AG French Direct

La 4ème édition de l’AG French Direct au complet

Partagez sur

Pour une quatrième fois, Actu Gaming régale l’audience française et francophone en présentant son émission l’AG French Direct. Aux côtés de la présentatrice Salomé Lagresle, on y découvre l’étendue de la fresque créative francophone, avec plus d’une quarantaine de titres présentés.

Les acteurs indés au devant de la scène

L’événement s’impose de plus en plus comme un rendez-vous pour la sphère vidéoludique francophone. Il vient compenser l’incroyable absence de l’E3 depuis 2020. De plus, de façon générale, c’est un format numérique qui commence à s’installer durablement et qui se multiplie. Le PC Gaming Show, Future Games Show, Guerrilla Collective, Square Enix Present ou Wholesome Direct, tous viennent combler un vide provoqué par la désertion des festivals physiques depuis la pandémie. Notons cependant qu’un prétendant semble se démarquer et détrôner enfin l’E3. Depuis 2020, le Summer Game Festival réalise ainsi la prouesse de rassembler plusieurs géants du jeu vidéo. Il donne à voir des showcases d’Electronic Arts, Blizzard, Activision, Riot Games ou encore Valve.

Toutefois, les créatifs indés sont souvent mis de côté lors de ces présentations numériques. Il faut pour cela saluer l’initiative de l’Ag French direct qui rassemble tout ce qui se fait de mieux chez les plus petits studios. Trêve de blablas, voici un retour exhaustif, par genres, de la galaxie vidéoludique francophone et indépendante qui a été découverte le 6 mai dernier :

  • Jeux de rôle : Legend of Keepers : Soul Smugglers, Outward, The Outbound Ghost, Les Mondes d’Aria, Baladins
  • Action : Ship of Fools, Racine, Warstride Challenges, AsteBros, Bibots
  • Aventure : Vampire The Masquerade Swansong, Before the last hour, The Man Came Around, Wéko The Mask Gatherer, Spiral, Last Moon, The Wreck, Propagation Paradise Hotel, Aetheris, Project Hoyrá
  • Réflexion et Puzzle : Mirages of Winter, Larcin Lazer, Neverlooted Dungeon
  • Plateforme : Tinykin, The Netrunner Awaken1ng, Scaredom, Ruggnar, Gold Project, Have a Nice Death
  • Gestion : Lakeburg Legacies, Aka, Diluvian Winds
  • Multijoueurs : Sclash, Century : Age of Ashes, Ultra Mega Xtra Party Challenge, Danghost, Zigglox, CrossRoads

Les mondes d'aria

 

Jeux de rôle (Jdr)

  • Les mondes d’Aria nous vient de Lille, développé par Ludogram. Il reprend l’univers de Fibre Tigre, créateur des jdr dans Game of Rôles. Le jeu propose donc une modélisation vidéoludique de cette pratique, ainsi que son atmosphère collégiale, le plus fidèlement possible. Les Mondes d’Aria réintègre visuellement la table de jeu, les décors en carton et les fiches de personnage étalés. Face aux événements du destin, des choix sont à réaliser pour chaque joueur, avec ou sans le consensus du groupe par ailleurs. Selon un concept du “One for All”, le jeu prend alors en compte tous ces choix, même ceux en désaccord avec la majorité, pour tisser la fresque de notre aventure. Les jets de dés sont également de la partie, pouvant ajouter de l’aléatoire supplémentaire à l’histoire. Le jeu est à retrouver à l’été 2023 sur Switch, PC, PS4, PS5 et Xbox.
  • Legend of keepersLegend of Keepers : Soul Smugglers propose d’être aux commandes d’un donjon monstrueux, qu’il faudra protéger des hordes de héros humains ou de prétentieux princes. Notons qu’il s’agit néanmoins d’un DLC (Dowloadable Content ou contenus téléchargeables), qui ne pourra fonctionner qu’en possédant préalablement Legend of Keepers : Career of a Dungeon Manager. Son univers machiavélique saura contenter tout nostalgique des Dungeon Keeper, avec un fonctionnement cette fois-ci au tour par tour, avec l’aménagement de pièges, d’événements ou l’intervention de vos gardes diaboliques. Ce DLC enrichit la licence d’un nouveau maître, le seigneur squelette, mais également 5 nouvelles missions, une dizaine de nouveaux monstres, des pièges inédits, artefacts et bien d’autres choses. Soul Smugglers est attendu pour cet été.
  • Outward : definitive editionOutward : definitive edition est un RPG (jeu de rôle en français) qui vous place dans le monde d’Aurai et propose de mener des aventures héroïques seul ou à deux. Il comporte des éléments de survie non négligeables, qui le rapproche d’un Valheim ou d’un ARK. Sa dimension heroic fantasy en fait cependant un objet inédit. Et, cette definitive edition apporte son lot d’améliorations. De nouveaux donjons, scénarii, maladies, monstres intensifient ainsi le danger. De plus, les DLC Soroboreans et Three Brothers enrichissent grandement le contenu. L’édition définitive d’Outward, par le studio canadien Nine Dots, est disponible depuis le 17 mai.
  • The outbound ghostThe Outbound Ghost, une création helvétique de Conradical Games qui déterre les fantômes, sous une écriture visuelle pleine de Paper Mario. Bien en peine de ne pas avoir encore rejoint l’au-delà, quelques fantômes se promènent sur la Terre, hantés par leurs déceptions. C’est pourquoi au fil de nos rencontres un petit groupe se constituera autour de nous, comme le passeur de la vie vers la mort. Ancré dans les codes du RPG d’aventure, The Outbound Ghost sera aussi le théâtre d’affrontements avec d’autres groupes de fantômes, dont les désirs sont bien loin de l’apaisement intérieur. Ces combats au tour par tour mêleront attaques frontales et magie, gérant comme à l’habitude des points d’actions et mana (l’utilisation de la magie). La sortie est prévue fin 2022 sur PC, Switch, PS4, PS5, Xbox One et Xbox Series X.
  • BaladinsBaladins nous vient d’Angoulême, par le studio Seed by Seed. Ce jeu à l’univers mi-fantay mi-fantastique est un RPG d’une très grande narration se jouant en coopération jusqu’à 4. Sur un plateau schématique d’un Mario Party, chaque aventurier poursuivra son chemin, à la rencontre d’ennemis et de mamies en détresse. Mais, à la finale, une seule mission importe ce groupe de danseurs : distraire un dragon qui menace votre village. Pour des sessions d’une heure environ, Baladins promet des aventures joyeuses et familiales qu’il nous tarde de découvrir d’ici la fin de l’année sur PC et Mac.

Racine

 

Action

  • Racine, des studios Dark Root Gardeners, s’implante près de terres japonisantes. Plus particulièrement, il se mêle au monde des samouraï. Des vagues d’esprits mécontents se mettront sur notre chemin. C’est à l’aide d’une intelligente composition de cartes en main que l’on aura la possibilité de les affronter. Chaque carte est un coup, un bonus, une esquive, ou une parade. Il faudra les jouer avec une certaine vivacité, car les esprits n’attendront pas pour asséner leurs attaques. La narration s’articule autour de quatre mondes qui, selon leurs éléments (eau, feu, air, terre) ont des défis et des mécaniques différentes. Cette épopée en deck-building (construction de paquets de cartes) et pixel art sera disponible sur PC prochainement.
  • Ship of foolsShip of Fools se caractérise d’un ton loufoque, lui qui se qualifie volontiers de jeu “marino-poissonnesque”. Développé par les québecois de Fika Productions, et avec le soutien de Team 17, on reconnaît aux premières images une certaine parenté avec Trash Sailor. En coopération jusqu’à 4 joueurs, il s’agira de voyager à bord d’un navire armé jusqu’aux dents, qu’il sera possible d’aménager avec d’autres accessoires guerriers en parcourant plusieurs îles. L’ambiance se veut dynamique et cartoonesque. Il partage avec Lovers in Dangerous Spacetime l’importance de tenir son poste et un certain plaisir du chaos. La sortie est prévue cette année sur PC.
  • Warstride ChallengesWarstride Challenges est en accès anticipé depuis le 19 avril. Sa frénésie très doomesque atteint déjà des plafonds de brutalité. L’équipe de Dream Powered Games est venue à l’AG French Direct pour en dire davantage quant à l’enrichissement de son contenu et ses techniques. Habité par un environnement tout de pierres et de laves, Warstride Challenges reprend évidemment les codes infernaux de Doom. Il  y ajoute l’exigence du parcours parfait, permettant de comparer son temps avec les autres joueurs à l’instar d’un Trackmania. Il s’agit avant tout d’un shooter en vue FPS (jeu de tir à la première personne), où l’on prend un plaisir malsain à dézinguer n’importe quel démon sur notre passage. Mais rejouez cela avec le ghost d’un de vos amis ou de votre streamer favori pour transformer cette folie tranquille en une brutale course au meurtrier le plus rapide. Warstride Challenges a de quoi se défouler. De plus, il est à tester dès maintenant sur PC.
  • AstebrosAsteBros de Neofid Studios plonge dans les origines de la fantasy et du jeu vidéo. En incarnant un chevalier, une archère ou un mage, ce jeu en 2D 16 bit fait la part belle aux classiques du genre, et taille dans le vif par des donjons très en couloirs, tous générés aléatoirement. A la fois Action-plateformer et roguelite, il rappelle le très ardu Ghouls ‘n Ghosts ou les légendaires Castlevania dans sa démarche artistique. Chose plutôt rare, il sera possible également de vivre cette odyssée médiévale avec un ami. En 2021 Demons of Astebord actait une première immersion très rétro pour le studio, avec la production d’une cartouche Mega Drive. Situé dans le même monde qu’Astebord, AsteBros enjoint cette initiative nostalgique, pour une sortie prévue en mars 2023. Pour ceux qui n’auraient pas en leur possession une telle relique, rassurez-vous une version sur Switch et PC sera disponible.
  • BibotsBibots, déjà présent à l’AG French Direct du printemps 2021, refait surface cette année avec davantage à offrir. Développé par Square Squid, il suit Tayar dans le monde très robotisé de Takaful. En parcourant des temples antiques, Tayar tombera nez à nez avec des dangers faits de métal, petites créatures d’écrous et de vis ou machines électroniques puissantes. Des armes toujours plus puissantes et évolutives jalonneront le chemin. Et si cela ne suffit pas, un bibot accompagnera cette puissance de feu par son aide. Bibots fait fortement penser à Enter the Gungeon, dont il se rapproche encore davantage par un ton plus véloce qu’autrefois. Il est à tester cet Automne sur PC.

Aetheris

 

Aventure

  • Aetheris rassemble quatre héros pour une aventure narrative, avec une dimension très roguelite dans sa progression. Des rennais Wild Wits Games, ce jeu en 2D met en scène les vazards, un peuple reptilien apte à invoquer des esprits et à utiliser des puissances antiques. Une ombre dévorante semble poursuivre le petit groupe en fuite. Et comme si cela ne suffisait pas, sur sa route se croiseront bêtes agressives et créatures sauvages. La direction artistique est assurée par Guy-Pascal Vallez, qui enchante et détonne complètement avec son assemblage de dessins traditionnels et de texturage numérique, donnant une atmosphère ancestrale dans chacun des tableaux. Aetheris est à découvrir seul ou en coopération sur PC et Mac en 2023.
  • Vampire SwansongVampire The Masquerade Swansong marque encore le retour de la licence RPG légendaire Vampire, avec le studio bordelais Big Bad Wolf. L’année dernière, Bloodhunt de Sharkmob proposait une inclinaison inédite dans cet univers pour le Battle Royale. Avec Swansong, on retourne aux sources du jeu de rôle, avec la délicate mission d’asseoir sur Boston la loi vampirique, autrement dit l’organisation dissimulée de l’existence des créatures des ténèbres aux humains. L’AG French Direct revient à cette occasion sur un des trois personnages qu’il sera possible d’incarner, Emem, une vampire du clan Toréador. Ce groupe influent socialement, cultive un certain amour de la beauté et des arts. Emem aura une très grande importance dans les enquêtes, mise notamment en avant pour les moments de négociation ou d’interrogatoires. Swansong est prévu sur PC, PS4, PS5, Xbox One et Xbox Series x le 19 mai.
  • Before the last hourBefore the last hour, premier jeu du studio parisien Lunaris Iris, se présente comme un rogue-like post-apocalyptique. Au tour par tour, on y incarne un survivant qui, muni de quelques cartes, affrontera plusieurs monstres et engeances (catégorie de personnes méprisables ou détestables) de cet univers désolé. De ce qu’on a pu y voir, une ombre semble nous traquer et se rapprocher dangereusement alors que le temps défile, promettant des parties courtes mais intenses. Très emprunté des jeux dits à “deck building” et des jeux de rôle, Before the last hour propose une narration dense et riche, à mi-chemin entre Darkest Dungeon et le premier Fallout. Il est déjà possible de découvrir cette pépite sur Steam en accès anticipé.
  • The man came aroundThe Man Came Around, première création bruxelloise de Pipette Inc, se déclare volontiers politique et provocateur. Dans un contexte d’effondrement démocratique, un groupe de protestants tente de fuir le pays en passant la frontière au nord. C’est sans compter de multiples obstacles, souvent dramatiques, qui transformeront ce voyage vers la liberté en un combat pour la survie. Avec quelques coups de crayons, le style est marqué par une vibrance This war of mine, sur un fond politique digne de Disco Elysium. Ce point-and-click qui promet drames et choix moraux est prévu pour octobre 2022 sur PC.
  • WékoWéko The Mask Gatherer est, sembe-t-il, une réinterprétation très apaisée et minimaliste de la série des jeux Zelda. Réalisé par les suisses Robin Haefeli et Simon Da Silva, cette aventure est menée par un vaillant gecko, en quête de masques antiques et puissants. Même s’il est encore à l’état de prototype, Wéko montre des univers variés et enchantés, passant de cités dans les airs à des cavernes sombrement poétiques. Prévu pour fin 2023 sur PC, Wéko The Mask Gatherer a le temps d’enrichir encore davantage son univers très coloré.
  • SpiralSpiral, du studio basé à Montréal Folklore Games, nous met dans la peau de Bernard, un homme âgé qui rassemble ses souvenirs une dernière fois. Narrant en quelque sorte l’expérience d’une fin de vie, et l’au revoir qui l’accompagne. Spiral s’intéresse plus particulièrement à la perte de mémoire avec notamment le dérèglement de l’identité. C’est une narration plutôt inédite du sujet, mélangeant des interactions abstraites avec des imageries parfois sensorielles, pour mieux apercevoir la complexité de la cognition humaine. On perçoit bien entendu une grande émotion dans l’expérience de Spiral, qu’on a hâte d’explorer au travers de ses épisodes. L’épisode 1 est prévu pour une sortie en 2023.
  • Last MoonLast Moon de Sköll Studio est une belle revitalisation des actions RPG des années 1980-1990. Secret of Mana, A link to the past ou Secret of Evermore sont autant d’inspirations pour ce titre, nous plongeant cette fois dans les légendes de Sköll et Hati qui précipitent le monde vers la fin des temps, le Ragnarök. Ici, l’apocalypse prend la forme d’une lune qui s’effondre sur le monde, provoquant l’apparition de ténèbres et de créatures monstrueuses, mais aussi l’émergence de notre combattant : le Chevalier Lunaire. L’épopée nous place alors dans la peau d’un héros du monde, qui devra manier avec précision des techniques de combat, d’esquive ou de parade pour se frayer un chemin vers le retour de l’harmonie. Last Moon est à découvrir en 2024 sur Switch, PC, PS4, PS5, Xbox One et Xbox Series X.
  • The wreckThe Wreck est une immersion dans la réalité et les situations dramatiques, proposée par Pixel Hunt. Le studio parisien s’est fait une spécialité d’aborder l’existence humaine, dans ce qu’elle peut avoir à la fois de banal, de dramatique ou d’héroïque. Il a ainsi marqué les esprits en 2017, avec la narration d’une réfugiée syrienne dans Enterre-moi mon amour. Là, Florent Maurin a co-écrit The Wreck avec sa sœur, pour délivrer l’expérience personnelle de la perte d’un proche, les décisions familiales à prendre ou la fuite en avant face au poids des responsabilités. Ce jeu narratif et éminemment poétique est à retrouver sur PC et Mac cet été.
  • Propagation Paradise HotelPropagation Paradise Hotel de WanadevStudio est une promenade horrifique dans un hôtel infesté de morts-vivants et autres diableries. Il est une modélisation parfaite de ce que tout disciple d’Alone in the Dark ou Resident Evil aspire voir en réalité virtuelle. La directrice de production Nola Speck a ainsi pu présenter ce chef-d’œuvre de l’effroi, notamment par une vidéo tout à fait explicite de la capacité à nous immerger en enfer. Bruits grinçants de portes, zombie immobile au bout du couloir, lampes défaillantes, tout y est pour rappeler les classiques du genre. Propagation Paradise Hotel est à découvrir à la fin de l’année sur PC.
  • Project HoryaProject Hoyrá des lyonnais de PrimaStone Studio s’est illustré par un scénario commenté. À partir de concepts arts, l’équipe a narré l’effondrement de civilisations antiques, qui maniaient les secrets de la nature à leur guise. Toutefois, un cataclysme effroyable semble les avoir décimés, laissant la place à une nouvelle ère où l’environnement est fertile et abondant. Projet Hoyrá est encore à l’état d’esquisse mais on y distingue déjà des similitudes avec Horizon : Zero Dawn. Son développement d’un jeu “action-aventure linéaire” est à surveiller de près, avec pour la fin 2022 la communication d’un prototype.

Neverlooted Dungeon

 

Réflexion et Puzzle

  • Neverlooted Dungeon, par Wild Mage Games, est un bien-nommé dungeon-crawler qui, vous l’aurez compris, s’enorgueillit de n’avoir jamais été pillé. Et, il a toutes les raisons de le croire. Car, ce FPS médiéval montre le visage d’un véritable troll en matière de pièges et de farces mortels, de quoi broyer toute prétention à l’ultime butin. Quelques ennemis ici et là font obstacle. Mais, on comprend bien que c’est avant tout l’environnement qui cache les plus sombres desseins à notre encontre. Il est d’une certaine manière un Antichamber brut de décoffrage, pour ses trahisons au détour d’un couloir. Le cynisme de Neverlooted Dungeon semble ainsi être à la hauteur de ses aspirations en terme de level design, que l’on présage absolument riche. Il est à découvrir à l’automne 2022.
  • MiragesMirages of Winter marque d’emblée pour sa peinture à l’encre, qui révèle une haute qualité artistique dans le studio parisien Mirari Games. Aux premières notes, on remarque une vitalité poétique qu’il sera difficile de retrouver ailleurs. Les tableaux et sonorités nourrissent un travail remarquable sur le lyrisme japonais, en suivant la douce promenade d’un pêcheur qui assiste au passage des saisons. Quelques puzzles jalonneront notre voyage, avec en creux l’exploration de philosophies shintoïstes et du rapport humain à la nature. Déjà disponible sur mobile, Mirages of Winter sortira très prochainement sur PC.
  • Larcin LazerLarcin Lazer, des parisiens Tambouille, est un jeu à énigmes, choisissant d’explorer le métier des Arsène Lupin de nos jours. On doit cette création au youtubeur DocGéraud, qui avait déjà expérimenté le terrain vidéoludique l’année dernière avec Buissons. On reconnaît dans Larcin Lazer le goût de la célérité, capturé dans des parties courtes et saisissantes. Notre voleur devra ainsi, avant tout chapardage, définir le parcours qui le mènera à son trésor. Il devra déployer une vigilance toute particulière aux dangers et lasers qui lui font obstacle. Par la suite, tous ces éléments disparaissent de notre champ de vision, créant un véritable labyrinthe dont seule notre mémoire connaît (éventuellement) la sortie. Le ton minimaliste et vif de Larcin Lazer est à retrouver en août sur PC et mobile.

Gold Project

Plateforme

  • Gold Project nous vient de Toulouse, par l’équipe de Dreamirl. Antoine Rogliano, CEO et game designer, et Sarys le compositeur, sont ainsi venus présenter les éléments qui caractérisent le jeu. Aux allures de Dead Cells ou d’Hollow Knight, Gold Project reprend la nervosité inhérente aux metroidvania, tout en proposant davantage que des assassinats à la chaîne. Chaque créature tuée laisse Kali, notre âme perdue, en face de deux options : purifier ou profaner l’esprit du cadavre. Deux inclinaisons s’offrent ainsi à nous, la lumière ou la corruption, qui selon notre choix change la perception de notre environnement, notamment des plateformes. Plus qu’un bête choix manichéen, il s’agira donc plutôt de tourner son karma dans l’une ou l’autre direction, afin de découvrir au mieux les terres de Gold Project. Le jeu est toujours en kickstarter afin d’engranger suffisamment de budget pour financer son développement.
  • TinykinTinykin s’est déjà fait une petite réputation dans l’équipe, en accordant un infiniment petit particulièrement bien réalisé, à un gameplay à la Pikmin qui renouvelle enfin le genre. L’AG French Direct invite Alexis Laugier pour parler de la direction musicale et audio qui compose l’enchantement de cet univers minuscule. Il a ainsi pu insister plus particulièrement sur la variété sonore qui habite l’environnement de notre personnage, Milo. Comme il aime à le dire, “se retrouver à l’intérieur d’une télévision engendrera une atmosphère sonore proportionnelle à ce que pourrait ressentir un petit insecte.” La création lilliputienne des montpelliérains de Splashteam sera disponible cet été.
  • The netrunner awaken1ngThe Netrunner Awaken1ng nous transporte dans la frénésie de parcours tout en cubes, qu’il faudra compléter dans la peau d’une petite bille métallique. En se téléportant, valsant, ou en fonçant dans le vide à l’aide de dash, The Netrunner est une sorte de Mirror’s Edge à l’ambiance électronique. Implanté dans un cyber-univers, il suggère une nervosité furieuse qui mettra au défi notre sang-froid, pris en chasse semble-t-il par une matrice dévorante. Prévu pour le 24 mai, il s’agira de la première création de l’équipe de Cube Overflow, basée à Aix-en-Provence.

  • ScaredomScaredom, par le studio Menacing Aura Games, propose d’incarner en pixel art vos pires cauchemars. En tant qu’employé du monde des cauchemars, il vous faudra ainsi sauter de plateforme en plateforme et détruire les rêves qui sont sur votre chemin. Avec ses tons explosifs et précis, il rejoint la famille des coriaces Celeste et Super Meat Boy. L’aventure promet quelques rencontres, ainsi qu’une exploration de ce monde onirique. La narration se veut à première vue légère. Mais, elle semble donner la voix à un monde sensible et fantastique. La sortie de Scaredom est prévue dans le courant de l’année sur PC.

  • RuggnarRuggnar de Sword N’Wands explore d’antiques cavernes naines, à la recherche d’or et de butin. Conduit par l’appât du gain, Ruggnar s’enfonce toujours plus profondément, défiant les pièges et traquenards qui jalonnent les mines. Il partage beaucoup, tant graphiquement qu’au sens du gameplay, avec Terraria ou Spelunky. Cependant, il est totalement dénué d’ennemis à proprement parler. Ruggnar est donc une aventure en solitaire, avec un constant renouvellement dans les schémas donjonesques, empruntant à ce sujet une part de l’esprit de Noita. Cyrille Bonard, unique concepteur du jeu, avoue avoir débuté le développement “pour sa fille”, présageant une difficulté  croissante et accessible. Ruggnar est à découvrir très bientôt, en juin, sur Switch et PC.
  • Have a Nice DeathHave a Nice Death, sorti en accès anticipé depuis le 8 mars dernier, s’est offert un petit rafraichissement avec la mise à jour intitulée “Développement des Infrastructures”. Dans ce petit rogue-like en 2D, on incarne la Mort, au bord du burn-out, excédée par des employés qui ignorent totalement les procédures de sa société. Armé d’une faux et d’un sens du management, nous avons alors pour tâche de remonter tous les secteurs de Death Inc., d’affronter les tire-au-flanc et de réassembler notre équipe. La mise à jour enrichit la création de Magic Design Studios d’un cinquième département, celui des guerres modernes où tout n’est qu’explosions et cascades militaires. De nouveaux thanagers (mini-boss) font également leur apparition, ainsi que des environnements plus denses, des nouvelles manières de se faire respecter (sorts) et bien d’autres fonctionnalités. Have a Nice Death est à tester dès maintenant sur PC.

Aka

Gestion

  • Aka, du studio Cosmo Gatto, se donne comme mission de retrouver notre paix intérieure. En incarnant un charmant panda roux, menez le quotidien d’un insulaire au paradis : tantôt à la montagne, tantôt dans les mers chaudes. Doté d’un évident esprit écologique, Aka proposera malgré tout, à coté de la farniente bucolique, des objectifs de repeuplement de la faune et de la flore sur son île. Le jardinage, à ce sujet, prend ses racines dans les principes de la permaculture, qu’il faudra donc équilibrer avec la vie sauvage alentour et les graminées invasives. On ne passera pas à coté de la dimension contemplative et relaxante d’Aka, qui est aux premières images un savant mélange entre Stardew Valley et Short Hike. Sa sortie est prévue sur PC et Switch pour la fin 2022.
  • lakeburg legaciesLakeburg Legacies d’Ishtar Games débute par l’implantation d’un bûcheron dans une forêt abondante, qui rapidement rencontrera d’autres personnes, pour constituer à terme un voisinage assez dense pour former un village fortifié. Lakeburg Legacies a ainsi des allures de gestion médiévale. Il pourrait également à première vue se rapprocher de Bannished ou de Kingdoms and Castles. Il intègre cependant une donnée qui change et renouvelle totalement le gameplay du genre. En effet, la gestion du royaume ne s’arrêtera pas qu’aux montants des taxes ou des ressources, mais s’étend également à la formation des couples. Il faudra alors faire attention à trouver l’âme sœur pour chaque habitant et constituer ainsi des foyers heureux et prospères. Bien entendu, des événements viendront perturber ces unions amoureuses, dirigeant le jeu parfois vers un concept plus RPG. Actuellement en bêta fermée, Lakeburg Legacies est prévu pour 2023.
  • Diluvian WindsDiluvian Winds, du studio Alambik basé à Tourcoing, fait le récit de la montée des eaux avec son lot de réfugiés. Gardien d’un phare, il faudra alors accueillir les quelques personnes en quête de refuge, se présentant à notre porte et composer avec elles une petite communauté. Diluvian Winds compte de cette manière sur la valorisation des compétences de chacun de ses habitants, afin de permettre un cercle vertueux des métiers et des savoirs. Une cabane de bucheron, une serre, une cabane de pêche ou des ateliers plus complexes devront s’accorder ensemble, sur le petit lopin de terre avoisinant le phare. A terme, une seule mission est à poursuivre : garder le feu du phare allumé. C’est un peu comme si le calme graphique de Spiritfarer s’était acoquiné avec la gestion technique de Flotsam. Diluvian Winds n’a pas encore de sortie annoncée, mais a ouvert l’inscription à sa prochaine bêta fermée.

Ultra Mega Xtra Party Challenge

Multijoueurs

  • Ultra Mega Xtra Party Challenge développé par Breakfirst Games n’a pas que son nom qui est à rallonge. Il propose ni plus ni moins une centaine de mini jeux, plus absurdes les uns que les autres. Sur le même ton déjanté que les Wario Ware, épilez ses poils du nez, faites tourner le papier toilette ou savonnez ce bébé pleurnichard en quelques secondes ! Parfait pour la famille ou entre amis, il promet instants cocasses et situations burlesques. Prévu pour la plateforme Switch, il sortira en fin d’année 2022.
  • SclashSclash, par l’équipe lyonnaise Bevel Bakery, met en scène des duels de samouraï particulièrement impardonnables, seul contre l’IA ou contre d’autres joueurs. Un coup de katana bien placé et la mort est assurée. Les échanges se veulent ainsi vifs et spectaculaires dans leur exécution très rythmée des parades, respirations et estocades. Proche de certaines mécaniques de Ghost of Tsushima, voire de Kengo : Master of Bushido, on constate toutefois une atmosphère très inédite chez Sclash, qui révèle aux premières images une forte tension dans les duels. Avec son goût de l’esquisse japonaise, Sclash montre aussi la grande poésie qui habite les histoires des duels de samouraï. Sans aucune combo, avec juste trois boutons pour combattre, l’équipe Bevel Bakery fait de son jeu une proposition accessible. Sclash sortira bientôt sur PC.
  • Century : age of ashesCentury : Age of Ashes nous propulse dans des combats aériens intenses, aux rênes d’un dragon. En free-to-play depuis décembre 2021, ce jeu de l’équipe bordelaise Playwing Ltd met en scène de puissants affrontements à 3vs3 ou 6vs6 (6 contre 6) en ligne. Les montures mythiques sont le fer de lance dans ces batailles. C’est donc à grands coups de boules de feu qu’il faudra annihiler ses adversaires. Le jeu est disponible sur PC et Xbox Series X et le sera également bientôt sur PS4, PS5 et Xbox One.
  • DanghostDanghost, des toulousains Umeshu Lovers, est un petit jeu casual se rythmant sur des teintes nippones. Avec un gameplay très intuitif et qui parlera à tous les usagers, de près ou de loin, à Tetris, Danghost doit contenir l’invasion d’esprits colorés en les assemblant par groupe. Les associations doivent se faire alors selon la couleur (rouge, bleu, jaune, etc.) et à hauteur de quatre esprits. Ceux-ci sont évacués dans une urne. Dans la même veine que Puyo Puyo ou Tricky Towers, le mode multijoueur complexifie l’invasion des danghost puisqu’au fur et à mesure des réussites d’association, une barre de pouvoirs se remplit afin de permettre des lancers de sort sur les adversaires. Pour des parties compétitives et survoltées, retrouvez Danghost fin 2022 sur PC et Mac.
  • ZiggloxZigglox, du studio Giant Rabbit Games est une sorte de party game à jeu unique. Ici le but est unique : élever la plus grande tour, à l’aide de petits morceaux semblables à des kapla. Éparpillés un peu partout sur le terrain, ces éléments peuvent avoir des bonus spéciaux, mais aussi des malus pour l’équipe adverse. Cette proposition toute en mignonnerie qui nous vient de Rennes, a des airs de Fall Guys, tout en étant bien plus simple dans sa démarche. De 4 à 6 joueurs en ligne, Zigglox est à découvrir sur Pc pour la fin de l’année.
  • CrossroadsCrossRoads du studio parisien Piece of Cake s’est illustré aux cotés de la co-fondatrice Marine Lemaitre-freland. Dans un folklore très américain, le monde semble s’être écroulé face à l’émergence de créatures surnaturelles aux puissances colossales. CrossRoads propose de prendre la route pour rejoindre des coéquipiers de tout bord, axant son gameplay sur une forte présence du multijoueur. En tant que chasseur de ces démons, il sera alors de notre devoir d’affronter vampires et loups-garous, mais surtout de repousser les Primordiaux, à l’origine des portails surdimensionnels. CrossRoads est à retrouver prochainement sur PC, PS5 et Xbox Series X.

 

L’AG French Direct, une émission marquée par l’émergence du jeu de rôle

L’AG French Direct marque pas moins d’une heure vingt d’annonces et de présentations francophones. Cette quatrième édition semble instaurer aujourd’hui le rendez-vous à ne pas manquer. Il faut s’attendre à ce qu’à chaque printemps et automne de l’année, ce bilan de l’indé français se renouvelle. On note quelques points de particularité, marquant l’évolution de la sphère vidéoludique.

C’est évidemment le cas de l’émergence du jeu de rôle, prenant différentes formes, et exhibant parfois même certains de ses aspects dans des jeux d’aventure ou de gestion plus classiques. La gestion amoureuse Lakeburg Legacies étonne ainsi par ses scènes affectées, où par exemple un ex-mari peut rencontrer une femme aux cotés de son ancien amant. Mais, c’est aussi l’apparition de licences ancestrales du jeu de rôle, souvent réservées aux niches, comme Vampire qui s’adapte de nos jours au plus grand nombre.

Il faut remercier pour cela la démocratisation du modèle, avec en premier lieu la série animée américaine HarmonQuest, jouée en direct et mise en animation par la suite. En France, Game of Rôles s’est fait un nom, et est devenu un pilier de la communauté JDR sur Twitch.

Enfin, l’AG French Direct n’est pas entremetteur que de créations vidéoludiques. Il est aussi le moyen, pour une société comme Abiding Bridge, de communiquer sur son fonctionnement alternatif. Société de production gérée par Elizabeth Maler, celle-ci propose en effet d’alléger les démarches de création de studio, en proposant aux développeurs de passer par le statut d’artistes-auteurs. De cette façon, les développeurs sont rémunérés par le système de droits d’auteurs, tout en étant soutenus par Abiding Bridge. La démarche se propose comme un chemin alternatif, pour une industrie française vidéoludique de plus en plus dense.

Le prochain AG French Direct sera très certainement à retrouver à l’automne prochain !

Tags

Partagez sur

Phebus

J'aime me plonger jusqu'à l'os dans des choses que je ne connais absolument pas, pour rester curieux de tout, toujours le poing levé comme disait une chanteuse de mes folles années de jeunesse. Sinon je fais partie de cette secte, toujours plus réduite, qui croit en la sortie d'un Half-life 3 depuis vingt ans. J'ai cependant d'autres religions comme Dear Esther, Denis Villeneuve, Alien, les chats, le Japon ou la cuisine. Touche-à-tout en jeux vidéo, j'ai tout de même mes limites quand il s'agit de taper dans le ballon rond ou m'infliger du golf ô combien dynamique. Entre toutes ces choses, j'aime malgré tout un peu d'instinct primaire, en me défoulant sur un FPS en ligne, ça finit toujours une journée en beauté. J'aime à penser que j'aurai pu faire une carrière inimaginable dans l'Esport et devenir celui qui connaît le jeu vidéo mieux que tout le monde (pathétique fierté humaine).

Vous aimerez sûrement ces articles...

Réactions sur l\'article “La 4ème édition de l’AG French Direct au complet”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *