Devenir Partenaire
Lootmygame.com - Faites vous plaisir pour seulement 0.50€, La box gaming gagnante à tous les coups ! Lootmygame.com - Faites vous plaisir pour seulement 0.50€, La box gaming gagnante à tous les coups !
Marvel's Spider-Man Test

Marvel’s Spider-Man – L’exclu Sony fait sa crise d’Arachné

Super-héros et jeu vidéo, deux sujets très liés qui n’ont pourtant pas toujours fait bon ménage. Après plusieurs essais de qualité variable, Marvel’s Spider-Man arrive tout fringuant dans nos boutiques, bien décidé de prendre les choses en main et prouver qu’il n’a rien à envier au chevalier noir en la matière. Mené par l’équipe d’Insomniac Games sous le regard attentif de Sony Entertainment, le studio avait pour mission de rebooter la célèbre licence de Marvel sur le marché vidéoludique. Alors, pari réussi ou toile cousue de fil blanc ?

Pour rappel, Marvel’s Spider-Man est disponible depuis le 7 septembre sur Amazon.

 

Le premier pas se tisse

Compliqué de trouver par quel aspect démarrer notre analyse de Spider-Man sur PS4. Non pas par syndrome de page blanche ou par arachnophobie, mais bien parce que le jeu nous a laissé complètement stupéfait par la grandeur qui s’en dégage. Difficile car l’intégralité du game design respire la cohérence. Le titre forme un tout, aucun élément ne vient vraiment faire tâche. Chaque aspect semble faire corps avec l’orientation qu’a voulu donner l’équipe à leur bébé et surtout, avec cette envie de sublimer une série qui leur est chère.

Marvel's Spider-Man test- liberté

Un sentiment de liberté omniprésent

 

Commençons par le début : le premier contact avec le jeu, cela va donner le ton. Le soft vous propulse dans son univers, au sens propre comme au figuré. Après une petite cinématique introductive, Peter Parker enfile son costume le temps que son grille pain fasse jaillir ses toasts. Ni une, ni deux, il se jette par la fenêtre… Il VOUS jette par la fenêtre. Balancé du dixième étage, vous voilà Spider-Man sans plus de chichi. Vous êtes au milieu de New York, le sol se rapproche à une vitesse terrifiante. Que faites-vous ? Pas le temps de réfléchir, vous jetez votre toile sans trop savoir et vous virevoltez comme un athlète comme si vous l’aviez toujours fait. Tel un oiseau qui se jette hors du nid pour la première fois, le doute n’a pas sa place : Vous êtes Spider-Man. Le titre a réussi ce tour de passe passe en même pas 10 secondes. Il n’y a rien d’autre à ajouter…

 

Comme une irrésistible envie de tisser

La sensation d’incarner le tisseur est forte et immédiate. Contrairement à certains titres où l’on éprouve un attachement envers son personnage et l’univers au prix de longues et douloureuses sessions de jeux – ce qui s’apparenterait finalement à un syndrome de Stockholm bien moche – ici, il n’en est rien. Tout est fait pour que vous vous preniez pour l’homme-araignée, sans l’inconvénient d’avoir une araignée au plafond.

 

Marvel's Spider-Man Graphismes

 

Cela passe par le visuel, le sound-design et les sensations du gameplay. La jouabilité est exemplaire, en particulier lors des déplacements en ville avec vos capacités hors du commun. C’est véritablement grisant. Virevolter au milieu des immeubles et des passants est tellement instinctif et bluffant que l’on se surprend à errer dans New York, sans but. Comme ça, juste pour le plaisir d’avoir la classe, on se lance des petits défis de parkour pour l’adrénaline. On se prend pour un véritable gymnaste urbain: la faute à des animations très travaillées et stylisées, une gestion de la physique exemplaire des mouvements de balancier et une panoplie de gestes qui nous permettent vraiment de tout faire. Vous voulez contourner un immeuble à 90 degrés, vous propulser depuis l’angle du bâtiment pour repartir en wall-run sur le building voisin ? Rien ne vous retient, pas même la gravité.

Le tout est enveloppé d’une modélisation de la ville tout à fait réaliste, ce qui décuple la sensation de liberté et d’appropriation de l’espace par le joueur. Par ce seul aspect, on peut d’ores et déjà affirmer sans trembler du menton que Marvel’s Spider-Man est une vraie réussite. Tout est fait pour vous séduire, les effets de vitesse et de lumière, les cascades de Spidey, les vibrations, tout.

 

Des toiles étoiles plein les yeux et les oreilles

Pour réussir le tour de force d’immerger les joueurs dans leur univers, il faut un habillage visuel et sonore qui déchire. Sans surprise, le jeu est très beau et particulièrement fluide. Pourtant blâmé avant sa sortie pour n’afficher “que” 30 FPS, le résultat final ne semble pas en souffrir. Le jeu vous en met plein la vue à chaque instant, en particulier grâce au travail gargantuesque réalisé pour restituer l’effervescence des rues de New-York. Avec une distance d’affichage remarquable et une animation sans le moindre ralentissement, le titre d’Insomniac Game frappe un grand coup. La modélisation détaillée des costumes est aussi à noter, tant le détail des tenues a été poussé à l’extrême.

 

  • Marvel's Spider-Man - Tourisme

 

Une petite araignée dans la soupe

Le seul petit point faible visuel revient à la modélisation des visages humains des protagonistes. MJ et Peter Parker en tête de liste. Techniquement il n’y a rien à reprocher, les visages ont un niveau de détail assez poussé, jusqu’au grain de peau. Tellement propres que l’on est proche de “la vallée dérangeante”. Cette sensation qui naît lorsqu’on fait face à un robot ou un automate ressemblant de trop près à un être humain mais pas totalement. De ce fait, le moindre petit défaut, la moindre réaction scriptée ou irrationnelle va déclencher une véritable gêne chez le spectateur. On fini par s’habituer mais les premières impressions que l’on a sont difficiles à oublier. En réalité c’est assez inégal, certaines scènes seront réalistes à s’y méprendre et fonctionnent très bien, d’autres vont être un poil désagréable au point de hanter vos cauchemars à tout jamais… (ou presque).

 

Marvel's Spider-Man Vallée dérangeante

 

Des musiques Diver-tissantes

Marvel's Spider-Man Test 3Heureusement, tout le reste de la réalisation va vous faire oublier ce petit couac, qui relève plus du pinaillage que de la véritable critique. Visuellement nous venons de le voir le résultat demeure très bon, et l’ambiance sonore et musicale rejoint aussi ce constat honorable. Sans être LA révélation musicale de l’année, l’OST du titre fait son job avec panache. On se trouve en terrain connu, des sonorités que l’on connait presque déjà avec les films et séries de super-héros déjà parus, mais nous n’en attendions pas moins.

 

Une VF qui a du mordant

La musique vous colle dans l’ambiance comme une toile d’araignée au visage d’un Super-Vilain, au même titre que la direction des acteurs. On va désormais aborder l’un des gros points forts du jeu : sa VF. Marvel's Spider-Man test 4Outre des dialogues bien écrits et savoureusement drôles, le travail de Donald Reignoux et son interprétation de Spider-Man/Peter Parker est tout simplement admirable. L’adaptation en français est non seulement réussie mais elle sublime tout le travail du studio, elle porte littéralement le jeu au panthéon des meilleures adaptations à ce jour. On y croit, c’est drôle, inventif, sérieux quand il le faut, en bref on s’approche de la perfection. On nous gratifie de références humoristiques de tout poils, parfois improvisées de l’aveu des acteurs, des Memes, des clins d’œil, etc… L’équipe dédiée à l’adaptation s’est véritablement lâchée, s’appropriant l’oeuvre, ses personnages et faisant ainsi l’unanimité des fans. Outre notre Spidey, le reste du casting est également interprété avec beaucoup de soin et de sincérité.

 

Des répliques qui font “mouche”

Marvel's Spider-Man test 5Tout le contexte du jeu et de la licence est mis en valeur, que ce soit les répliques de notre héros toujours ironiques et irrévérencieuses, ses tentatives d’imitations ridicules lorsqu’il discute boulot avec son amie policière, le capitaine Watanabe. Le jeu nous offre la possibilité de nous mêler à la foule à loisir, nous pouvons alors saluer les citoyens, se faire photographier ou encore de serrer la main de nos fans. Rien d’utile pour progresser dans l’aventure, mais indispensable à ce sentiment de cohérence qui nous étreint. L’ensemble donne vie à ce monde avec une grande crédibilité. Mention spéciale aux émissions de radios de Jameson, l’ancien patron de Peter Parker au Daily Bugle qui crache sur Spider-Man à la moindre occasion et qui rebondit sur nos faits et gestes dès que l’on remplit une mission.

 

Le Tisseur en guise de teaser

Côté mise en scène, celle-ci est tout bonnement digne des films de super-héros actuels, voire meilleure. Les combats sont orchestrés avec une précision incroyable, les scènes d’actions sont à couper le souffle et la narration est amenée à un rythme totalement maîtrisé. Malheureusement, le scénario sent le déjà vu à plein nez. Comprenons-nous, il est loin d’être mauvais, la mise en scène de l’histoire présente quelques fulgurances émotionnelles notables et des moments de gloires efficaces.

Marvel's Spider-Man Story

Le problème ne vient pas du fait que l’histoire de Spider-Man soit déjà connue par la plupart des joueurs, ce fut le cas de Batman, et cela n’a nullement gêné son appréciation. Le problème c’est que la partie du scénario vendue comme inédite tient sur un timbre poste et manque de profondeur. On a finalement un scénario “prétexte” qui laisse un peu sur sa faim. Certains super-vilains pourtant très présents tombent vite en désuétude lorsque l’on s’approche du dénouement. Le combat final en revanche va vous tenir en haleine et ne vous laissera pas indifférent.

Une histoire pas transcendante, en résumé, mais dont certains points peuvent servir de terreau pour de nouvelles pistes scénaristiques prometteuses, mais ça…vous le découvrirez par vous-mêmes.

 

Marvel's Spider-Man Rebondissements

 

Un système de combat “aux toiles” !

Outre la jouabilité des déplacements totalement au service de l’immersion, Spider-Man est aussi un combattant accompli. Bien loin de la force et de la brutalité d’un Batman, Spidey est une vraie pile électrique. Son style de combat est habilement retranscrit dans les mécaniques de gameplay et cela renforce la cohésion du héros et se cale très bien sur sa personnalité. Vif, intouchable et impertinent, notre Homme-araignée est aussi agile qu’on pouvait l’imaginer.

 

La vie ne tient qu’à un fil

Si les premières escar-mouches se révéleront assez complexes à appréhender, il faudra prendre le temps de s’habituer à la vitesse d’exécution des coups et des esquives de Spidey, mais cela finit par payer. Pas toujours simple au début, et même à la fin en pleine possession de son équipement, tout s’enchaîne très vite et une mort peut arriver très vite si l’on ne se méfie pas. Après quelques combats, on prend plaisir à affronter les criminels avec classe, tout en laissant libre court à notre imagination. Entre les gadgets, les projections, les désarmements, les techniques aériennes et les jets de toiles, il est totalement possible de développer son propre style.

 

  • Marvel's Spider-Man Test - combat 10

 

L’ensemble du jeu semble ingénieux de ce côté là, la difficulté des affrontements augmente à mesure que le joueur débloque de nouvelles techniques et améliore ses gadgets grâce à l’XP gagnée. On a vraiment l’impression de progresser, mais également d’acquérir progressivement les armes suffisantes pour ridiculiser des ennemis toujours plus forts et nombreux. Il y a une énergie qui ressort de ces affrontements qui, sans rien révolutionner, apportent la bonne dose d’adrénaline. On finit par trouver son rythme au fil des coups, des esquives de balles et autres grenades, certains ennemis insensibles à certaines techniques nous obligent à varier nos mouvements, tenter des choses et se servir de l’environnement, etc…

Cela paraît anodin, mais rien que le fait de pouvoir entoiler ses ennemis pour ensuite les faire coller aux murs, aux voitures ou au sol comme de vulgaires chewing-gum procure une véritable satisfaction.

 

 

Marvel's Spider-Man Test - Combat

Les ennemis seront littéralement scotchés sur place

 

Tisser, c’est mieux à l’abri des regards

Le titre ne fait pas que dans la mêlée, il est également possible de tenter une approche plus feutrée en se faisant discret. Plusieurs passages proposent en effet de se la jouer Sam Fischer et mettent en relief des mécaniques d’infiltration. Pour les allergiques du genre, soyez néanmoins rassurés: rater une tentative d’infiltration n’est pas punitif, ce n’est que très rarement synonyme d’échec de mission ou de game over. En effet, Spider-Man est parfaitement capable d’éviter les balles. Si la discrétion n’est pas votre fort, l’approche frontale est toujours envisageable.

 

Marvel's Spider-Man Test - Infiltration

Attention, je crois que vous avez une araignée au plafond…

 

Dans la grande majorité des cas, l’approche discrète n’est donc pas obligatoire, mais elle confère un avantage certain face à des ennemis armés jusqu’aux dents et bien organisés. Mais, bien plus que d’apporter un avantage “matériel” au joueur, cela procure surtout une dose de fun. En voilà une bonne idée : du divertissement dans un jeu vidéo ! Le gameplay est assez simple lors de ces événements, suffisamment pour être assez intuitif et agréable à jouer. On se sent en position de force, tapi dans l’ombre, prêt à bondir et suspendre les gardes au plafond ou poser des pièges de toiles et attirer les pauvres bougres dans la mauvaise direction. La jouabilité est toujours bien calibrée, on attaque et on se cache avec beaucoup de facilité.

 

Marvel's Spider-Man Test -infiltration 2

 

Rien de bien compliqué et heureusement, ce choix de la simplicité est parfaitement cohérent avec la teneur du jeu. Nous sommes sur un jeu d’action fun, et dynamique. Un peu de calme ne fait pas de mal, certes, mais à petite dose, les développeurs ont fait le bon choix en restant sobre sur l’infiltration, tout en proposant un peu de variété dans le gameplay.

En parlant d’infiltration, cela ne vous rappelle pas un autre super-héros ? Vous savez, celui sans super pouvoirs, avec une cape et des oreilles pointues…

 

Spider-Man : Arkham Knight

La comparaison avec les titres de Rocksteady peut paraître péjorative, elle est cependant pertinente. Mais bien loin d’être une critique, c’est au contraire plutôt flatteur à plusieurs égards. Marvel’s Spider-Man peut être redouté par les joueurs, qui craignent de revoir un énième blockbuster de super-héros qui ne serait qu’une redite de ce qu’un certain Batman avait réussi à faire. Avec la trilogie “Batman Arkham”, Rocksteady avait cristallisé tous les fantasmes des fans au sujet du personnage, conféré à un univers imaginaire dense, l’aura qu’il méritait. Ils ont rendu possible le fait d’incarner virtuellement un personnage emblématique avec classe et panache.

Marvel's Spider-Man - Arkham

 

Cette volonté de suivre ce même schéma se ressent également tout au long de ce nouveau Spider-Man et on ne peut que les féliciter avec une petite larme de gratitude au coin des yeux. 

Dans les deux camps (Marvel ou DC), nous nous trouvons dans une production à gros budget avec une réalisation solide et une volonté profonde de faire plaisir aux fans. Les développeurs de Spider-Man sont eux aussi motivés par leur amour pour l’univers et le personnage et cela se ressent.

Insomniac n’a probablement pas copié la recette de Rocksteady, mais force est de constater que les deux équipes se sont posées les mêmes questions et ont eu une vision commune au service de leur personnage. Pour Spidey, il aura fallu attendre 2018 pour voir ce même rêve se concrétiser.

Marvel's Spider-Man Test - Stan Lee

Un caméo de Stan Lee en cuisinier de fast food

Dans Spider-Man sur Playstation 4, nous sommes, là encore, dans du fan service pur. Que l’on soit un admirateur de longue date du personnage ou simplement amateur occasionnel des films Marvel, nous en avons pour notre argent. Le titre est bourré de références et de clins d’oeil que chacun pourra apprécier : des références marquées aux Avengers, des lieux et Easter Eggs liés aux autres créations Marvel comme Daredevil, mais aussi des références propres à la licence Spider-Man. Ainsi, on nous offre une pléthore de costumes de Spidey, issus de plusieurs adaptations et dérivés des comics. Une bagatelle de 25 tenues, toutes déblocables dans le jeu de base avec à chaque fois des spécificités qui rappelleront des souvenirs aux plus fervents admirateurs du super-héros. Idem pour les objets cachés disséminés aux quatre coins de Manhattan qui forment de nombreux clins d’oeil au lore de la licence Spider-Man, avec beaucoup de respect et de sympathie.

La fidélité avec la série de comics et films sur la saga est sans appel et ravira les joueurs qui y sont fidèlement attachés. Il y a une véritable volonté de satisfaire tous les fans dans le moindre passage du jeu et cela fait vraiment plaisir à voir.

 

Marvel's Spider-Man Test - Costume

Des tenues issues de plusieurs versions des comics et des films

 

Des similitudes, on pourrait en lister bien d’autres si l’on s’attarde aux mécanismes de gameplay de chacun, mais est-ce vraiment de Batman dont le jeu s’inspire ?

 

La maladie des Open World est appelée araignée à régner

Cette brève comparaison avec Batou a ses limites, celui-ci n’était pas le premier à proposer ce genre de gameplay, loin s’en faut. Idem pour Spider-Man qui a lui même repris de plusieurs modèles déjà existants parmi les jeux en monde ouvert. On ne va pas se le cacher, Spider-Man sur PS4 n’invente absolument rien, il n’innove pas vraiment dans sa manière d’envisager le gameplay des Open-World, mais il a su en tirer le meilleur parti.

 

Au détour des tours…

Ainsi, le soft se veut assez classique dans son déroulement, à l’instar d’un GTA, vous aurez un objectif principal affiché sur la carte qui fera avancer l’histoire et une ribambelles de petits à côtés pour occuper nos petites mains. On retrouve alors ces éternelles tours à activer pour obtenir la carte d’un secteur et faire apparaître les points d’intérêt à visiter. Une feature qu’on a l’impression d’avoir trop vu dans les Assassin’s Creed, Far Cry et j’en passe. Malgré cela, ces points d’observations s’obtiennent assez facilement avec la rapidité de notre héros et permettent de forger son expérience sur le maniement des déplacements aériens de notre personnage. C’est peu original mais cela reste une base efficace. Pour sa défense, Zelda Breath of The Wild, qui s’est placé comme un renouveau de l’exploration en monde ouvert, proposait lui aussi ce mécanisme. Néanmoins, on retrouve quasiment tout le reste des gimmicks des Open World parus depuis 10 ans :  des cachettes d’objets à récupérer, des bases ennemies à attaquer, des défis, etc… Tous indiqués sur votre map.

 

Marvel's Spider-Man Test - Map

Activer les tours-satellite fera apparaître les marqueurs à proximité

 

La principale crainte ? Faire de Spider-Man un simple livreur Fed-Ex qui se dirige d’un point A à un point B sans plus de sentiments. Sur le papier, ça semble bien mal parti, et pourtant… On lui pardonne volontiers tant le respect de l’univers et la qualité de mise en scène sont palpables et le contenu généreux.

 

Un manque de prise de risque vite pardonné

Oui, Marvel’s Spider-Man est d’un classicisme évident, mais comment le reprocher tant le jeu est agréable à parcourir en volant au milieu des buildings ? Au même titre qu’un film d’action hollywoodien, on ne demande pas à Spider-man sur PS4 de révolutionner son média et de devenir un jeu d’auteur prétentieux. On lui demande d’être un divertissement sympathique respectant son matériau de base, d’être un moment de plaisir et de nous laisser nous prendre pour un héros. Chaque petite mission ou mini-jeu reste très agréable à découvrir,  grâce à une jouabilité exemplaire. Les seuls moments crispants c’est lorsqu’on échoue, et dans ce titre, le seul fautif possible, c’est le joueur.

 

Marvel's Spider-Man - Test - répétitif

 

Fatalement, on finit par s’apercevoir de la répétitivité des tâches à accomplir, malgré tous les efforts du monde qui ont été mis en oeuvre pour vous divertir. Il y a plusieurs types de missions de criminalité à résoudre, par exemple. Cela va de la prise d’otage, au vol de voiture, en passant par la recherche de personnes disparues, citoyens bloqués dans leur véhicule suite à un accident, etc… Toutefois, pour boucler le titre à 100%, il faudra réussir pas moins de 165 missions criminelles ! Généreux certes, mais rébarbatif sur le long terme, et je ne vous parle pas des bases ennemies, des défis d’infiltration, de combats et autres quêtes secondaires.

 

Le comique de répétition

Il y a énormément (trop ?) de bases ennemies à assaillir ou d’émeutes à museler, mais le système de combat est tellement addictif que l’on fonce en première ligne avec le sourire aux lèvres. Vous, vous pouvez sourire, l’ennemi par contre, n’aura plus toute sa dentition pour en faire autant ! Mais forcément après une cinquantaines d’assauts, l’enthousiasme vient à se tarir.

Tout cela mis bout à bout donne une durée de vie plus qu’honnête et un potentiel de rejouabilité non négligeable. Hélas, la difficulté n’est pas au rendez-vous. Globalement assez facile, le titre ne vous donnera du fil à retordre que lors des défis chronométrés, lesquels demanderont pas mal d’obstination de votre part, mais ceux-ci ne sont pas présents en assez grande quantité.

 

Marvel's Spider-Man test - quêtes annexes

Chaque mission secondaire propose des objectifs bonus, une idée sympathique.

 

Les plus acharnés d’entre vous y trouveront leur compte. Chaque tâche présente son lot d’objectifs secondaires comme “coller 10 ennemis aux murs”, “jeter 5 objets sur les ennemis” ou “réaliser X éliminations furtives” histoire d’apporter un peu de piquant aux affrontements. Un bon point.

 

Spider-man, sujet au vertige ?

Spider-Man, connait la même maladie que les autres Open World : il a peur du vide. Un comble pour l’homme araignée, non ? L’exploration libre est peu mise en valeur, hormis pour s’amuser à faire des cascades de liane en liane et risquer sa vie à des centaines de mètre du sol. Le but était sans doute de ne pas perdre le joueur dans l’immensité de la ville en mettant des marqueurs à chaque coin de rue et cela se comprend. Le jeu refuse que le joueur s’ennuie et fait en sorte qu’il y ait toujours quelque chose à faire. Il en ressort une certaine impression de “remplissage” avec des mini-jeux à la pelle qui pourrait lasser le joueur collectionneur de trophées. Pour remédier à cela, il faut “picorer” ce Spider-Man, se promener tranquillement et faire nonchalamment les quêtes et dénicher les objets cachés, au gré de vos envies. Jouez comme bon vous semble sans rendre obligatoire ces quêtes qui ne le sont pas. Qui plus est, le titre n’est pas farouche au tourisme, comme le prouve son mode photo permettant entre autres de prendre des selfies avec des pauses hilarantes. Un mode qui motive déjà la communauté de joueurs à redoubler d’ingéniosité et de malice pour nous faire rire ! Un jeu dans le jeu qui nous démontre l’attachement des joueurs envers ce titre mémorable.

 

– Quelques exemples de Spidey au milieu de ses groupies –

  • Marvel's Spider-Man Fans

 

Conclusion sur Marvel’s Spider-Man

Avec Marvel’s Spider-Man, Insomniac Games est parvenu à hisser la licence au rang de triple A avec une classe absolument incroyable. Le studio a parfaitement rempli son cahier des charges à tous les niveaux et a tenu sa promesse : donner aux joueurs la sensation d’incarner le vrai Spidey. On s’y sent libre et intouchable, grâce à une accessibilité excellente et un soucis du détail omniprésent. Le titre n’invente absolument rien et préfère rester dans un classicisme confortable, mais tout ce qu’il fait, il le fait bien. Il ne parviendra certes pas à s’affranchir des stigmates des jeux en Open World comme la répétitivité des tâches et le sentiment d’être pris par la main, mais on lui pardonne volontiers ses quelques défauts. Jouissant d’une adaptation française qui force le respect et d’une réalisation visuelle quasi parfaite, ce premier jet s’annonce prometteur pour la suite des aventures de l’Homme-Araignée. La PS4 offre ici le plus cadeau que l’on pouvait faire aux fans de Peter Parker et de son alter ego masqué. Si vous avez envie de retourner en enfance pour un paquet d’heures et d’être émerveillé de la compagnie de votre héros préféré, il n’y a pas a hésiter.

Envie d’en savoir plus sur Spider-Man ? Consultez nos guides sur les tenues, les gadgets et les compétences de l’Homme Araignée.

Tags

Partagez sur

Pargonis

Tombé dans le jeu vidéo depuis tout petit, j'ai connu Kirby avant qu'il ne devienne rose, une époque ou Sonic ne savait pas encore parler et où les micro-ordinateurs étaient les consoles de jeu du futur. Grand fan de Nintendo à la base, mais joueur acharné sur tous les supports possibles, j'offre ma plume au service de l'art vidéoludique sous toutes ses formes. J'aime analyser, spéculer, rager, écrire tout un tas de choses et partager ma passion à chaque occasion. Parfois ronchon et de mauvaise foi in-game mais souvent grozours à l'écrit.

Vous aimerez sûrement ces articles...

Réactions sur l\'article “Marvel's Spider-Man - L’exclu Sony fait sa crise d’Arachné”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *