Devenir Partenaire
Lootmygame.com - Faites vous plaisir pour seulement 0.50€, La box gaming gagnante à tous les coups ! Lootmygame.com - Faites vous plaisir pour seulement 0.50€, La box gaming gagnante à tous les coups !
Emma Delage

Derrière l’écran : Emma Delage, community developper chez Ubisoft

Partagez sur

Notre série d’interviews Derrière l’écran continue ! Aujourd’hui, nous vous proposons de découvrir Emma Delage, community developper sur le jeu Ghost Recon : Wildlands d’Ubisoft.

emma

[Vidéo de l’interview bientôt disponible]

  • Peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Emma Delage, je suis community developper au sein du studio Ubisoft Paris et je travaille sur Ghost Recon : Wildlands depuis bientôt 3 ans.

  • Peux-tu nous détailler ton parcours et ton arrivée dans le jeu vidéo ?

J’ai toujours voulu travailler dans le jeu vidéo, depuis que je suis toute petite. Pour être honnête, j’ai commencé à rentrer très tardivement dans les jeux vidéo parce que mes parents étaient contre ça. A la télévision, je regardais Game One et je me disais que c’était génial, que j’avais envie de jouer et d’avoir ma console. Et au fur et à mesure, à force de passer mon temps à regarder ça, à avoir mes amis qui jouaient à la GameBoy – que je leur empruntais pour jouer en cachette chez moi – j’ai développé une passion pour le jeu vidéo. Je passais mon temps à lire, à regarder des émissions et à jouer une fois que j’ai pu avoir ma PlayStation 2. C’est comme ça qu’est venue la passion.

Comme je voulais travailler dans ce secteur, j’ai organisé mes études en fonction. Mon premier poste a été community manager pour un petit studio qui faisait des jeux sur Facebook. Après, j’ai travaillé chez Square Enix France dans les relations presse. Et ça fait maintenant 4 ans que je suis chez Ubisoft en tant que community developper. J’ai travaillé sur les Lapins Crétins, Just Dance et maintenant Ghost Recon.

  • Peux-tu nous parler un peu de Ghost Recon : Wildlands et de ton rôle sur le jeu ?

launch

Livestream de lancement GRW Source : twitter

Ghost Recon, c’est un jeu qui est sorti le 7 mars 2017. C’est un jeu de shoot hybride première et troisième personne qui se passe dans le plus grand open world d’Ubisoft en action-aventure. C’est une équipe de quatre Ghosts, des spec ops américains qui sont envoyés en Bolivie pour mettre à mal un cartel de drogue.

Pour mon rôle au sein de l’équipe, en tant que community developper j’ai un rôle de consultante communauté. Je suis en contact avec la communauté grâce à une équipe de community managers qui prennent les feedbacks et les synthétisent. Et moi je dois partager ces retours aux développeurs afin de discuter tous ensemble de ce qu’on peut améliorer et apporter de nouveau. Dans un second temps, je prends aussi les informations de l’équipe de développement pour les partager à la communauté, que ce soit en organisant des événements, en tournant des vidéos comme les Dev Diary, ou encore en faisant venir des fans au studio pour leur présenter les dernières nouveautés sur le jeu.

  • Quel est ton souvenir le plus mémorable sur ce jeu ?

Clairement, c’est quand on a annoncé le jeu à l’E3 2015. J’étais dans la salle pendant la conférence Ubisoft, c’était la première fois que j’allais à l’E3, ce qui était déjà un rêve de gosse. On était le “one more thing” de la fin de la conférence, la grosse surprise. Personne ne pensait qu’on allait l’annoncer à ce moment-là donc il y avait un peu cette effervescence, on se demandait si les gens allaient aimer. Est arrivé le trailer qui, pour être honnête, déchire. Et la fin de la conférence, où tu vois ton jeu sur un grand écran, tu sais qu’il est retransmis sur Twitch, qu’il y a plein de journalistes et les Star Players dans la salle, et tout le monde qui applaudit, se lève, disent que c’est génial… Voir l’accueil des gens, c’est quelque chose qui est incroyable.

  • Que penses-tu de la relation entre le grand public et les jeux vidéo, surtout les shooters vu que tu travailles dessus en ce moment ?

Les jeux de tirs, pour le grand public, ça a toujours été un peu compliqué parce qu’on se dit que c’est la violence. Il y a pas mal d’exemples où les gens font des raccourcis très facilement. S’il y a un événement malheureux qui s’est déroulé, on va dire que la personne jouait aux jeux vidéo et que ça explique pourquoi il a été violent.

C’est malheureusement quelque chose dont on a du mal à se débarrasser mais j’ai vraiment l’impression que les mentalités sont en train d’évoluer. On a de plus en plus d’émissions qui montrent le jeu vidéo comme un moyen de rencontrer des gens, de créer des liens. Il y a des personnes qui jouent et qui arrivent à se sentir mieux, à pouvoir s’exprimer auprès des autres parce qu’ils ont une passion qu’ils partagent. Il y a cet esprit communautaire qui se crée avec le jeu vidéo. J’ai le sentiment qu’on sensibilise de plus en plus le grand public par rapport à ça, et j’ose espérer que même si ce sont des jeux de tir, les gens vont pouvoir garder un esprit ouvert comme quand ils vont voir un film d’action et quand même apprécier le jeu vidéo pour ce que c’est. Parce que c’est aussi de l’art, de la créativité, et c’est important qu’on mette ça en avant.

  • Ces dernières années, on a pu remarquer qu’il y avait de plus en plus de joueuses, ou du moins de joueuses qui se montrent. Qu’est-ce que tu en penses, et qu’en est-il du côté professionnel ?

Forcément, c’est génial qu’on ait de plus en plus de joueuses qui se montrent, qui osent dire qu’elles aiment les jeux vidéo. Parce que passé un temps, pour une fille, dire qu’on joue, c’était “oh tu n’es pas une vraie fille”, ou ce genre de commentaires qu’on n’a pas du tout envie d’entendre. C’est vraiment bien de voir de plus en plus de filles sur la scène vidéo-ludique.

Après, je pense qu’on n’a pas non plus besoin de les mettre en avant en disant “ah c’est un fille, elle joue aux jeux vidéo, c’est bien”. Il faut vraiment les mettre en avant d’une manière normale. On n’est pas des animaux qu’on montre dans un zoo. On est des gameuses parce qu’on est passionnées. Et c’est important, quand on montre les femmes qui jouent ou qui travaillent dans cette industrie, qu’on ne les montre pas comme ces bêtes de foires qui sont un peu bizarres. On est des professionnelles et des joueuses, et il faut qu’on soit mises en avant de la même manière qu’on mettrait un homme en avant.

Emma Delage

Source : Women in Games

  • Est-ce qu’il y a aussi plus de femmes du côté professionnel, ou est-ce encore un petit peu compliqué ?

Je pense qu’il y en a de plus en plus de femmes qui se disent “j’aime les jeux vidéo, et je ne vois pas pourquoi je ne pourrais pas en faire mon métier”. Et ça c’est génial. Il y a une prise de conscience, de plus en plus de femmes qui vont commencer à faire des études pour entrer dans cette industrie.

De mon côté, dans mon équipe, je pense qu’on a un certain nombre de femmes. Mais bien sûr, c’est toujours mieux si on en a plus. Mais ça va crescendo donc c’est tant mieux.

  • Est-ce que tu as des joueuses, ou des studios à conseiller à nos lecteurs de suivre ?

Je pense à Pia, qui est une ancienne journaliste et qui maintenant travaille pour le jeu Cthulhu où elle s’occupe du scénario. Vous pouvez la suivre sur twitter. Il y a Kayane, forcément, championne de jeux de combat. Mioune, une interprète qui reprend des chansons en version francophone, des musiques qui proviennent essentiellement de RPG mais aussi de pas mal d’autres jeux. Elle a une chaîne YouTube qui y est dédié.

Toute l’équipe d’Accidental Queens qui a sorti A Normal Lost Phone, qui est un jeu génial. Ils en sont à la deuxième itérations, et ce sont des personnes qui sont vraiment intéressantes à suivre. On a aussi l’association Women in Games. Forcément, si vous cherchez des professionnelles de l’industrie auprès de qui discuter ou tout simplement à suivre sur twitter, vous pouvez aller sur leur site.

  • Un mot de la fin ?

Merci beaucoup pour votre attention. En ce qui concerne Ghost Recon : Wildlands, si vous n’y avez pas encore joué, je vous encourage à le tester très fortement, que ce soit pour le mode campagne ou alors pour le mode joueur contre joueur qui est sorti très récemment, en octobre. On sait qu’on a un énorme soutien de la communauté et du côté du studio, c’est vraiment très important pour nous de pouvoir avoir le retour des joueurs, s’ils apprécient le jeu, ce qu’ils aimeraient voir amélioré…

Continuez, que ce soit pour Ghost Recon ou plein d’autres jeux, de jouer de manière respectueuse, d’être en contact avec les autres d’une manière saine, de partager votre amour du jeu de manière positive… C’est très important pour l’industrie en général.

Et pour toutes les filles qui nous lisent, continuez comme ça ! Exprimez votre amour pour les jeux vidéo, c’est génial. Et si vous voulez rejoindre l’industrie, c’est quand vous voulez !

 

Si vous voulez suivre Emma, n’hésitez pas à aller jeter un œil à son compte twitter !

Partagez sur

Gameuse Minstery

Bien le bonjour :) Moi c'est Minstery, administratrice, journaliste et streameuse sur jeu.video ! Principalement joueuse PC, je touche un peu à tous les styles de jeux, des FPS aux jeux de stratégie en passant par les MMORPG et les jeux de plateforme.

Vous aimerez sûrement ces articles...

Réactions sur l\'article “Derrière l’écran : Emma Delage, community developper chez Ubisoft”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *