Devenir Partenaire
Lootmygame.com - Faites vous plaisir pour seulement 0.50€, La box gaming gagnante à tous les coups ! Lootmygame.com - Faites vous plaisir pour seulement 0.50€, La box gaming gagnante à tous les coups !
Maxime Robinet

A la rencontre des Gamers : Maxime Robinet, chroniqueur

Partagez sur

A la rencontre des Gamers continue, avec un épisode dédié à Maxime Robinet. Chroniqueur jeux vidéo notamment connu pour ses collaborations avec jeuxvideo.com ou encore le site begeek.fr, ainsi que pour son projet Globtopus, nous avons pu le rencontrer lors de la Savoie Retro Games 2017.

 

Maxime Robinet

Source : festival turbo film reims

  • Bonjour Maxime ! Peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Maxime Robinet, je suis chroniqueur sur begeek pour deux chroniques, je fais des web-séries, des lives sur Twitch… Je fais beaucoup de choses !

  • Comme tu l’as dit, tu es connu pour plusieurs chroniques sur divers sites comme Le fond de l’affaire sur JVC, 99 secondes sur Gamesplanet… Pourquoi faire des chroniques, et en particulier sur le jeu vidéo ?

En fait, je suis vidéaste, et c’est ça qui me permet de vivre. C’est-à-dire que je vends mes chroniques et ça me permet de manger et vivre sous un toit. Du coup, j’ai toujours bien aimé le principe d’émissions de jeux vidéo et de donner des informations sur les jeux vidéo. Le fond de l’affaire et 12 révélations tournent autour de ça, et 99 secondes c’est plus de l’actualité pc, mais ça m’intéressait quand même. Donc c’est un sujet qui m’intéresse, et en plus j’ai toujours aimé le jeu vidéo.

Maintenant, je fais plus de web-séries, de vidéos concept sur l’horreur et de lives, mais le jeu vidéo m’intéresse toujours.

  • En plus de ça, tu as aussi été scénariste pour StarFlint, un point’n’click de Stunmason Games. Comment s’est déroulée cette période d’écriture ?

Ça a été assez court, en fait ! Ils m’ont contacté après avoir vu Spoilers et du coup, pendant cette période-là, j’ai travaillé sur la construction du monde et la structure de leurs idées autour d’un axe scénaristique. Je travaillais simplement depuis chez moi !

Ils ont fait un premier KickStarter qui a échoué, et là récemment ils en ont refait un qui a réussi. Je ne suis plus avec leur équipe actuellement, mais tant mieux s’ils ont réussi !

  • Tu travailles maintenant avec Globtopus, qui est ton gros projet, où tu fais des jeux de rôle, des explorations, des web-séries… Où trouves-tu l’inspiration pour tout ça ?

C’est très varié et ça vient surtout de mes passions ! L’Urbex, l’horreur, le jeu de rôle… Je m’inspire surtout de concepts américains que j’aime beaucoup et je réadapte totalement. Après, les explorations nocturnes – même si c’est de la fiction – sont plus inspirées du Grand JD et de Guss DX. Et pour le jeu de rôle, je n’ai pas vraiment d’inspiration parce que je n’ai jamais vu d’émission qui traitait le jeu de rôle de cette façon, et c’est pour ça que je l’ai fait.

Maxime Robinet

Source : twitter

  • Revenons aux jeux vidéo ! D’où te vient cette passion ?

J’ai toujours bien aimé le principe de jeu en général (jeu de plateau, jeu de rôle…). Dans le jeu vidéo, j’aime beaucoup la narration et le côté interactif. Par exemple, cette année NieR Automata et Hollow Knight m’ont beaucoup inspiré, et je les ai trouvés géniaux pour leur narration.

J’adore aussi le côté gameplay, évidemment. En ce moment, je joue à CupHead qui vient de sortir et qui est très bien.

  • Quels furent ton premier jeu et ta première console ?

Je sais que j’avais un Amstrad, mais j’étais vraiment très jeune. Du coup je dirai GameBoy ! Et mes premiers jeux étaient Super Mario Land 1 et Tetris, mais j’y jouais très peu. C’est plus tard, avec des jeux comme Tomb Raider, Pokémon, Half-Life, Deus ex… que j’ai vraiment repris goût au jeu vidéo.

  • Quelles sont tes sagas préférées et celles que tu aimes moins ou que tu maudis totalement ?

Ma série préférée est celle des Dark Souls ! Parce que… parce que c’est trop bien ! (rires) Pour celles que j’aime le moins, les jeux qui m’énervent le plus sont ceux comme Assassassin’s Creed ou Call of Duty où c’est sans arrêt la même chose. Je n’ai rien contre le jeu de base, par exemple Call of Duty 4 était vraiment bien, mais les suites sont toujours la même chose. Pour Assassin’s Creed, c’est pareil. Le 1 n’était pas terrible mais le 2 était pas mal. Je ne dirai pas que je les maudis, mais ce sont des séries qui me déçoivent énormément.

  • Que penses-tu de l’image actuelle du jeu vidéo auprès du grand public ?

Je trouve que ça va ! Je pense que l’e-sport et autres avancées ont permis de faire comprendre à pas mal de gens qu’il pouvait réellement être pris au sérieux comme la télé ou le cinéma, et que c’est un média vraiment à part et un art. Ça a vraiment évolué vers le positif, et je pense qu’à l’heure actuelle, de plus en plus de personnes jouent. Avec les jeux smartphone, presque tout le monde a déjà touché à un jeu ! Donc ça avance bien et le jeu vidéo a une image de plus en plus positive. On arrive quasiment à un point où c’est accepté de jouer aux jeux vidéo et ce n’est plus diabolisé comme ça l’était il y a une vingtaine d’années.

  • Depuis quelques années, on peut noter une augmentation du nombre du joueuses qui se montrent, mais aussi une augmentation de femmes dans le secteur professionnel comme des chroniqueuses ou des journalistes. Que penses-tu de leur image et des quelques dérives qu’on peut apercevoir ?

Je pense que c’est important de faire remarquer qu’il y a des joueuses et que le marché s’oriente vers ces joueuses, notamment dans le fait de proposer de plus en plus d’héroïnes, ou au moins un choix entre un personnage masculin ou féminin. Cette année, on a eu Aloy dans Horizon Dawn Zero, qui est vraiment top comme personnage féminin. Il y a aussi NieR Automata où il y a deux personnages féminins très forts. C’est vachement bien !

Maintenant, sur les joueuses, je n’ai jamais séparé les joueurs et les joueuses. Je sais que des gens ne comprennent pas ça, mais pour moi c’est la même chose. Ma copine joue à des jeux aussi ! Oui, elle joue moins que moi parce que je joue énormément, mais ce n’est pas pour autant que ce n’est pas une joueuse. Je sais qu’il y a eu pas mal de débats sur les jeux mobiles, comme par exemple si tu joues à Angry Birds, est-ce que tu es une joueuse. Mais oui ! Tout le monde peut être joueur ! On s’en fiche que ce soit Angry Birds, Skyrim ou Dark Souls !

C’est quelque chose qu’il va falloir travailler, et je pense que le féminisme est là pour ça. Beaucoup de gens ne se rendent pas compte d’à quel point la situation de la femme est catastrophique dans plein de situations. C’est bien de renseigner les gens dessus, et dans le monde du jeu vidéo aussi. Par exemple, aujourd’hui vous pouvez croiser Carole Quintaine et Kayane dans le salon, et les deux ont eu énormément de soucis dans leur vie privée et leur vie publique juste parce que ce sont des femmes. On ne s’en rend pas compte quand on est un homme, parce qu’on est totalement à l’extérieur de ça. Personnellement, je n’ai jamais eu ce genre d’attitude envers une femme, mais ce n’est pas parce que je ne le fais pas que d’autres ne le font pas non plus, et c’est important de s’en rendre compte.

Maxime Robinet

Source : Facebook

  • As-tu des joueuses et joueurs ou des chroniqueurs à conseiller à nos lecteurs de suivre ?

Pour les joueuses, je ne sais pas. Même les joueurs en général je ne pourrais pas spécialement en conseiller. Il y a l’américain Captain Holy qui est cool, mais je ne regarde pas beaucoup de joueurs (hommes ou femmes). Je dirai Kayane, vu qu’elle est là aujourd’hui, mais après je ne sais pas.

Pour les chroniqueurs, je n’en connais pas beaucoup autour du jeu vidéo en France.

  • As-tu des conseils pour des personnes qui souhaiteraient lancer leur propre chronique, en particulier sur le jeu vidéo ?

Déjà, il faut vraiment soigner le fond ! C’est la base, et l’image vient après. Il ne faut pas non plus hésiter à s’y reprendre, et surtout à se lancer. Il faut écrire un premier pilote qui sera peut-être nul, mais on s’en fiche. Montrez-le à des proches, prenez les retours critiques et travaillez dessus.

Oui, ce ne sera pas super la première fois, mais il faut se lancer et s’y mettre parce qu’on ne peut pas faire quelque chose de parfait. Il ne faut pas rentrer dans le côté perfectionniste et commencer, même si c’est un peu cra-cra au début.

Et surtout, pour les femmes : les commentaires ne sont pas important ! Il ne faut pas se focaliser dessus, et ne pas les lire c’est pas grave. Les retours critiques, vous pouvez les avoir auprès de proches. Les femmes se font vraiment agresser dans les commentaires, et il ne faut pas les lire, parce que ça peut être très difficile psychologiquement, surtout au début. J’espère que ça changera à l’avenir et que ça évolue, mais il y a encore du chemin.

  • Un mot de la fin ?

Ce fut un plaisir de faire cette interview ! N’hésitez pas à aller voir ce que je fais sur Twitch, BeGeek ou YouTube, il y a plein de choses à voir !

 

Vous pouvez retrouver Maxime sur le twitter de Globtopus, sa chaîne YouTube, la chaîne YouTube de Globtopus, la page FaceBook de Globtopus

Maxime Robinet

Source : facebook

Tags

Partagez sur

Gameuse Minstery

Bien le bonjour :) Moi c'est Minstery, administratrice, journaliste et streameuse sur jeu.video ! Principalement joueuse PC, je touche un peu à tous les styles de jeux, des FPS aux jeux de stratégie en passant par les MMORPG et les jeux de plateforme.

Vous aimerez sûrement ces articles...

Réactions sur l'article “A la rencontre des Gamers : Maxime Robinet, chroniqueur”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *