Lootmygame.com - Faites vous plaisir pour seulement 0.50€, La box gaming gagnante à tous les coups ! Lootmygame.com - Faites vous plaisir pour seulement 0.50€, La box gaming gagnante à tous les coups !
Life is Strange - Alain Damasio

Écrivains et jeux vidéo : Alain Damasio, l’apprentissage d’un nouveau média

Partagez sur

Avoir un écrivain reconnu sur son projet est-il un gage de succès pour un jeu vidéo ? Alors que la sortie d’Elden Ring, auquel George R.R Martin a apporté sa plume, se rapproche, la rédaction vous propose un petit tour d’horizon des plus célèbres collaborations entre romanciers et studios de jeux vidéo. Après une première partie consacrée à Tom Clancy, et une seconde à Neil Gaiman, au tour d’Alain Damasio, aux origines du studio français Dontnod.

 

Alain Damasio, une plume au service d’un imaginaire transmedia

Alain DamasioDontnod Entertainment est un studio reconnu dans le monde du jeu vidéo, notamment pour le succès de la saga Life is Strange. Une série récompensée à maintes reprises pour ses qualités narratives, comme ce fut le cas en 2020 lors de la cérémonie des Pégases. Il n’est pas surprenant de retrouver le nom d’un illustre écrivain parmi les fondateurs du studio français : Alain Damasio.

Si vous êtes fan de littérature de science-fiction, son nom doit certainement vous dire quelque chose. Entre fantasy et dystopie, Alain Damasio a construit un style particulier dont son livre phare, La Horde du Contrevent (sorti 2004), représente la pierre angulaire. Cette histoire est le récit d’un voyage désespéré d’un groupe de survivants dans un monde post-apocalyptique. En plus de présenter de nombreuses qualités littéraires, le livre est, à sa sortie, publié avec un CD composé par Arno Alyvan faisant office de véritable bande originale du livre.

Alain Damasio a un faible pour les initiatives transmédia et sa carrière en est jalonnée. Il explore régulièrement des chemins créatifs comme à l’occasion de sa collaboration avec le musicien Rone ou pour bien son projet d’univers narratif débuté par la société Shibuya production. Cette démarche expérimentale l’a naturellement entraîné à croiser la route du medium qu’est le jeu vidéo.

 

L’aventure Dontnod

En 2008, Alain Damasio est approché par l’illustrateur Aleksi Briclot. Ce dernier lui révèle qu’il travaille actuellement sur un projet autour d’un jeu vidéo au cœur d’un Paris futuriste inondé. L’équipe est à la recherche d’un scénariste et aimerait engager l’auteur de La Horde du Contrevent. Peu après, Alain Damasio et Aleksi Briclot fondent Dontnod Entertainment aux côtés d’Oskar Guilbert (directeur général, ex-Ubisoft), Jean-Maxime Moris (directeur créatif, ex-Ubisoft) et Hervé Bonin (directeur de production). À l’époque, Alain Damasio veut “porter le jeu vidéo vers quelque chose de plus noble, de plus spéculatif, politique et critique surtout, à la façon des romans du XIXe siècle qui tiennent à la fois du feuilleton et de l’interrogation sur la société” révèle-t-il au site Poptronics en 2015.

REMEMBER ME

 

De cette envie et du travail des équipes de Dontnod naît finalement Remember Me, sorti en 2013 sur PS3 et édité par Capcom. Le titre transporte dans la ville de Néo-Paris en 2084 au sein d’une société dirigée par une grande corporation qui donne la possibilité à chacun de modifier sa mémoire. Le joueur incarne Nilin, une chasseuse de souvenirs confrontée à sa propre amnésie. Le jeu avait une ambition triple A et oscille entre action, beath them all, expérience narrative et puzzle game.

 

Remember Me : un projet contrarié mais riche d’enseignements

À sa sortie, le jeu divise aussi bien la critique que les joueurs. Si sa musique, son ambiance et tous ses puzzles liés à la construction des souvenirs séduisent, le gameplay, un peu rigide et désuet, ne convainc pas vraiment. Face à un nouveau média, Alain Damasio et son équipe de scénaristes ont également dû revoir leurs ambitions narratives à la baisse, notamment pour convaincre Capcom de maintenir son investissement dans ce projet, dans un premier temps financé puis abandonné par Sony.

Il faut penser à l’implémentation du combat et savoir renoncer à des certaines idées au profit d’un game design plus interactif. Alain Damasio comprend alors que “C’est l’expérience de jeu qui doit être réflexive par elle-même, dissonante cognitivement par elle-même – pour susciter ces éclats de pensée dont je rêvais”.

 

Life is Strange : la narration au cœur du jeu

Pour éviter la dissonance ludonarrative, il faut donc mettre la narration au coeur du jeu. Un principe qu’appliquera Dontnod dans son jeu suivant, un certain Life is Strange. Sur ce titre, Alain Damasio participe aux travaux préparatoires d’écriture avant d’occuper la fonction de script doctor. Le jeu sort en 2015 sous format épisodique et place le joueur dans un véritable jeu narratif au format visual novel sous les traits de Maxine Caulfield, une jeune femme capable de remonter le temps sur de courtes périodes.

 

Pas de combat, pas de level design complexe ou de phase d’action au gameplay artificiel. Life is Strange se distingue par une histoire riche en rebondissements narrée par les choix du joueur, mais aussi par des personnages émouvants, une direction artistique unique et une bande originale qui sublime le récit. Même si le titre baigne dans une ambiance fantastique, il balaye des thématiques dans lesquelles les joueurs se retrouvent. Damasio s’épanouit dans un style différent, mais on retrouve son style dans les liens qui unissent les personnages et la lutte livrée par Maxine. Plus intimiste et réalisé avec un budget beaucoup plus modeste que Remember Me, Life is Strange brille par une certaine forme d’authenticité.

 

Échec, apprentissage et héritage

Life is Strange fait un véritable carton et atteint les 3 millions de ventes en 2017. Ce succès permet à “LiS” de devenir une vraie franchise. Un spin-off “Before the Storm” sort en 2018 suivi de “Life is Strange 2” en 2019 et d’un nouvel opus baptisé “Life is Strange : True Colors” sorti en septembre 2021. Si Alain Damasio n’officie plus sur la licence aujourd’hui, son écriture et son chemin, parfois houleux, tracé avec Remember Me et le premier Life is Strange, ont permis à Dontnod de devenir une référence internationale en matière de jeu narratif. Un héritage que perpétuent les nouveaux titres du studio comme Tell Me Why.

Tags

Partagez sur

Sgtkabukimen

Prêtre gamer du Soleil Levant depuis deux décennies, j’aime manier la gunblade, le megabuster, et le fouet pour faire des passes d’armes avec des Cyborg Ninja Vampire dans les ruines de Neo Tokyo. Je délaisse de temps en temps mon cher Japon pour me livrer aux joies du jeu indépendant et exterminer des hordes d’aliens avec l’unité XCOM.

Vous aimerez sûrement ces articles...

Réactions sur l\'article “Écrivains et jeux vidéo : Alain Damasio, l’apprentissage d’un nouveau média”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *