Devenir Partenaire
Lootmygame.com - Faites vous plaisir pour seulement 0.50€, La box gaming gagnante à tous les coups ! Lootmygame.com - Faites vous plaisir pour seulement 0.50€, La box gaming gagnante à tous les coups !
Kolkhoze Games logo

Derrière l’écran : Benjamin Martin co-créateur du jeu The Invisible Hand

Partagez sur

Précédemment, nous vous avions fait découvrir Emilie Mavel, Producer à Bedtime Digital Games. Aujourd’hui, nous continuons notre série Derrière l’écran avec l’inverview de Benjamin Martin co-créateur du jeu The Invisible Hand ainsi que du studio Kolkhoze Games.

 

  • Pouvez-vous vous présenter ?

Moi c’est Benjamin, je travaille sur The Invisible Hand avec Surprise Attack Games et on est venu ici le présenter à la Paris Games Week.

 

  • Comment êtes-vous arrivé dans le monde du jeu vidéo ?

Disons que c’est le destin, j’ai toujours beaucoup aimé les jeux vidéo. J’ai fait beaucoup d’expérimentations sur des logiciels parce que je me suis toujours intéressé à l’envers du décors sur la création des jeux vidéo. Un jour avec un ami quand nous discutions de jeux un peu politiques, nous avons eu l’idée de faire un jeu sur les traders qui est devenu The Invisible Hand. Nous avons commencé ça sur notre temps libre pendant 2 ans, un jour un journaliste de Killscreen a écrit un article sur notre jeu. Grâce à ça, Surprise Attack Games a eu vent de notre projet et nous a proposé de nous éditer et donc nous donner de l’argent pour qu’on puisse faire le jeu.

 

  • En parlant de The Invisible Hand, pouvez-vous nous en parler plus en détail ?

C’est un jeu immersif à la première personne sur les Traders. Tout se passe dans un bureau de trading, donc on a des gens qui travaillent, des écrans avec des courbes ou les infos, une machine à café mais aussi beaucoup de bruit. Le but va être de faire de l’argent en se basant sur les cours de la bourse, le jeu possède une économie virtuelle que j’ai conçue moi même. Ça cherche à être assez similaire à l’économie réelle mais bien sûr en simplifié pour que les concepts soient assez simple à intégrer par les joueurs et qu’ils puissent les utiliser.

Le jeu a aussi une portée morale un peu dans le même genre que Papers Please, on cherche à montrer ce paradoxe avec les situations de travaille où on est juste un travailleur, on va faire son travail un peu répétitif, un peu barbant tout en ayant énormément de pouvoir. Par exemple, dans Papers Please le joueur ne fait que comparer des passeport et les accepter ou non, mais sa décision va avoir énormément d’impact sur la vie du personnage. C’est ce paradoxe là qu’on veut reproduire dans le domaine du trading. Le fait de travailler uniquement avec des chiffres, d’avoir quelque chose de très abstrait peuvent être de simples actions qui ont des conséquences fortes sur le monde réel.

On a pas mal de choses comme ça dans le jeu, nous on crée des conséquences au joueur par rapport à ce qu’il fait via des flashs d’infos ou bien d’autres choses.

The Invisible Hand bureau

 

 

  • Le joueur pourra se déplacer dans le bureau et interagir avec par exemple la machine à café ? 

Il pourra en effet se déplacer ! Avec des contrôles habituels clavier et souris, donc on peut se déplacer dans le bureau, parler avec les collègues, boire à la machine à café pour accélérer le temps voire même décorer son bureau. Vous pourrez acheter des petites affaires qui vous permettront de décorer votre bureau comme vous le souhaitez. Il y a tout un système comme acheter des boutiques de luxe ou des propriétés ou ce genre de choses.

L’environnement aussi est important parce qu’il dissémine des informations sur le marché, à travers du texte sur les écrans ou ce que les collègues vont vous dire des rumeurs ou des choses qui traînent. Il y a des choses à découvrir dans l’environnement.

 

  • Comment imaginez-vous le monde du jeu vidéo dans les années à venir ?

J’ai l’impression de plus en plus que les jeux triple A ont du mal à trouver leur public et qu’ils mettent en place des systèmes de Lootbox qui en ce moment ont tendance à faire pas mal de bad buzz. Il y a eu récemment l’annulation d’un jeu solo dans l’univers de Star Wars qui devait être un jeu à gros budget et je pense que ça commence à être symptomatique des budgets qui deviennent énorme pour l’industrie AAA. Ça devient de plus en plus risqué d’essayer de faire ce jeu surtout que même avec la technologie qui course ça va devenir de plus en plus cher, je pense qu’on est pas loin d’une crise pour le monde des triple A.

Ou alors ils réussiront à se “sauver” avec tout ce qui est Lootbox et Free to Play. C’est la chose que je vois de plus en plus et qui me fait un peu peur, j’aime beaucoup les jeux triple A en solo. J’ai l’impression que c’est quelque chose qui est en passe de disparaître puisqu’on ne peut pas instaurer un système de Lootbox sur un jeu solo, ça ne marche qu’avec les jeux multijoueurs et à c’est à priori grâce à ce système de lootbox que les gros éditeurs arrivent à faire un revenu correct avec leur jeux.

 

  • On revient un peu au présent pour vous demander : Que pensez-vous de la vision du grand public par rapport au jeu vidéo ?

J’ai l’impression que c’est de mieux en mieux vu, les salons dédiés sont plus accessibles à tout le monde, pour moi ça évolue dans le bon sens. Il y a aussi beaucoup de jeux qui parlent des thématiques du monde réel, bon je ne vais pas dire le mien pour me la péter (rires) mais par exemple Orwell qui est un jeu sur la surveillance ou encore Papers Please qui est un jeu sur les douaniers. Je pense que c’est ce genre de jeu qui font aussi voir le jeu vidéo sous un autre angle. Avant beaucoup de gens pouvaient avoir une mauvaise opinion à n’entendre parler que de fantasy ou de tueries, on avait ce cliché là qui ressortait énormément.

Aujourd’hui c’est plus diversifié et les gens commencent à voir ça du bon œil grâce à justement cette diversification.

The Invisible Hand fond

 

  • Vous avez dit que le jeu vidéo est mieux vu, on note également une augmentation du nombre de joueurs dans la communauté gaming. Vous à votre avis est-ce également le cas dans le domaine professionnel ?

Il y a pas mal de vents contraire malheureusement dans le monde professionnel avec les gens du Gamergate que je ne porte pas dans mon coeur. Les femmes sont clairement plus exposées, il y avait eu cette histoire avec une employée de BioWare à propos de Mass Effect Andromeda qui s’était fait harcelée parce que les gens essayaient de lui mettre tous les échecs du jeu sur le dos.

Comme vous dites, pour les consommateurs ça a l’air de bien se démocratiser. Dans l’industrie de manière générale dans l’informatique, les femmes sont très peu représentées, dans la conception d’un jeu il y a beaucoup de travail de développement qui est donc du travail informatique. Que ce soit dans le jeu vidéo ou en dehors ça évolue mais les femmes ne sont pas très présentes. J’ai travaillé pendant 4 ans dans une SSII qui faisait du développement informatique, il y avait peut-être 2 femmes pour une vingtaine d’hommes.

 

  • Développant un jeu indépendant, auriez-vous des conseils pour nos lecteurs qui souhaiteraient se lancer dans cette aventure qu’est le jeu vidéo ?

Faites ce que vous aimez tout simplement ! Personnellement c’est ce que j’ai fait, je suis parti sur une idée de jeu qui n’est pas dans ce qui se fait de populaire. Mais c’est quelque chose que j’avais envie de faire, de faire un jeu un peu porté politique sur un sujet sérieux. J’ai réussi à me motiver moi-même à travailler dessus sur mon temps libre jusqu’à sortir quelque chose qui a un peu de la gueule et c’est ça qui m’as permis d’être reconnu, d’avoir des échos dans la presse et au final réussir à obtenir un contrat d’édition avec Surprise Attack Games. Je développe depuis le jeu à temps plein donc de faire ça professionnellement et je pense que c’est important de ne pas essayer de faire un jeu pour l’argent.

Certes aujourd’hui j’arrive à gagner de l’argent avec mon jeu, mais je suis parti de quelque chose que j’avais envie de faire et c’est ça qui est gratifiant. C’est un processus long et stressant que de faire un jeu vidéo, donc si ce n’est pas sur quelque chose que vous aimez c’est très difficile.

 

 

The Invisible Hand sortira courant 2018 sur Steam. Vous pouvez suivre le projet grâce aux pages Facebook et Twitter ainsi que sur le site officiel du studio !

 

Partagez sur

Brumere

Rôliste, gamer et passionné d'informatique. Je suis follement amoureux de tout ce qui touche à l'espace dont les space opera.

Vous aimerez sûrement ces articles...

Réactions sur l'article “Derrière l’écran : Benjamin Martin co-créateur du jeu The Invisible Hand”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *