sont au cœur de notre process de travail, et nous animons également une communauté de plus de 300 professionnels autour de Fidbak.

Comment devient-on expert gamification et quelles sont les compétences requises ?

Pour commencer, je pense que pour pouvoir être expert il faut une solide culture ludique. Cela aide à trouver les bonnes recommandations, même si ce n’est pas nécessaire pour commencer la gamification.

Une des autres compétences clef, c’est la pratique des approches centrées utilisateurs (UX Design, Design Thinking). On accompagne beaucoup nos clients à recadrer leurs problématiques, à interroger leurs utilisateurs, à trouver des idées créatives, à converger, à prototyper.

Il faut aussi être capable de faire de la pédagogie. Notre métier et notre méthode ne sont souvent pas bien compris, sujets à confusion. Et il faut être prêt à faire de la pédagogie pas à pas, à la fois avant de travailler ensemble pour susciter l’intérêt, mais aussi pendant les missions pour accompagner et rassurer le client.

Qu’est-ce qui t’a donné envie de devenir expert gamification ?

Lorsque je faisais du jeu pédagogique ou de la facilitation, la plupart de mes clients avait des problématiques d’engagement. Les solutions que je leur proposais faisaient parties d’un socle de compétences que j’avais déjà (facilitation, design thinking, culture ludique), cela m’a permis de me lancer.

 

Peux-tu nous dire quels sont tes trois jeux vidéo préférés ? Et pourquoi ?

  • Slay the Spire : j’aime bien les mécaniques de deckbuilding et les rogue like, et le jeu fait très bien les deux. Par contre attention, c’est un coup à y passer pas mal d’heures.
  • Hearthstone Battleground : les parties sont intéressantes, dynamiques, et c’est vraiment bien fait. Un bonus pour la réalisation technique et artistique qui contribue au plaisir de jeu.
  • The Witcher 3 : pour la qualité de sa narration, de sa direction artistique, ça reste un des jeux qui m’a le plus embarqué dans son univers.

 

A quel jeu joues-tu en ce moment ?

Inscryption, un “deckbuilding – rogue like” un peu flippant, avec des twists perturbants. Je ne peux pas trop en dire, je ne veux pas trop spoiler et je ne sais pas trop où il va me mener.

 

Quelle est la suite pour toi ?

Mes enjeux pour l’année à venir, sont de continuer à développer Fidbak, la communauté de professionnels que nous animons autour de la gamification, et de travailler sur des projets ambitieux et à impact positif.

 

Un petit mot pour la fin ?

Si certains lecteurs ou lectrices veulent en savoir plus sur des applications professionnelles des outils et méthodes ludiques, avec Fidbak, nous avons organisé une conférence “Travailler dans la gamification” avec plusieurs professionnels du secteur.

Si certains souhaitent me contacter pour en savoir plus, le plus simple, c’est de me trouver sur Linkedin ou sur Fidbak.io.

 

Merci à Michaël Burow d’avoir répondu présent ! Cela nous a permis de comprendre les différents enjeux de la gamification.

Tags

Partagez sur

Shaelle

Gameuse, auteure, lectrice et sérievore, mes journées ne sont pas assez longues pour satisfaire toutes mes passions surtout qu’il faut aussi y caler mon temps de travail. Je joue essentiellement sur PS4 et Switch. Je suis une grande fan de The witcher, Zelda et Horizon, car j’aime être transportée dans l’histoire et époustouflée par l’univers. Je râle beaucoup en jouant mais ça fait partie du jeu, non ?

Vous aimerez sûrement ces articles...

Réactions sur l\'article “Derrière l’écran – Michaël Burow, expert gamification : “Nous avons pour objectif de démocratiser la gamification””

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *