Lootmygame.com - Faites vous plaisir pour seulement 0.50€, La box gaming gagnante à tous les coups ! Lootmygame.com - Faites vous plaisir pour seulement 0.50€, La box gaming gagnante à tous les coups !
BannersOfRuin_MainCapsule

Banners of Ruin – Un card battler bestial à surveiller de près

Après Iris and the Giant et avant la sortie de Neurodeck à la fin de l’année, les français de Goblinz Studio publient un nouveau jeu tactique au tour par tour dans la lignée de Slay The Spire. Développé par Montebearo, Banners of Ruin est disponible en Early Access depuis le 31 juillet. Mais est-il à la hauteur de la concurrence ?

 

Dans l’ombre de Slay the Spire

Slay the Spire a fait de petits. Depuis la sortie et le succès de ce card battler à la sauce rogue-like, les jeux du genre fleurissent, avec de très belles surprises comme Dicey Dungeons, Monster Train ou encore Griftlands. Premier jeu du studio britannique MonteBearo, Banners of Ruin s’essaie à son tour à cet exercice.

 

Des êtres en fourrure sous l’armure

Ce qui frappe au premier coup d’œil dans Banners of Ruin, c’est bien sûr sa direction artistique et surtout ses personnages. Ici, point de nains barbus ou d’elfes filiformes mais plutôt des ours, des belettes, des castors, des souris ou encore des lapins. Tous sont anthropomorphes et merveilleusement dessinés.

Vêtus d’une armure et brandissant leur arme favorite, les animaux du Clan Pattenoir doivent se venger du Clan Ender qui règne en maître sur la ville de Dawn’s point. Pour cela, vous devez vous infiltrer dans les ruelles de la cité et déjouer les défenses de la garde du Clan. Votre groupe de départ se compose de deux animaux mais pourra grandir au fil de la partie.

BannersOfRuin_PartyScreen_1

Une équipe hétéroclite

 

Une aventure à choix multiples

Le jeu se déroule en deux temps. Dans une première phase, vous choisissez l’action de votre groupe d’aventuriers parmi trois options. En général, ces décisions portent sur des combats, des événements annexes ou des actions dédiés à l’amélioration de vos troupes.

Vous pourrez progresser dans les ruelles, engager une bataille, acheter des armes, vous soigner ou encore recruter des mercenaires. Ces événements apparaissent de manière totalement aléatoire et ne s’ordonnent donc jamais de la même façon. Votre but est de rejoindre la ruelle suivante pour progresser vers le repaire du Clan Ender.

BannersOfRuin_CampaignScreen_2

L’heure du choix a sonné

 

Combat de belote pour des belettes

La seconde phase du jeu est dédiée aux combats. Pour remporter ces affrontements, nos soldats aux pattes velues pourront compter sur des compétences et des attaques liées à votre deck de cartes. Chaque carte consomme un certain nombre de points d’endurance et/ou de points d’esprit. Les premiers se renouvellent à chaque tour mais les seconds ne peuvent être utilisés qu’une seule fois par combat.

Vous pouvez utiliser toutes les cartes présentes dans votre main, tant que vous possédez le nombre de points correspondant. Il faudra tout de même faire attention à la gestion de vos cartes car votre main change à chaque tour, même s’il vous reste des cartes non utilisées. Vos personnages disposent également de points d’armure et de vitalité. Si l’un d’entre eux perd tous ses points de vitalité, il meurt sans espoir de retour.

BannersOfRuin_Combat_Early

 

Des cartes élégantes et redoutables

Comme pour les personnages, un énorme soin a été accordé au design des cartes. Celles-ci sont très évocatrices et l’on prend un malin plaisir à les collectionner, au-delà des capacités qu’elles nous accordent. Et coté capacités, il y en a un paquet. Le Banners of Ruin n’est pour l’instant qu’en Early Access et propose déjà plus de 150 cartes différentes. Ces cartes vous permettent d’attaquer, de défendre, d’augmenter temporairement vos dégâts, d’infliger des malus à l’adversaire, d’annuler ceux dont vous souffrez. Ce nombre, en plus des armes et armures disponibles dans le jeu, garantit une grande diversité de manières de jouer, de combiner vos cartes pour construire le deck qui vous convient le mieux.

Au fil des combats, vos bestioles gagneront en expérience et développeront également des compétences passives qu’il vous appartiendra de choisir. Armes, passifs, recrues, actions et stats, tout est laissé à votre discrétion, selon votre stratégie.

BannersOfRuin_Smithy

Dans certaines boutiques, vous pourrez acquérir des cartes contre des espèces sonnantes et trébuchantes.

 

Des affrontements tactiques

Même si quelques problèmes d’équilibrage subsistent encore, beaucoup de tactiques différentes sont envisageables. Personnellement, j’ai tendance à accumuler le maximum de cartes défensives pour tanker le plus possible et avoir mes adversaires à l’usure. Pas très glorieux certes, mais il est vraiment classe de compter un ours blindé quasi invulnérable dans ces rangs.

Au bout de quelques combats, on se rend vite compte que le système de combat est, avec la direction artistique, le point qui a concentré le plus d’attention de la part des développeurs. Encore sujets à améliorations, les affrontements sont pour l’instant déjà très accessibles sans pour autant manquer de profondeur tactique.

Banners of Ruin

Les trois cartes de cet écran sont uniquement utilisables par ce personnage lors des combats.

 

Un contenu à étoffer

On aimerait pouvoir en dire autant des lieux et des événements rencontrés. Pour l’instant, Banners of Ruin est encore un peu court et manque de variété en termes de choix et de décors, surtout pour un rogue-like. Les ruelles de Dawn’s Point ont tendance à se ressembler mais on compte sur Montebearo pour ajouter du contenu au fur à mesure.

Les développeurs ont d’ailleurs dévoilé leur feuille de route jusqu’à la sortie du jeu complet. Au programme : de nouveaux décors, des passifs inédits, l’arrivée de héros, de missions et pas mal de late game content. Espérons aussi que le studio pensera à étoffer le scénario et le lore du jeu, encore trop superficiel, surtout au vu du potentiel affiché par le design des personnages.

 

Banners of Ruin : de très belles cartes en main pour entrer dans la bataille

Pour l’heure, Banners of Ruin est un card battler prometteur. Si l’on reste en terrain connu en termes de gameplay, le jeu est un délice pour les yeux, avec une direction artistique unique, et propose un réel challenge tactique. Les animaux de Dawn’s Point sont charismatiques et attachants et les cartes offrent une grande liberté d’action.

L’essentiel est là, charge maintenant aux équipes de Montebearo d’alimenter le titre en contenu régulièrement pour proposer une histoire et une jouabilité à la hauteur de ses ambitions dans la version finale du jeu.

Retrouvez ce jeu au meilleur prix chez notre partenaire, GoCleCD.fr

Tags

Partagez sur

Sgtkabukimen

Prêtre gamer du Soleil Levant depuis deux décennies, j’aime manier la gunblade, le megabuster, et le fouet pour faire des passes d’armes avec des Cyborg Ninja Vampire dans les ruines de Neo Tokyo. Je délaisse de temps en temps mon cher Japon pour me livrer aux joies du jeu indépendant et exterminer des hordes d’aliens avec l’unité XCOM.

Vous aimerez sûrement ces articles...

Réactions sur l\'article “Banners of Ruin - Un card battler bestial à surveiller de près”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *