Patouf

Silver member
  • Content count

    555
  • Joined

  • Last visited


Reputation Activity

  1. Like
    Patouf reacted to Ephrem for a blog entry, Warhammer 40.000 : Space Marine   

    Disponible sur : PC / Ps3 / 360 Sortie : Septembre 2011 (Test datant de la sortie) PEGI : 18 Langue : Français Type de jeu : Action Durée de vie : entre 6 et 9 heures Note personnelle basée sur le prix de vente actuel : 15 sur 20 euros Trailer : https://www.youtube.com/watch?v=5zhGQqJu7BQ  
    Vous n’êtes pas les soldats d’une simple armée, vous êtes les meilleurs éléments génétiques de votre chapitre. Sélectionnés, créés, élevés, entraînés pour servir votre Empereur Dieu, détenteur du pouvoir sur l’Imperium. Hérétiques, peaux vertes, membres du Chaos sont nos ennemis, et vos proies. Si vous ne revenez pas couverts des pieds à la tête en passant par le bolter des entrailles de vos ennemis, c’est que vous n’avez pas réalisé ce pour quoi vous êtes là. Le ronronnement de votre épée-tronçonneuse rythmera les battements de votre cœur, jusqu’à votre mort.

    L’univers le monde et tout le reste
    Des millénaires d’histoire, 10.000 ans que l’empereur gouverne les milliards de planètes de l’Imperium depuis son Trône d’or sur Terra. Les peuples vivants entre enfer de guerre et paisible paradis selon leur planète. Vous, votre seul objectif, trucider les ennemis de l’empire à coups de Bolters lourds, épées-tronçonneuses, haches énergétiques et autres joyeusetés qui vont devenir vos seuls amis.
    L’univers est directement tiré du jeu de figurine éponyme du même nom où les différentes armées s’affrontent sur les champs de batailles des magasins, des associations, ou chez un ami s’il y a assez de place, les Space Marines n’étant qu’une « race » que vous pouvez jouer, d’autres armées que l’on peut citer et qui sont présentes dans le jeux vidéo sont les Gardes impériaux, « Militaires » de l’Impérium n’étant pas comme les Space Marines nés pour servir mais des engagés des différentes planètes ; les Orks, peaux vertes que tout le monde connais ; ainsi que les membres du Chaos qui sont de plusieurs types, les hérétiques, les Spaces Marines du chaos, et autres démons.
    Ici vous incarnez le capitaine Tidus envoyé avec une partie de son escouade pour éradiquer la menace des Orks qui attaquent le monde-forge de Graia, malgré la résistance de la Garde impériale, les peaux vertes repoussent les lignes et s’avancent dangereusement vers le Manufacturum, là où les meilleures technologies de l’Impérium se trouvent. Bien sûr cette mission ne sera pas aussi facile qu’il n’était prévu, les plans des Orks n’étant pas ceux que votre commandement pensais, et les membres du Chaos s’invitant pour leurs « propres » desseins, détruire ou assujettir l’humanité.
    Qu’en est il du jeu en lui même ?
    Un graphisme qui manque malheureusement de détails dans les décors, certainement dut au fait qu’un passage d’un jeu de figurines à un jeu vidéo qui demande une mise à l’échelle rend certaines textures modélisées comme coupées au couteau, bien heureusement le gameplay est proche d’un « Gears of War »-Like, vue à la troisième personne, les contrôles sont intuitifs pour peu que l’on soit habitué à ce type de jeux, sur PC il est possible de brancher une manette de Xbox360, une bonne avancée à été apportée en ce qui est du combat au corps à corps, car les bolters lourds seuls ne servent à rien, un bouton étant utilisé pour l’arme principale sélectionnée, un autre étant pour l’arme de corps à corps, ce qui permet d’enchainer les différentes attaques très facilement, et il devient très plaisant de sniper quelques ennemis avant de foncer dans le tas armé de la toute nouvelle masse énergétique que l’on vient de nous envoyer.

    Pour la vie, l’éditeur à voulu forcer le joueur à ne pas rester à distance, dans ce titre il ne suffit pas de rester à couvert derrière un mur (ce qui n’est d’ailleurs pas possible dans ce jeu), votre vie (barre rouge), se recharge par le biais de prises au corps à corps ou grâce à une technique spéciale activables (le « U » ou Omega renversé), cette technique, en plus de remonter la vie, permet d’améliorer la visée et ainsi que les dégât. Une autre jauge est à prendre en compte, celle si précieuse de l’armure (barre dorée autour de la vie) qui se recharge quand vous n’êtes pas dans le feu de l’action, et qui prend les dégâts à la place de votre vie tant qu’elle n’est pas vide.
    Les modes multi-joueurs sont assez classiques, du team deathmatch en passant par le contrôle de positions opposant membres des Space Marines et Space Marines du Chaos, on pourra également affronter des hordes de peaux vertes en équipe de quatre. On sera heureux, pour certains, de pouvoir personnaliser nos petits soldats d’un point de vue armure et équipement, éléments que l’on gagne par niveau en jouant et en effectuant des actions mini-succès dans le mode multi-joueurs (tuer des ennemis en les touchant avec des armes différentes, faire des séries de frags, etc…)
    Concluons
    Un titre qui contient quelques défauts qui peuvent rebuter à première vue, mais qui vaut le coup grâce à une prise en main rapide, d’autant plus si vous êtes amateurs de l’univers, seules deux vrais ombres au tableau, des graphismes pas toujours avantageux au niveau de certains décors, et un contenu téléchargeable payant pour le multi-joueurs qui peut déranger, des armes et éléments d’armures (uniquement des skins) qui ne sont pas déblocables autrement, mais plus dérangeant est l’obligation d’achat pour avoir de nouveaux modes de jeu.
    Quelques captures du jeu