Lootmygame.com - Faites vous plaisir pour seulement 0.50€, La box gaming gagnante à tous les coups ! Lootmygame.com - Faites vous plaisir pour seulement 0.50€, La box gaming gagnante à tous les coups !

Horizon : test et avis par Allkeygames

Partagez sur

Horizon, sorti le 6 février 2014, est un jeu de stratégie spatial développé par L3O Interactive et édité par Iceberg Interactive. Etant un grand fan de Sword of the Stars (SoTS), je ne pouvais passer à coté de cette occasion de tester Horizon. Sur le même principe que SoTS, le jeu se passe aux confins de la galaxie et les déplacements ainsi que les combats se déroulent au tour par tour.

Premières impressions sur Horizon

Ecran accueil horizon

Quand on regarde les vidéos d’Horizon, on ne s’attend pas à une claque graphique, mais à un jeu qui demeure de bonne qualité. L’écran d’accueil d’Horizon est très sobre, voire trop sobre diront certains. Les paramètres se limitent à configurer la résolution. Un onglet “avancé est également présent, mais n’a finalement d’avancé que le nom puisqu’il ne propose que de modifier la qualité des cinématiques, d’activiter la synchronisation verticale ou encore de basculer en mode fenêtré ou plein écran. Pas de grands choix possible pour le moment. On pourra remarquer que l’écran d’accueil est en Français. Malheureusement pour les anglophobes, la traduction s’arrête une fois le jeu lancé.

Options de configuration

Une fois le jeu lancé, on retrouve un menu option mais cette fois un peu plus étoffé.

 Options Horizon

 

L’onglet “General” propose de recevoir ou non les rapports des différentes actions en jeu, de couper les scènes cinématiques, de sélectionner automatiquement les forces inactives, de détruire le vaisseau permettant de coloniser d’autres planètes après utilisation ou de sauvegarder automatiquement.

L’onglet Video reprend une partie des options réglées avant de lancer le jeu à la seule différence qu’un onglet pour la qualité des textures fait son apparition. Pourquoi ne pas avoir mis cet onglet dans le premier écran ou alors simplement, ne pas mettre le premier écran vu qu’on retrouve tout ici ?

L’onglet “Audio” permettra bien sur de régler le volume général du jeu, le volume de la musique, des sons, des cinématiques ou de l’interface. personnellement, j’ai très rapidement coupé la musique du jeu. Même si la musique parait envoutante en début de partie, la répétition du même morceau en boucle n’est pas une option pour un jeu dont une partie va durer des heures.

Nouvelle partie

Après avoir fait quelques réglages, il est maintenant temps de créer une nouvelle partie. On peut alors sélectionner sa race parmi 8 disponibles possédant chacune leurs caractéristiques propres :

Les Barbecks, véritables larves de l’univers, vivant sur des planètes désertiques, n’aiment pas se mêler des affaires des autres.

 Barbeck

Les Barsigs, vivant également sur des planètes désertiques, sortent de gnomes évolués doués pour acheter et vendre tout et n’importe quoi.

 

Barsig

Les Gargals, la seule espèce marine du jeu, vivant sur des planètes océaniques, doués par la recherche.

Gargal

Les Humains, l’espèce classique par excellence, vivant sur des planètes terrestres, moyens en tout.

humain

Les Kamzaks, issus d’une société matriarcale vivant sur des planètes terrestres. Comme les humains, ils sont moyen en tout et sont particulièrement mauvais quand il s’agit de marchander.

Kamzak

– Les Kuntaris, ce que je pourrais rapprocher des créatures du film “Alien”, fortes et douées pour le combat, ils vivent sur des planètes terrestres.

Kuntari

Les Lezgoons, une espèce ressemblant à une chenille dotée de tentacules, communiquant par télépathie et intéressée par l’exploration et les échanges avec d’autres espèces. Ils vivent sur des planètes désertiques

Lezgoon

Les Tantiks, les vilains de l’univers, des parasites vivants sur des planètes volcaniques qui sont très agressifs envers les autres espèces.

 

Tantik

Pour débuter, j’ai pris les plus classiques, les humains. Après les avoir sélectionné, il est possible de choisir la quantité d’étoiles, d’anomalies, de planètes, de planètes habitables ou spéciales.

Personnalisation partie Horizon

Il est également possible de choisir entre deux types de scénarios :

Le mode normal où le scénario est spécifique à la race choisie (c’est ce que j’ai pris pour le test)

Le mode classique où un seul et même scénario s’applique à toutes les races

On peut noter sur la droite du menu la liste de nos opposants constituées de toutes les races précédentes (sauf les humains bien sur) mais aussi de races non jouables, telles que les Har’kans, les Kor’tahz ou les Varaians. Après avoir cliqué sur Start, on peut alors sélectionner la difficulté (de très facile à très dur). Pour ce test, j’ai choisi de jouer en normal.

Les écrans de chargement sont de qualité et travaillés ce qui est profondément agréable.

Tutoriel du jeu : Le début d’une aventure

Avant de vous jeter corps et âme dans une partie de 150 heures et pour bien débuter dans ce type de jeu de stratégie, il est nécessaire de connaitre les règles du jeu. Pour cela, un tutoriel est de rigueur.

Le tout premier écran du tutoriel nous apprend qu’en l’an 2020, une sonde extraterrestre a été découverte au sein de notre système solaire contenant un message d’une espèce appelée les Kor’tahzs. Les Kor’tazs vous racontent leur histoire :

Message des Kor'thah

 Message des Kor'thah 2

Une quantité incroyable de données accompagne ce message et il faudra encore 100 ans pour enfin arriver à les utiliser. Nous sommes donc maintenant en l’an 2151 et une petite partie des données a permis de rendre des vaisseaux capable de voyages interstellaires.

La première mission consiste à rattraper la sonde qui a déviée sur Pluton, à envoyer une équipe afin de l’explorer et de ramener ce qu’ils trouveront. Vos ordres vous sont alors donnés par le Lieutenant General Thomlon qui passera du temps à décrire les bases du jeu.

Pour ma part, je trouve le tutoriel dans son ensemble très mal fait. J’ai joué à des dizaines, voire des centaines de jeux. Aujourd’hui, quand on veut montrer une action à faire par le joueur, on l’indique avec une grosse flèche ou bien une icone qui clignote. Ici, pas question de tout ceci. On vous explique une fois comment ca fonctionne et à votre mémoire visuelle de faire le reste. Un panneau de ce type vous est montré par exemple, et ensuite plus rien n’est affiché sur l’écran une fois le bouton “Got it” pressé :

construire un vaisseau horizon

 

Fenetre du jeu tutoriel Horizon

Malgré tout, il n’y a finalement pas grand chose à comprendre. L’interface est simple mais peu intuitive. Il faut tester beaucoup de choses soit même pour parvenir à ses fins. On peut y voir, à gauche du gros bouton “Turn”, les boutons races, techs et Design que je détaillerais un peu plus loin dans ce test. A droite de l’écran se situent toutes les planètes du système solaire. J’ai par exemple cliqué sur la planète Terre ce qui a pour effet de faire apparaitre cette interface à l’écran :

Système solaire Horizon

On peut y voir les différentes planètes du système solaire avec la caractéristique de celle selectionnée en haut à gauche. Nul part et à aucun moment du tutoriel, on vous parle de basculer entre les planètes en cliquant dessus directement dans cet écran. Pendant presque 5 heures de jeu, le bouton “Return” en bas à droite de l’écran a donc surchauffé. On peut également voir sur cet écran une “build queue” qui permet de placer des ordres de construction pour vos vaisseaux. Encore une fois, il faut chercher de nombreuses minutes pour s’apercevoir que la petite flèche verte à coté de “Scout” par exemple permet de faire défiler des configurations pré-enregistrées de vaisseaux. Le reste de l’écran est dédié à la construction d’équipements propres à la planètes, comme un centre de commerce, des fermes, des industries, un centre de recherche, un pole gouvernemental ou de divertissement. Tout ceci va générer de l’argent selon les disponibilités des ressources de votre planète. Il est également possible d’assurer la défense de la planète en construisant des missiles ou des baraquements pour soldats. Pour assurer la construction de plus gros vaisseaux (vaisseaux mères) et leur maintenance, il faudra alors avoir recours à un hangar à vaisseaux ainsi qu’à une base spatiale. L’ensemble des constructions demande un certain nombre de tours de jeu, qui peut être réduit à un seul si vous mettez la main à la poche (certains pots de vin peuvent faire travailler les ouvriers jusque 200 fois plus vite, efficace !).

En revenant à la carte de l’univers (avec le fameux bouton return !), vous pouvez équiper vos vaisseaux et stations spatiales à l’aide du bouton Design qui va alors vous présenter cette fenêtre :

 Design Horizon

Grâce à celle ci, vous pourrez placer dans les emplacements prévus à cet effet divers armes, telles que des canons lasers, des missiles nucléaires ou des bombes à fusion. Les canons lasers font relativement peu de dégats mais touchent directement l’ennemi tandis que les missiles nucléaires font un peu plus de dégats mais peuvent être détruits avant l’impact. Les bombes à fusion quant à elles sont utilisés pour bombarder les planètes et détruires les colonies qui s’y trouvent. Vous pouvez aussi placer des modules spéciaux comme des baies de ravitaillement, des capsules de colonisation (pour conquérir des planètes), des légions de troupes, des esquadrons de drones de combat (idéal pour les vaisseaux mère), des systèmes de défense contre les abordages ainsi que vos propres navettes d’abordage. Bien sur, il faudra choisir subtilement les modules à placer selon les ressources de votre vaisseau visibles en bas de l’écran. Les éléments essentiels de votre vaisseau, comme la propulsion ou les scanners, ne peuvent pas être retirés et remplacer par autre chose. Cependant, ils peuvent être améliorés grâce à l’onglet “Techs” sur la carte de l’univers.

L’onglet Tech permet d’effectuer des recherches sur de grands thèmes chers à votre cœur tels que les systèmes de propulsion, la défense, l’électronique, les biotechnologies, la construction ou encore les armes:

Tech Horizon

Il est alors possible de concentrer ses recherches sur une catégorie en particulier (50% des recherches) mais aussi de se concentrer sur un sous thème par catégorie. Ainsi et par exemple, je me suis ici concentré sur les armes, mais plus spécifiquement dans chacune des catégories sur le moteur nucléaire, les bio-toxines et les tanks qui apparaissent en gras par rapport aux autres sous thèmes.

Conquérir l’espace, c’est facile…

Maintenant que nous avons les bases (et pas du tout grâce au tutoriel…), on va pouvoir commencer à jouer, enfiiiinnnn ! Je vous le rappelle, ce jeu est un jeu de conquête spatial. Il vient bien sur falloir vous étendre, beaucoup…vous étendre…et c’est temps mieux puisque vous avez une galaxie autour de vous. Avant de commencer à envahir d’autres systèmes solaires, envahissez déjà vos propres planètes. Commencez par créer un vaisseau de colonisation (Colonizer avec l’accent) et rendez vous sur la planète la plus proche de la Terre : Mars. Une fois installé sur la planète rouge, développez vos deux nouvelles planètes pour commencer à gagner de l’argent. Envoyez alors une autre navette de colonisation mais cette fois, vers un autre système solaire et recommencez ! Il demeure cependant quelques bugs en jeu et on a souvent l’impression que les ordres ne sont pas enregistrés. Pas de panique si un vaisseau qui devait mettre un tour à arriver en prend en fait plus de trois…

Avec un peu de chance (ou de malchance), vous rencontrerez une autre espèce que la votre. La première espèce que j’ai rencontré lors de mes voyages est celle des Kuntaris. Je pensais qu’ils allaient être très hostiles vu que c’est un peuple de guerriers, mais au final, absolument pas puisque j’ai réussi à créer une alliance avec eux.  Au fur et à mesure de la découverte de la carte de l’univers, de la colonisation d’autres planètes et de mauvaises rencontres, les choses vont commencer à se corser. En effet, certaines races ne vont pas voir d’un très bon œil le fait que vous vous installiez près de chez eux et vont immédiatement vous déclarer la guerre (ça ne rigole pas dans l’espace !). Ainsi, si vous n’êtes pas prèt économiquement et militairement, vous allez très rapidement vous faire envahir. Les alliances que vous allez conclure sont plus des pactes de non agression que de véritables alliances. A aucun moment ces alliés ne sont venus m’aider et quand vous leur demander quelque chose, ils disent oui (ou carrément non) mais ne font rien. Vous serez seul dans cet univers face à vos ennemis.

Au départ, les combats peuvent se jouer assez stratégiquement. Les impacts des tirs sont calculés selon l’orientation de votre vaisseau et son endommagement suivant cet angle. Malheureusement, les combats deviennent rapidement très chaotiques. Si pendant les petits combats on se prenait rapidement au jeu du tour par tour, il vient rapidement l’envie de passer les combats le plus vite possible, surtout que l’écran bouge automatiquement sur les vaisseaux effectuant une action si le mode automatique n’est pas sur la vitesse maximale, de quoi maudire son petit déjeuner.

…survivre sur le long terme est déjà plus compliqué.

Histoire de rigoler un peu plus, vous pourrez, au loisir, croiser la race des Varaians (souvenez vous, la toute première race de l’univers). Si tel est le cas, ne les énervez surtout pas ! Cette race n’est pas la première pour rien. Elle peut sortir d’innombrables vaisseaux technologiquement avancés pour un coût dérisoire. Ce test s’est terminé par perte et fracas à cause, bien sur des Varaians, mais également de la mécanique douteuse du jeu. En effet, si vous regardez le graphique suivant, la race des humains (celle que j’ai élevé à la sueur de mon clic, ici en vert) est bien supérieure aux autres races :

Statistique fin de partie Horizon

J’aurais alors du dominer sans problème la galaxie, surtout en mode normal. Et bien, les Varaians ne sont pas arrivés à m’avoir, mais la banqueroute elle, oui ! Si vous tombez à un solde de -100bc, vous perdez automatiquement ! Sachant que toutes mes planètes étaient améliorées et que par tour je gagnais +250bc, je vois assez mal comment la situation a, d’un coup, pu se retourner contre ma nation !

Encore une fois, et à aucun moment, des explications sur le système de commerce entre ses propres planètes ou extérieures n’est explicité. Le jeu fait ce que bon lui semble et peut vous faire perdre à n’importe quel moment, que ce soit par le déséquilibre avec les races non jouables ou par la disparition du tiroir caisse. Comment est il possible de perdre une partie avec de telles statistiques ?! Simplement car le jeu n’est pas abouti et demande encore de nombreux ajustements.

Conclusion

En conclusion de ce test, et si vous rechercher un excellent jeu spatial de stratégie au tour par tour, mieux vaut acheter la licence complète de Sword of the Stars qui est certes, moins beau, mais bien plus abouti que Horizon. L’interface de Horizon est simple, ce qui pourra plaire à des nouveaux venus. Cependant et après une première phase d’apprentissage laborieuse des mécaniques du jeu, l’amusement est au rendez vous pendant la première heure puis la lassitude s’installe avec la conquête des planètes qui devient rébarbative. Les quelques événements qui peuvent intervenir lors de votre conquête de la galaxie (Artefact à aller chercher, Boss de zone…) ne suffisent largement pas à écarter l’ennuie.Le seul pic d’adrénaline survient quand le principal ennemi vous attaque, les Varaians, mais qui s’estompe bien vite quand vous comprenez que ceux ci sont et seront, dans tous les cas, bien supérieurs à vous. Même si vous pensez tenir une économie solide pour ne vous préoccuper que de la partie militaire, des surprises inattendues peuvent arriver, comme une banqueroute générale. On ne saurait vous conseiller Horizon que pour vous entraîner à jouer à Sword of the Stars qui, pour moi, reste une référence du genre.

Retrouvez Horizon et Sword of the stars au meilleur prix chez notre partenaire goclecd.fr.

Tags

Partagez sur

Grimtag

Passionné de jeu vidéo, High Tech, papa geek ! Je suis spécialisé dans les jeux dématérialisés et l'univers des clés cd. Mon profile est atypique, je suis un passionné de tout qui aime toucher a tout.

Vous aimerez sûrement ces articles...

Réactions sur l\'article “Horizon : test et avis par Allkeygames”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *