Lootmygame.com - Faites vous plaisir pour seulement 0.50€, La box gaming gagnante à tous les coups ! Lootmygame.com - Faites vous plaisir pour seulement 0.50€, La box gaming gagnante à tous les coups !
Neurodeck2

Neurodeck – Une plongée dans les arcanes de la psyché

Neurodeck TACTICAL

Partagez sur

Slay the Spire, Monster Train, Dicey Dungeons, les jeux de deck building n’ont jamais eu autant la côte qu’en ce moment. Neurodeck, actuellement en cours de développement, s’inscrit dans cette tendance avec une approche inédite. Ici, les seuls monstres que vous combattrez seront vos démons intérieurs.

 

Neurodeck, les créatures de l’esprit

Le média du jeu vidéo nous a habitué à combattre toute sorte d’entités. J’ai escaladé les créatures géantes de Shadow of the colossus, triomphé des titans de God of war, et occis des zombies par dizaines dans Dead Rising ou Resident Evil. Par contre, quand il s’agit de lutter contre des phobies, des peurs, ou des maladies mentales, je dois reconnaître que mon expérience est limitée. Ne me viennent à l’esprit que certains jeux à part comme Hellblade, Gris ou encore Celeste. Neurodeck tend à s’inscrire dans cette lignée, même si il est, pour le moment, beaucoup plus littéral dans son approche.

Développé par Tavrox Games et édité par Golbinz Studio, les spécialistes français du tour par tour, Neurodeck se présente au joueur sous la forme d‘un programme utilisé dans une réalité parallèle pour combattre ses phobies et maladies mentales. À travers une série d’événements aléatoires, le patient défie ses phobies à l’aide de son deck de cartes et améliore ses capacités. Au début du jeu, vous choisissez votre personnage ainsi que l’émotion avec laquelle vous voulez jouer. Dans la démo que nous avons pu tester, nous pouvions sélectionner la colère ou la joie. Chaque émotion correspond à la fois à un deck de cartes de base ainsi qu’a des compétences de départ.

neuroarachno

L’arachnophobie est votre premier adversaire

 

La santé mentale est votre meilleure arme

Lors d’une bataille contre une phobie, celle-ci se présente face à vous sous la forme d’un monstre redoutable. Pour l’affronter, vous disposez de votre carte, d’une barre de vie et d’une barre de santé mentale. La première barre ne doit jamais tomber à zéro sous peine de game over et la seconde correspond à vos points d’actions. À chaque tour, vous pouvez jouer trois cartes de votre main. Chaque carte vous coûte un nombre différents de points de santé mentale et produit des effets différents. Certaines cartes enlèvent des points vie à l’adversaire, d’autres lui infligent des malus ou vous donnent des bonus. Par exemple, une carte “peinture inspirante” vous permet d’attaquer, tandis qu’une carte “journée de merde” augmente votre agressivité.

Il est également possible de se soigner ou de brandir un carte pour s’équiper d’un objet à utiliser plus tard. Si aucune carte ne vous convient, vous pouvez également vous concentrer et tirer une nouvelle carte moyennant quelques points de santé mentale. Si vous ne disposez plus de santé mentale, il faudra passer votre tour pour en regagner. Bien souvent, la clé de la victoire résidera dans l’observation scrupuleuse du comportement de chaque phobie.

 

Des peurs difficiles à surmonter

Après une bataille, plusieurs événements vous seront proposés au choix. il est possible de participer à une enquête de personnalité pour débloquer des compétences spécifiques, de dormir pour ajouter une carte à son deck ou encore d’augmenter ses stats à la salle de gym. Des choix à ne pas prendre à la légère si l’on ne souhaite pas se faire écraser par des phobies de plus en plus redoutables.

La construction de votre deck permet d’affiner sa stratégie et certaines compétences spéciales vous donnent un avantage déterminant dans la bataille. Comme dans tout rogue-like, la mort est permanente et il faudra recommencer à zéro votre psychothérapie. Pas vraiment un problème tant les runs s’enchaînent vite. Malgré cela, le niveau de difficulté monte très rapidement et nous empêche de vraiment expérimenter nos combinaisons de cartes. L’expérience se fait par l’échec. Une habitude du genre mais un peu frustrante ici. Actuellement, la démo se joue sur une série de 20 événements, nombre qui devrait probablement augmenter d’ici la fin du développement.

neurodeck4

Après chaque combat, vous pouvez ajouter une nouvelle carte à votre deck

 

Une aventure effrayante mais qui manque de contexte

Au delà du système de combat, c’est bien sûr le concept de Neurodeck qui attire la curiosité. Le jeu traite de phobies mais n’est pas pour autant totalement anxiogène. Le programme s’adresse à vous avec des messages encourageants, les cartes sont colorées, évocatrices et parfois pleines d’espoir. Seules les phobies, aux allures d’ombres effrayantes, demeurent sombres et impitoyables. Avec des animations simples et soignées, elles procurent un sentiment de malaise immédiat mais aussi une forme indescriptible d’empathie. Comme si ces monstres souffraient tout autant que nous de ces joutes intérieures. La direction artistique, signée Victoria Guareschi, mélange ainsi de manière astucieuse une atmosphère un peu occulte avec un vernis scientifique. Comme si, au cœur d’une simulation de programme thérapeutique, on se livrait à la taromancie pour vaincre des forces à la fois intimes et surnaturelles.

Seul petit bémol pour le moment : le jeu contextualise assez peu le rapport à chaque phobie. Il est certes possible de consulter un glossaire des phobies entre les batailles mais j’aurais aimé me sentir un peu impliqué dans mon “combat”. Je comprends l’approche très “logicielle” du jeu, mais j’espère qu’il y aura un peu plus d’éléments scénaristiques dans la version finale du Neurodeck, prévue pour le mois décembre 2020 sur Steam.

 

neurodeck3

Certaines créatures mettent tout de suite très à l’aise…

 

Une première séance concluante

Cette démo a donc particulièrement suscité mon enthousiasme pour Neurodeck. J’ai adoré cette plongée dans les arcanes de la psyché humaine. J’ai hâte de découvrir les autres personnages, les nouvelles émotions, les nouvelles cartes ainsi que des événements inédits. L’idée est originale, la direction artistique captive mais il manque juste encore un petit supplément d’âme pour contextualiser davantage le combat contre la phobie et la maladie mentale. Même si ce jeu n’a pas vocation à être une réelle solution thérapeutique, il pourrait être intéressant de voir plus de substance et de pédagogie dans cette suite de batailles et d’événements.

Tags

Partagez sur

Sgtkabukimen

Prêtre gamer du Soleil Levant depuis deux décennies, j’aime manier la gunblade, le megabuster, et le fouet pour faire des passes d’armes avec des Cyborg Ninja Vampire dans les ruines de Neo Tokyo. Je délaisse de temps en temps mon cher Japon pour me livrer aux joies du jeu indépendant et exterminer des hordes d’aliens avec l’unité XCOM.

Vous aimerez sûrement ces articles...

Réactions sur l\'article “Neurodeck - Une plongée dans les arcanes de la psyché”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *